Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

11 octobre 2007

J'ouvris un oeil... (Pensée futile)

Mais.... où suis-je? Autour de moi tout était blanc ; quelqu'un était penché au-dessus de moi et me souriait, mais qui est-ce? qui suis-je? Je ne me souvenais de rien. Qui étais-je ?? Trop de questions... Le monde se mit à  tourner autour de moi, je recommençai à  sombrer dans un semi coma mais une voix douce et calme me ramena à  la conscience. Cette voix, je ne la reconnaissais pas.

- Alors tu t'es remis de tes émotions, mon ange ?

Déjà  c'était une femme, qui me fit un sourire, je le lui rendis sans vraiment comprendre et bégayai quelques mots :

- Qui...qui êtes-vous ? qu...qui suis je ?

Son visage se crispa d'une angoisse évidente, elle murmura à  toute vitesse des mots dont je n'ai pas saisi le sens :

- Tunetesouvienspas ?

Elle dut réaliser que je n'avais pas compris car elle répéta moins vite :

- Tu ne te souviens donc pas de moi ?

Je fis non de la tête.

- Je suis ta mère.
- Et moi qui suis-je?
- Toi, tu es Ophélie ; tu ne te souviens donc de rien ?

Encore une fois, je fit non de la tête ; au moins je savais que j'étais une fille. Ma mère reprit d'une voix troublée par l'inquiétude :

- Je vais voir les médecins tu ne bouges surtout pas.
- Où veux-tu que j'aille mad.....maman.

Elle fit un sourire, partit quelques minutes et revint accompagnée d'un médecin qui s'approcha de moi, me fit plein de tests, un sourire satisfait put se lire sur ses lèvres puis il a dit :

- Mademoiselle vous pourrez sortir demain matin.
- Merci monsieur.

Ma mère m'embrassa sur la joue et partit. Je me suis endormie en cinq minutes. Le lendemain à  mon réveil, ma mère était au-dessus de moi, elle m'avait apporté des vêtements ; je me suis préparée. Elle avait revêtu son blouson et était prête à  partir. Nous nous acquittâmes des formalités puis nous rentrâmes. Arrivées devant ce qui devait être notre domicile, nous croisâmes un homme qui descendait l'escalier. C'était mon père. En me faisant un clin d'œil, il lui donna solennellement les clefs de la maison...

Posté par patitouille à 17:30 - Pensée futile - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Perte de memoire temporaire ou permanente? que lui est-il arrive? cette Ophelie me fait penser a celle de Shakespeare. Tentative de suicide ratee?
    J'aime le fait que ce texte existe tout seul mais peut aussi etre plus pousse. La suite!

    Posté par Janeczka, 11 octobre 2007 à 20:19
  • ah oui ! on reste sur notre faim !

    Au moins cette Ophélie se souvient que c'est son père !

    Posté par ilescook, 11 octobre 2007 à 22:47
  • Irréaliste ? Surréaliste ?
    Parce que dans la vraie vie, les sorties de coma ne se passent pas du tout comme cela !
    Hélàs !

    Posté par Amanda, 12 octobre 2007 à 15:55
  • Une idée de départ très intéressante, je trouve...

    Posté par uhsn, 12 octobre 2007 à 16:27
  • Pour moi c'est clair: elle n'a pas retrouvé la mémoire. La suite va être difficile! Bien joué?

    Posté par Arthur HIDDEN, 13 octobre 2007 à 12:44
  • désolée, je n'ai pas compris

    Posté par matarjeu, 14 octobre 2007 à 16:57

Poster un commentaire