Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

18 novembre 2007

10_Filature (Matarjeu)

Je n’ai pas mis les bonnes chaussures ce matin. Le chef aurait pu me prévenir que ça risquait de durer. Yen a, ça me fait tellement cavaler que j’ai pas le temps de casser la croûte. Celle-ci, par exemple. Je me trompe rarement. Une fille dans les trente ans, pas mal roulée, enfin pour ce que j’en vois, parce que avec leur manie maintenant de porter des bottes, impossible de savoir si les jambes, c’est des poteaux ou des super gambettes qu’on aurait envie de caresser… Des bottes rouges, qu’elle a. Encore une qui n’a rien à foutre que se balader, faire du shopping comme elles disent. Je me demande pourquoi faut la suivre, celle-là… Un mari jaloux, probable. Ah ! Elle s’arrête. Regarde une vitrine de pompes. Entre. Moi, sur l’autre trottoir, à la guetter dans le reflet de la pharmacie en face. Debout avec mes fichues godasses neuves et la couture qui m’appuie sur les gros orteils. Bon, elle sort. Avec un paquet. Forcément, elle sait dépenser. Moi, je note tout, son trajet, ce qu’elle fait, j’ai pas à comprendre, le patron dit c’est sans importance, tu notes et tu fermes ta gueule.

Trois heures que je lui cavale après, elle a des réserves cette fille ! Toujours pareil, elle entre dans une boutique, j’attends, elle ressort avec un paquet, elle continue. Elle arrêtera quand elle aura mal aux pieds. Comme moi. Tiens, du nouveau, elle entre dans un bistrot. Avant d’entrer à mon tour, j’attends un peu. Soudain un mec sort en courant, j’entends des cris, je regarde à travers la vitre, c’est déjà la bousculade à l’intérieur, avec un type allongé, la tête couverte de sang… Merde, et ma fille ? Les flics arrivent, barrent l’entrée, j’arrive plus à voir… Mais voilà une ambulance. On sort une première civière. Le type. Une deuxième, maintenant, et j’aperçois les bottes rouges qui dépassent de sous le drap. C’était vraiment pas la peine de me faire tant courir pour finir comme ça…

Posté par _Sammy_ à 08:30 - Matarjeu - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

  • Ca me la coupe ! je m'attendais pas du tout à cette fin-là... Bien joué !

    Posté par Sunny, 18 novembre 2007 à 16:37
  • Une triste fin pour cette filature ! bien vu.

    Posté par brig, 18 novembre 2007 à 18:23
  • j'ai cru qu'elle allait sortir entre deux policiers et que le guetteur distrait n'avait pas vu qu'elle s'était arrêtée, entre autres, dans une armurerie

    Posté par brigetoun, 18 novembre 2007 à 18:32
  • Un ton enlevé et un rythme bien tenu. Bravo ! Un très bon texte.

    Posté par antigone, 19 novembre 2007 à 06:36
  • Une fin completement imprevue, bon boulot!

    Posté par Janeczka, 19 novembre 2007 à 11:42
  • Un morceau

    de polar?
    J'adore....

    Posté par laura, 19 novembre 2007 à 13:24
  • merci pour vos commentaires, j'avais un peu peur de choquer avec le cynisme de mon narrateur, vous me rassurez !

    Posté par matarjeu, 19 novembre 2007 à 19:14
  • C'est bien mené.....bravo.

    Posté par Kloelle, 19 novembre 2007 à 20:45
  • Belle histoire cynique peut être... mais j'ai aimé !

    Posté par ilescook, 20 novembre 2007 à 09:27
  • Oui, elle est bien cette histoire. Techniquement, j’ai toujours du mal à écorcher la langue, alors que c’est parfois nécessaire pour la crédibilité du discours.

    Posté par Vagant, 21 novembre 2007 à 11:23
  • Je n'écorche que lorsque c'est indispensable ! parce que les fautes de syntaxe, ça me donne de l'urticaire !

    Posté par matarjeu, 21 novembre 2007 à 19:19
  • Un suspense, un détective privé, une filature, une fille en bottes rouges, et la jalousie exerminatrice! Très bon, j'ai suivi avec toi, je me posais comme toi des questions, mais c'est toi qui avais les réponses...Bravo!

    Posté par Lorraine, 21 novembre 2007 à 19:31
  • Rien de choquant dans ce pauvre détective qui fait son boulot. Oui, une fin pareille, ça vous la coupe !

    Posté par Sodebelle, 23 novembre 2007 à 20:04

Poster un commentaire