Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

12 novembre 2007

La bêtise (fabeli)


Tante Babette prit une profonde inspiration et posa ses yeux clairs sur nos mines désolées.

-Qui a renversé le bocal ?

D’un coup d’œil je regardai mes frères qui baissaient la tête d’un air contrit. Nous connaissions tous le nom du coupable et, tous, nous étions bien décidés à ne pas le donner. Ce code d’honneur que nous respections depuis notre plus jeune âge ne serait jamais entaché par notre trahison.

Tante Babette allait et venait devant nous de son pas majestueux. Sa robe soyeuse chatoyait dans la pénombre rayée de soleil. En ce début d’après midi, nos maîtres finissaient de déjeuner dans l’appartement du premier étage. Ils ne tarderaient plus à redescendre pour ouvrir la boutique et ne pourraient que constater l’étendue des dégâts. Le bocal de friandises gisait sur le plancher, les billes colorées avaient roulé en tout sens, certaines aidées de nos coups bien ajustés.

Le pas de tante Babette se fit plus nerveux à mesure qu’elle sentait l’heure approcher.

-Comme d’habitude vous êtes bien décidés à ne rien dire et comme d’habitude vous savez que ma punition sera collective. Privés de sortie et de chasse pour trois jours.

Les yeux toujours baissés, nous acquiesçâmes en silence, évitant le regard perçant de celle qui nous avait recueillis depuis un an.

Au premier pas dans l’escalier, elle s’assit avec sérénité, la tête haute, la queue enroulée autour de son corps racé, juste devant le bocal brisé. Lorsque madame Heyraud poussa la porte, mes frères et moi avions disparus par la chatière. Nous entendîmes les cris poussés par le maître et les miaulements d’excuses de notre protectrice. Nous gagnâmes notre cachette, soulagés mais honteux de notre silence. Comme toujours nous avions tenu notre pacte de fraternité, ce serment établi entre nous quatre à la disparition de nos parents. Et comme toujours, tante Babette avait accepté de couvrir nos bêtises, prête à supporter la colère de ses maîtres pour nous éviter le retour à une vie de chats errants.

Posté par Coumarine à 17:08 - Fabeli - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Ne sont ils pas mignons ces matous là ? Ils respectent la loi du silence !

    Ahhh ! J'ai adoré !

    Posté par ilescook, 12 novembre 2007 à 19:11
  • trop choux !
    super l'idée,,,, on tient le suspens jusqu'à la fin. bravo, d'originalité

    Posté par rsylvie, 12 novembre 2007 à 19:49
  • Les chats ont plusieurs sous le pseudo de tante Babette. Un peu cruels... mais délectable.

    Posté par Caro(carito), 12 novembre 2007 à 20:57
  • l'idée des chats est une très bonne idée..
    super Fabeli!

    Posté par Coumarine, 12 novembre 2007 à 22:26
  • Très original ton texte. Bravo!

    Posté par cassy, 13 novembre 2007 à 00:01
  • merci

    à tous , je suis contente de vous avoir amusé. J'ai hésité à envoyer ce texte que je trouvais un peu "léger" mais d'une part je n'avais rien d'autre et d'autre part je le trouvais amusant et je voulais voir si le suspens fonctionnerait avec vous comme je l'avais prévu en l'écrivant. Je viens de lire le texte de Marou qui répond au mien mais avec des souris, c'est super

    Posté par fabeli, 13 novembre 2007 à 22:39

Poster un commentaire