Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

12 décembre 2007

48. Le mal-aimé (Cassandrali)

Madame la Mère de la Terre,

Je viens vous exprimer mon vif mécontentement & ma révolte face à la terrible méprise dont je fais l’objet. Je me sens offensé.
Ils s’indignent, pestent dès les premiers signes de mon apparition. De pas légers en timides approches, je m’immisce discrètement afin de ne point les effrayer, laissant ainsi l’été s’estomper progressivement. Malgré mes efforts, les grimaces déforment ces êtres en visages laids, gris, agressifs, tristes…
Ils regrettent les caresses estivales de l’air, les dégradés de cyan, indigo & blanc, les chamarrés de coloris arc-en-ciel mêlés à de délicates fragrances virevoltantes dans l’air des champs, des vergés & des jardins.
Afin de les charmer, je me pare aussi de teintes chatoyantes et flamboyantes ; ambre, ocre, topaze, carmin, vermillon & sienne s’unissent avec les verts persistants des pins & des cèdres.
On me nomme l’été indien mais l’on me craint trop dans la majorité des cas, voyant en moi davantage le froid, la déprime s’installer, la clarté régresser au fil du temps.
Bientôt, l’écrasant manteau de l’hiver viendra revêtir les plaines, les vallées, les montagnes & les villes… Mais là, ils seront ravis car cette période rime avec les plaisirs de la neige & les fêtes de fin d’année.
Ils me détestent, pire, me haïssent ! C’est affligeant…
La terre a besoin de moi. Elle se repose grâce à ma présence. Sans moi, elle serait incapable de se réveiller à la vie après six longs moi d’hibernation. Tel le Phénix renaît de ses cendres, le printemps & l’été reviennent fertiles & abondants après avoir profité de ma générosité.
J’attends de vous les mots, les gestes permettant de les convaincre, d’obtenir la reconnaissance de mes bienfaits dans le cycle de la vie ; espérer enfin voir, la gaité habiller les visages de ces hommes, ces femmes & ces enfants lors de ma prochaine visite.
Dans cette attente, je vous prie de croire en ma dévotion sans limite dans l’accomplissement de mon rôle & en mon égard revenant à votre Grandeur.

L’automne

Posté par pivoineblanche7 à 11:06 - Cassandrali - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • une superbe réussite !

    Posté par matarjeu, 12 décembre 2007 à 11:51
  • Ne sois pas triste, Automne! il y en a qui t'adorent! (j'en fais partie)
    Une belle lettre.

    Posté par Janeczka, 12 décembre 2007 à 11:57
  • Je suis aussi de celles et ceux qui te vouent un culte et qui apprécient au plus haut point cette belle lettre et l'originalité de son sujet )
    Bravo Cassandrali !
    P/S :l'orthographe exacte de la saison ne serait-elle pas plutôt, pour le plein respect de la consigne , Otomne ? )

    Posté par clau, 12 décembre 2007 à 12:05
  • Mieux que de la poésie!!
    Bravo!

    Posté par Claire, 12 décembre 2007 à 18:47
  • Oui, un texte très poétique qui se déguste avec des étoiles dans les yeux.

    Posté par Noisette, 12 décembre 2007 à 18:51
  • J'ai adoré comme j'adore l'automne, de loin ma favorite.
    Beau fond, jolie forme...

    Posté par uhsn, 12 décembre 2007 à 18:51
  • Dommage pour tous ces 'u'... ... mais vive l'otone tout sauf atone !

    Posté par Cédric, 13 décembre 2007 à 10:43
  • Ah oui, effectivement... Après recherche, j'ai vu les "u" en trop... J'ouvrirai mieux mes yeux la prochaine fois !!!

    Posté par Cassandrali, 13 décembre 2007 à 14:06

Poster un commentaire