Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

30 octobre 2007

43. Rendez-vous (Caro)

 

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde. Trois jours de grève déjà! Prunelle et moi bossons comme des forcenées sur le projet de l’année: 30 pages qui font vivre l’agence. En tout cas, le contact avec ces dizaines de corps me réveille aussi efficacement que mon deuxième café, celui que je prends au bureau. Je débranche mon mp3. J’écoute, l’attente a délié les langues. Un complet-cravate parle d’objectifs qui ne seront pas atteints et de prime supprimée. Une femme s’enflamme, il faut bien être solidaire ! Les propos de comptoir ont atterri sur le quai.

 

La foule geint, elle se plaint. Soudain, j’entends un chant qui éclate, chargé d’âpres combats. Des paroles qui ont la couleur des cerises et du sang. Je ferme les yeux, il est près de moi.

 

Je revois sa main, épaisse et rêche, qui me tend un verre de lait. Il me raconte des aubes sans lumière dans les abattoirs de la Villette, les carcasses que son dos, aujourd’hui cassé, charriait. Mon regard s’arrête sur une paire de petits souliers posée sur le buffet. « Viens, je vais te montrer quelque chose, petite. » Nous sortons et grimpons lentement la butte jusqu’au n°9, rue Tholozé. J’admire un instant les riches vitraux de la façade et la porte aux fines volutes de fer forgé. « Mon grand-oncle habitait ici, au rez-de-chaussée. L’ancienne maison a disparu à la fin du XIXème. Il était cordonnier. » « Il est mort au bagne, à Belle-Ile ; il était communard. Ne restent de lui qu’un certificat de décès et les bottillons que tu regardais. Je te raconterai ce temps-là… Et nous irons voir ensemble le Mur des Fédérés.» La mort l’a emporté peu après. Nous n’y sommes jamais allés.

 

Je quitte le quai bondé. A mon tour de faire grève. Je pars rejoindre les ombres de ma famille au Père Lachaise. Au milieu des tombes, j’entendrai la fusillade des Versaillais et ces corps, jeunes, qui se fracassent sur le pavé et que l’on jettera dans un trou. Je sentirai une main épaisse et rêche se glisser dans la mienne.

Posté par Coumarine à 15:30 - Caro - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Bienvenue à toi Caro...
    Tu commences ta "carrière" sur PP avec un texte magnifiquement écrit
    Tu fais allusion à des événements de l'histoire que je ne connais pas bien (je suis confuse...)
    Mais qu'on devine dramatiques au travers de tes mots
    La passé et le présent se confondent au travers des souvenirs et sans doute un même combat
    Bravo pour ce texte dont je savoure l'écriture...

    Posté par Coumarine, 30 octobre 2007 à 18:00
  • Très émouvant ce texte, je suis touchée. Merci

    Posté par ilescook, 30 octobre 2007 à 18:45
  • Il est superbe ce texte. Bienvenue !!!!!

    Posté par kloelle, 30 octobre 2007 à 22:13
  • Magnifique, Caro, que cet hommage rendu aux Communards.

    ... Il n'est que de penser à Louise Michel qui connut le bagne pour avoir participé à la Commune de Paris.

    "Des paroles qui ont la couleur des cerises et du sang."

    C'est beau ça. Je suis heureuse de lire un texte comme ça. Des gens idéalistes... (Je vais dire quelque chose de stupide...) Ca existe encore? Mais oui, ça existe encore. Bien sûr que ça existe...

    Alors, 'Le temps des cerises?' Ou 'l'Internationale?'

    Posté par Pivoine, 30 octobre 2007 à 23:43
  • J'aime beaucoup les différents niveaux de réalité.
    Il y a de très belles phrases déjà soulignées plus haut.
    Très beau texte

    Posté par Farfalino, 31 octobre 2007 à 12:59
  • Merci pour vos commentaires, je suis heureuse que ces mots écrits en mémoire de quelques ancêtres vous aient touchés...

    Posté par caro, 31 octobre 2007 à 13:02
  • J'ai immédiatement aimé le texte, les détails qui font "vrai", l'agence, la deuxième tasse de café au bureau, le complet-cravatte et les propos de comptoir! Et le glissement lent vers la main rêche et tout soudain ces souvenirs qui jaillissent, réels, chargés de chansons et de sang.

    Très belle écriture, Caro. Bienvenue chez Coum!...

    Posté par Lorraine, 01 novembre 2007 à 12:25

Poster un commentaire