Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

18 octobre 2007

4. Défi d’Agora (Cassymary)

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde ! Je m’avance au milieu de cette foule compacte, les yeux fixés sur cette affiche. Elle est placardée sur le quai d’en face. Une photo d’un bâtiment futuriste. Fixer ces centaines de fenêtres. Les compter. Ne pas réfléchir. Je tremble. Ne pas flancher. Compter les fenêtres. Compter. Je commence à avoir des difficultés à respirer. Non! Lutter. Ne pas la laisser s’emparer de mes pensées. Compter les fenêtres. Compter. Mes jambes flageolent, mes muscles se tétanisent. ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

18 octobre 2007

3. Petite souris (Pensée-futile)

Mauvaise surprise...le quai du métro est noir de monde.Mais qu'est-ce qu'il en a à faire lui de tout ce monde?C'est une bonne chose pour cette petite souris,car il se doit d'être à l'abri. De ses petits yeux ronds,il aperçoit la lumière.Et d'un bond,vagabond,il grimpe à la gouttière.A cause d'un petit rebond,il se r'trouve par-terre. Agacé,il se laisse bercer.Et d'un bondfuribond,il quitte la station.Après tout, ces fenêtresne nuiront pas à son bien-être...
Posté par Coumarine à 17:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
18 octobre 2007

2. Contemplation (Walrus)

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde !J'aurais dû écouter la radio ce matin, ça m'aurait évité de venir m'encaquer dans cette foule.Tout ce qu'on peut encore apercevoir, c'est la nouvelle déco de la voûte.Ils l'ont pas loupée !Alors, fuite en avant ou mise en abîme ?Va-t-en savoir avec ces artistes contemporains...En tout cas, c'est pas la Sixtine !
Posté par Coumarine à 13:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
18 octobre 2007

1. Bonne mauvaise surprise… (Toncrate)

… le quai du métro est noir de monde à Barbès :gare aérienne il pleut, sous terre il fait soleil,c’est la grève dit-on, de partout on débraye,je vais aller à pied à la station Abbesse. Le long de l’avenue, nez en l’air,  je me pressec’est alors que je vois à nul autre pareilun bâtiment nouveau, un drôle d’appareilqui de l’architecture attribue la prouesse. Bientôt à mes fusains de mémoire je peinscette église factice ou ce temple païen,aux vitraux effilés comme des guillotines. Le soir même la mode aura gagné le... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]