Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 octobre 2007

42. Arrêt « Babel » (Sodebelle)

 

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde.

Elle ne veut pas être vue, pas reconnue, pas ce matin.

Elle met ses lunettes de soleil et s’enveloppe dans la longue cape qui dissimule sa mini robe noire. Elle est entraînée par la foule, ses hauts talons lui écorchent les pieds, elle les enlève et le regrette aussitôt.

Impuissante, elle pleure derrière ses lunettes-masque et son mascara coule en larmes sales sur ses joues blanches.

 

Blanche comme la nuit qu’elle vient de passer.

 

L’horrible nuit qui se déroule en boucle dans sa tête lourde…

Elle était arrivée en taxi au vernissage de l’exposition de Rudolf Wolf,

le célèbre artiste en vogue dont elle était la jeune maîtresse depuis quelques mois.

 

Des Paparazzi l’avaient flashée à son arrivée, mais moins que d’habitude lui avait-il semblé sans y prêter beaucoup d’attention.

 

Elle avait repéré son amant sans difficulté : il était entouré d’une cour d’admirateurs agglutinés devant sa dernière sculpture « La Tour de Babel ».

 

S’approchant du groupe, elle l’entendit expliquer aux journalistes qu’il dépassait d’une tête « que cette œuvre représentait la mort du couple due aux incompréhensions, au manque de communication, au langage des hommes différent de celui des femmes. Vous remarquerez que toutes ces voies ne mènent nulle part, ce sont des illusions qui se brisent sous la guillotine présente dans chaque partie du vitrail ».

 

Elle remarqua une femme à côté de lui, plus âgée qu’elle, moins belle mais avec des yeux intéressants et elle eut instinctivement peur...

 

Comme s’il avait senti sa présence dans son dos – ou simplement suivi les regards qui s’étaient détournés de lui  - il se retourna et lâcha : « Ah, tu es là Toi, bonsoir ! » avant de s’éloigner avec la femme brune qu’il tenait par la main.

 

Elle était partie aussitôt et s’était rendue devant chez lui où elle l’avait attendu toute la nuit. Il n’était pas rentré.

Quelqu’un la pousse et elle entend hurler « Mademoiselle, attention, la rame arrive ».

 

Posté par Coumarine à 15:36 - Sodebelle - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

  • Joli scénario.. on s'y laisse prendre avec délice.

    Bon la fin, c'est pas "tout est bien qui finit bien..." . Mais, la Morale est sauve. sniff !

    Posté par ilescook, 29 octobre 2007 à 17:59
  • Tres prenant. J'en ai eu froid dans le dos! certaines personnes sont tres 'creuses'...

    Posté par Janeczka, 29 octobre 2007 à 22:16
  • Une montée en tension qui provoque l'intérêt et la curiosité du lecteur... bravo !

    Posté par matarjeu, 30 octobre 2007 à 09:15
  • ah! il faut se méfier des "yeux intéressants"
    Super Sodebelle...

    Posté par Coumarine, 30 octobre 2007 à 18:04
  • Oui, c'est très chouette comme texte (méfions-nous des sculpteurs...) et des rencontres lors de vernissages. Il y a un certain mystère, j'aime bien l'image de la Tour de Babel (beaucoup même),

    juste la phrase: "mais moins que d’habitude lui avait-il semblé sans y prêter beaucoup d’attention." un peu redondante peut-être. Cela aurait pu être "mais peut-être moins que d'habitude."

    Posté par Pivoine, 30 octobre 2007 à 23:38
  • merci Pivoine

    pour ta suggestion précieuse : j'aime bien ça, c'est concret et en effet beaucoup plus léger.

    Posté par sodebelle, 31 octobre 2007 à 10:13
  • voilà un sculpteur bien élégant en amour ...

    Le texte se déroule comme un film, il est très évocateur.

    Posté par Farfalino, 31 octobre 2007 à 13:05
  • merci Pivoine

    pour ta suggestion précieuse : j'aime bien ça, c'est concret et en effet beaucoup plus léger.

    Posté par sodebelle, 31 octobre 2007 à 14:27
  • merci Pivoine

    pour ta suggestion précieuse : j'aime bien ça, c'est concret et en effet beaucoup plus léger.

    Posté par sodebelle, 31 octobre 2007 à 15:37
  • moi aussi j'aime ton texte fluide et mélancolique.

    Posté par fabeli, 31 octobre 2007 à 22:41

Poster un commentaire