Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

15 octobre 2007

Transmission (Iconic Popup)

Le beau soleil levant bercé par l'aquilonDo ré mi fa, silence, et porté dans le ton A dos d'âne en montant l'escalier du balcon L'ado seul en sifflant l'indéniable chansonDominait de son chant les blés de la moisson La porte a des piliers coiffés de deux aiglonsLe dôme a des serpents gravés sur le fronton L'ado tendit la main vibrante d'émotion Et la belle Dona, pieds nus sur le bétonDonna solennellement les clefs de la maison
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 octobre 2007

La lettre ( Cédric )

« Tenez » fit-il en lui tendant un papier. Surprise, elle me fit signe ; je m’assis près d’elle et, devinant un frisson, lui pris la main.« Lis avec moi. » Nous lûmes en silence, dans l’intemporalité de cette étude notariale, une lettre manuscrite. 17 janvier 1940 Marion, Tu n’existes que depuis quelques jours mais voici le destin qui déjà m’oblige à partir loin de toi. Je sentis une émotion nous gagner, sa main serra davantage la mienne, mon cœur se mit à battre plus fort. Cruel destin que le tien, mon enfant... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
15 octobre 2007

et enfin :

à venir, les derniers textes de cette consigne, qui nous amèneront aux portes de la suivante, mercredi : Cédric Iconic Popup Fabeli Janeckza Ello4vents Charlotte Philippine (si elle parvient à réduire son texte à temps :)) ) Largo et je terminerai par le texte de Cassymary, volontairement parce que... enfin vous verrez :)
Posté par patitouille à 16:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 octobre 2007

Il s'appelait John... (uhsn)

Nous n’étions pas des anges, certes, mais sans être pour autant de mauvais bougres. Une bande de sales gosses, avec une rageuse envie de vivre, voilà tout ce que nous étions. Rien de bien méchant. Cette bande était à nos yeux d’enfants une famille, celle qui manquait à nos vies froides de pensionnaires. John, lui, n’avait pas douze ans, mais sa maturité et son obstination à ne jamais baisser les yeux, quoiqu’il arrive, avait fait de lui notre chef. Je ne sais si les autres pensaient comme moi, mais j’admirais... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
15 octobre 2007

Le jardin du souvenir (Cassandrali)

Je me sens bien, envahie par une exquise sensation de liberté, de bien être, de quiétude…Longtemps je me suis demandée ce qu’il adviendrait de moi le jour où…Je n’y songe plus. Je n’en sais pas plus mais mon état de plénitude me libère de toutes craintes quand à ma destinée. Désinvolte, je me sens flotter dans les airs.Longtemps j’ai hésité sur le chemin à emprunter le jour où…Quelle serait ma destination finale. De la poussière devenue au fil d’un temps trop long, enfermée à tout jamais, j’ai espéré d’autres horizons. J’ai choisi…Au... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]