Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

09 octobre 2007

La quête (ilescook)

Elle remonte le fleuve peu à peu. De sa queue gracile, elle ondoie dans le fleuve Roi, sa longue chevelure se déploie tel un drapeau.

Elle a trouvé l’embouchure à Port-Saint-Louis-du-Rhône… un coup de hasard… voilà des jours, des semaines, des mois, des années, des siècles sans doute qu’elle nage entre deux eaux, avec pour toute compagnie les dauphins, les mouettes et les poissons volants.

Elle en a croisé des bateaux, elle en a croisé des îles, elle en a croisé des ports.

Jamais elle ne s’est arrêtée… une fuite… une fuite éperdue… mais que fuyait-elle donc ?

Elle a beau essayer se rappeler, tout est si loin… elle a tant et tant nagé. Tant de lunes se sont reflétées sur l’eau, tant de soleils ont éclaboussé la mer avant de s’y plonger.

Et voilà, il y a là quelques jours, tout a changé. Elle a cru reconnaître une odeur, un rivage ? Elle a vu des flamants roses survoler le ciel, leur long cou déchirant le ciel…. Elle a senti l’odeur des marais…

… et les souvenirs sont remontés à la surface comme des bulles légères…

… un escalier, une rampe en ogive, et son père menaçant en haut, la chassant après la découverte de son Amant dans sa chambre…. Elle a couru … et s’est cachée dans le fleuve pour échapper au couvent promis… et là le grand trou….

Elle a roulé, tourbillonné, les anges l’ont emmené, profond, toujours plus profond. Au fin fond de la vie, à la limite de l’inconnu, de l’autre rive.

Jusqu’où a-t-elle parcouru le chemin de l’au-delà ?  elle ne sait pas. Mais un jour elle a repris conscience sur un rocher… Sauvée. Elle était sauvée. Quel prince des eaux ou quelle fée ondine lui avait permis de survivre ? Et depuis, telle un poisson, elle nage dans un rêve de quête éternelle.

Elle remonte le courant petit à petit. Le beau fleuve a bien changé, elle a été surprise par les écluses… par les flaques noires, les détritus… et cette odeur qui n’était pas du tout celle de ses souvenirs…

Mais son instinct la guide, c’est là.

Au détour d’un méandre, elle aperçoit enfin… les escaliers, la rampe en ogive, la bâtisse derrière. Péniblement elle se hisse sur la rive.

-   Me voilà dit-elle

En haut de l’escalier, diaphane, lumineux, beau comme un Dieu, il est là son Amant.

Il descend vers elle, les yeux dans ses yeux et..

il lui donna solennellement les clés de la maison.

Posté par patitouille à 09:30 - îlescook - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires

  • un conte fantastique ? une fable sur l'éternité ? sur l'après ? sur l'amour que rien ne peut détruire, pas même la mort ?

    tes mots naviguent, ondulent aussi bien que ton personnage dans le flot de cette atmosqphère très particulière. ce pourrait être l'histoire des dieux, que celle-là.

    j'ai beaucoup aimé, ilescook

    Posté par pati, 09 octobre 2007 à 09:43
  • Joli texte fantastique mais… mais… 2281 caractères avec les espaces ! Si on a droit à un peu de rab, je crois que je ne vais pas me gêner lors de ma prochaine participation, car j’ai souffert pour condenser mon histoire jusqu’à 1997 caractères

    Posté par Vagant, 09 octobre 2007 à 10:09
  • pas de rab, non... juste que mon compteur a dû dérailler, sinon, ilescook aurait fait comme les autres : elle aurait revu sa copie

    Posté par pati, 09 octobre 2007 à 11:45
  • tant mieux que le compteur n'ai pas fonctionné, cela nous aurait sans doute privé de quelques émotions.

    Posté par mab, 09 octobre 2007 à 12:18
  • oops ! je ne savais pas que les espaces comptaient !!

    mille excuses... je ne recommencerai pas...

    mais je suis ravie que ce conte vous ai plu !

    Posté par ilescook, 09 octobre 2007 à 13:13
  • Ilescook tu es la sirène de ce site...
    un conte à l'image de toi ?...

    Posté par Alainx, 09 octobre 2007 à 13:15
  • Bonjour ilescook, quel beau voyage. J'aime tout ce qui a attrait à la mer et à l'enfance. Pour le coup, je suis servi. Bravo.

    Posté par le chien, 09 octobre 2007 à 14:38
  • J'aime beaucoup ton style Ilescook ! A chaque participation, je suis sous le charme. J'aime beaucoup cette histoire d'amour qui traverse l'éternité. Toute l'histoire m'a transportée.
    C'est juste le raccord avec la dernière phrase qui ne me convient pas. Mais là, c'est un avis très personnel.

    Posté par Plum', 09 octobre 2007 à 16:20
  • qu'importe le compte tant que le conte est bon

    Posté par Vagant, 09 octobre 2007 à 16:21
  • j'ai suivi ce gracile animal entre les méandres des eaux troubles de la vie...
    et j'ai beaucoup aimé le voyage.

    Posté par rsylvie, 09 octobre 2007 à 16:56
  • Voilà un beau texte poétique....

    Posté par kloelle, 09 octobre 2007 à 20:13
  • Très belle histoire ! tout est fluide, c'est très beau. Merci.

    Posté par isabel, 09 octobre 2007 à 20:26
  • Je suis du meme avis que Plum' (j'osais rien dire!), tout le texte est bien mene, mais la derniere phrase semble un peu etre collee la, ca me parait pas tres fluide... mais il faut peut-etre que je relise le texte!

    Posté par Janeczka, 09 octobre 2007 à 21:21
  • ah oui, c'est du plaisir 100%. Bravo !

    (Je suppose qu'en recopiant le texte chez toi, tu arrangeras la finale. Pas facile cette consigne, si au moins on pouvait conjuguer la phrase au trement...)

    Posté par Pivoine, 09 octobre 2007 à 22:11
  • Ce passé simple a sûrement représenté, pour beaucoup d'entre nous, une certaine difficulté.
    Maintenant, lorsque je lis le texte de Coumarine, sa dernière phrase n'est pas complètement identique à celle que l'on nous a imposée...
    Il faudrait effectivement que nous puissions savoir jusqu'où nous devons respecter la consigne.

    Posté par Plum', 09 octobre 2007 à 22:31
  • merci de vos gentils compliments.

    Oui j'aurais préféré un style plus direct du genre

    "Tiens, voilà les clefs"

    J'aimerais bien que Coumarine nous donne des indications pour savoir si on peut conjuguer les verbes autrement !

    J'ai du être sirène dans une vie antérieure.. ou bien j'en serais une dans la vie suivante ? On peut rêver, non ?? enfin moi c'est ce que je fais!

    Posté par ilescook, 10 octobre 2007 à 21:50
  • Un magnifique texte que j'ai associé au poéme de Rimbaud "Ophélie" !!! bravo et merci pour ces magnifiques phrases.

    Posté par brig, 11 octobre 2007 à 08:57
  • écriture fluide

    Posté par sodebelle, 13 octobre 2007 à 20:41
  • j'ai pensé à Andersen
    un beau texte original qui nous plonge dans l'univers des légendes nordiques

    Posté par matarjeu, 14 octobre 2007 à 17:19

Poster un commentaire