Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

04 novembre 2007

D'une croquignole à un boudoir (Kloelle)

Tante Babette prit une profonde inspiration, ferma les yeux et soupira d’aise. Voilà une année qu’elle attendait ce moment alors elle allait prendre son temps, remonter doucement les vitrines, laisser les formes et les couleurs lui caresser les prunelles, se gorger du flot bouillonnant des odeurs puis attendre ce moment rare où la salive viendrait titiller le bout de sa langue et l’envie envahir son corps tout entier.

Monsieur Raymond avait de nombreuses clientes, des clientes quotidiennes, avenantes, dépensières mais il avait une tendresse particulière pour ma tante, je voyais ça au regard chaud et complice qu’il lui jetait dès qu’elle franchissait la porte de sa pâtisserie. Une cliente qui ne venait pourtant qu’une fois l’an, guère séduisante loin s’en faut et qui passait la matinée au magasin pour finir par ne choisir qu’une poignée de ses odorants petits sablés. Violette- gingembre, verveine-cannelle, rhubarbe-citronnelle, assise dans un coin du magasin je les observais, elle deviner les mélanges les plus ambitieux sans même les frôler et lui rire en la regardant comprendre ses audaces. J’en arrivais à me demander s’il ne passait pas l’année à élaborer des saveurs plus aventureuses les unes que les autres pour la piéger.

Elle saisit finalement une petite douzaine de sablés, les déposa avec une délicatesse surprenante et presque émouvante dans la boite que lui tendait le patron des lieux puis nous prîmes le chemin du retour. Sur la petite route qui nous ramenait à la maison, je peux dire que tante Babette avait les yeux en paradis. La porte à peine franchit, elle monta hâtivement les escaliers qui la menaient au petit boudoir où nous la logions et s’y enferma. Pour finir, j’ose à peine vous rapporter les intonations moelleuses, les feulements légers que mon frère et moi surprîmes alors, l’oreille collée contre sa porte.

Posté par pivoineblanche7 à 18:26 - Kloëlle - Commentaires [16] - Permalien [#]

Commentaires

  • j'ai beaucoup aimé ces images allusives.. et le contentement de la vieille dame !

    C'est joli cette espression "avoir les yeux en paradis"... je la retiens !

    Posté par ilescook, 04 novembre 2007 à 18:41
  • Quel beau texte, tout en délicatesse. Et puis les intonations moelleuses, les feulements légers pour décrire une gourmandise qui n'a plus de retenue. Super !

    Posté par virgul, 04 novembre 2007 à 18:55
  • Ces gâteaux innocents... un peu de poudre de gingembre, non?
    Le rendez-vous annuel, les non-dits... c'est très beau...

    Posté par Caro, 04 novembre 2007 à 19:51
  • Tous les sens sont en éveil : ça me titille de partout !

    Posté par Sodebelle, 04 novembre 2007 à 22:36
  • c'est magnifique Kloelle
    Un texte "sensuel"...j'adore
    et superbement écrit!

    Posté par Coumarine, 04 novembre 2007 à 23:03
  • Les saveurs arrivent jusqu'à nous grâce à ce texte très odorant. Bravo!

    Posté par cassy, 05 novembre 2007 à 10:15
  • C'est une petite merveille dans la description, la sensualité, on est " dedans", complètement ! Bravo !

    Posté par Amanda, 05 novembre 2007 à 15:33
  • Ce texte est une poignée de ces petits sablés faisant de moi, quelques minutes durant, une tante Babette.
    Chapeau bas !

    Posté par uhsn, 05 novembre 2007 à 17:44
  • Votre lecture me fait plaisir.

    Posté par kloelle, 05 novembre 2007 à 18:32
  • mais pourquoi attendre toute une année pour de si bonnes douceurs.
    en tout cas, un trés joli texte.

    Posté par rsylvie, 05 novembre 2007 à 22:03
  • Diffiçile de tout expliquer en 2000 signes....lol
    Sans doute vient t'elle dans cette ville pour une occassion exceptionnelle tous les ans à la même période. Ce peut être un anniversaire, ce peut être une fête locale....
    Et puis le plaisir tient à l'exceptionnel la plupart du temps...Si elle vivait à côté, elle finirait par ne plus les voir et ne plus en avoir envie du tout, tu ne crois pas ?

    Posté par kloelle, 05 novembre 2007 à 22:25
  • Si certain envisagent mal le sens propre du terme : "subtilité",
    il leur faut lire ton texte sans tarder.

    Posté par le chien, 06 novembre 2007 à 10:02
  • Je suis d'accord avec les com précédents. j'ai été ravie par la sensualité qui se dégage de ton texte. Bravo.

    Posté par souliers vernis, 06 novembre 2007 à 15:13
  • Je trouve ce texte vraiment excellent, avec de très belles images comme « les couleurs lui caresser les prunelles » ou « yeux EN paradis » qui restituent une ambiance sensuelle et délicate… à croquer, et en 2000 signes seulement ! Chapeau bas !

    Posté par Vagant, 07 novembre 2007 à 14:31
  • Une jolie ambiance toute en sensualité gourmande. On aimerait "feuler" avec tante Babette...

    Posté par Plum', 07 novembre 2007 à 15:19
  • Que rajouter?

    Sensuel, attente de la gourmande et plaisir; tout est si bien décrit

    Posté par laura, 15 novembre 2007 à 12:55

Poster un commentaire