Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

12 janvier 2008

10. A vaincre sans péril etc. (Sodebelle)


 

J’ai bien fait le tour de la question,

une question fermée,

fermée à clé,

avec chaîne et cadenas,

c’est tout à fait toi :

enfermée dans ta tête,

enfermée dans ton corps, forteresse impénétrable.

 

J’ai essayé d’entrer, de m’immiscer, de m’infiltrer mais tout était verrouillé, les portes, les volets, les fenêtres …

seules les meurtrières étaient ouvertes mais trop étroites pour m’y glisse, et dangereuses aussi !

Une flèche, une coulée d’huile brûlante, une boule de poix enflammée…

Tu aurais pu me blesser, tu sais, moi le seul qui te rôde encore autour, tous les autres ayant capitulé depuis belle lurette !

Moi pas : un « non » n’est pas une réponse acceptable.

La vie m’a appris que derrière tout refus se cache une grande peur, une souffrance secrète et donc je monte le siège, pacifiquement et j’attends que, de guerre lasse, tu me tombes dans les bras.

 

J’ai bien fait le tour de la question et il n’y a rien à redire, rien à changer.

Je me fiche des « quand », « comment », « pourquoi » et autres questions grandes ouvertes qui nous mèneront forcément à la discorde car tu n’es jamais d’accord avec personne ni même avec toi-même : tu vis dans la colère, tu vibres de rage …

et je te regarde t’épuiser.

Tu n’en n’as plus pour longtemps : tu manques d’air, tu voudrais ouvrir une fenêtre, mais je suis là qui te guette avec ma patience et mon sourire… et donc tu t’étouffes dans ton air vicié : plutôt crever que rendre les armes : que tu es bête !

 

Tu vas succomber : je le sais, j’ai toujours eu toutes les femmes que je voulais mais ce sont les rebelles comme toi qui m’excitent le plus.

Posté par Coumarine à 18:01 - Sodebelle - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

  • Don Juan ET Barbe Bleue?!
    J'aime le rythme, le personnage est bien plante.

    Posté par Janeczka, 12 janvier 2008 à 19:56
  • Il n'y arrivera pas!
    Ton texte est superbement bien écrit, une femme forteresse, emmurée dans son vécu.

    Posté par virgul, 13 janvier 2008 à 19:01
  • moi, j'aime

    Combien de femmes aimeraient et rêveraient qu'on leur fasse un siège pareil... (ET, peut dire que j'ai eu de la chance...!!!!!!!!!!!!!!!!). Clin d'oeil.

    Jolie langue, poétique, presque en musique.

    Posté par catcatcat, 13 janvier 2008 à 21:30
  • bon j'avoue...
    j'ai aimé
    je suis entrée dans l'histoire...
    et sur la fin, je me suis dit " il me manque quelque chose"
    j'ai recommencé et dés le 1er paragraphe
    tout s'est éclairé...
    et j'ai vraiment apprécié l'écriture

    Posté par rsylvie, 13 janvier 2008 à 21:51
  • bizarre...

    ce type! au début je le trouvais plutôt sympa mais à la fin, le côté collectionneur qui épingle ses proies, il me fait un peu froid dans le dos. Cette pauvre fille un peu perdue, est ce qu'il ne lui veut que du bien?

    Posté par fabeli, 13 janvier 2008 à 22:02
  • bien ficelé

    Ecriture fraîche et claire comme j'aime.Rythme et vocabulaire harmonieux. Rien de pompeux bref j'ai aimé ce texte. Suis entré de suite dans le récit, finalement assez classique.

    Posté par Anouch, 15 janvier 2008 à 09:11
  • J'aime bien, le style, l'écriture tout quoi.
    Le côté manichéen du tombeur est bien décrit.
    Je pense toutefois que chez un coureur de jupon,
    ce n'est pas si réfléchi…
    C'est naturel en fait : quasi Darwinien.
    Mais c'est vrai que de l'attente, de la résistance, né le désir…

    Posté par le chien, 16 janvier 2008 à 10:27
  • C'est vrai que la dernière phrase est bizarre par rapport restant du texte... Je ne vois pas les coureurs de jupons aussi sensibles que l'homme que tu nous décris. (et puis je suis étonnée qu'ils s'intéressent à ce genre de femme..)

    C'est un superbe texte Sodebelle ! Le comportement de cette femme si bien analysé, si bien rendu. Sa propre souffrance derrière sa "méchanceté" apparente.
    Et puis ce courageux jeune homme... (enfin jeune.. c'est selon mon interprétation ). Une sacrée dose de patience. Puisse-t-il l'aider à décimenter un par un les murs de sa forteresse.

    Posté par Anaïs, 16 janvier 2008 à 13:24
  • Merci pour tous vos commentaires : ce texte est "sorti tout seul" et je fus la première étonnée de la tournure qu'il a pris. Si au départ, l'homme est animé de "bonnes intentions", l'attitude de la femme finit par éveiller chez lui autre chose de moins romantique. Du moins, c'est comme ça que je le comprends personne n'est tout à fait ange ni tout à fait démon mais un subtil mélange des deux, en proportions variables !

    Posté par Sodebelle, 16 janvier 2008 à 15:33
  • Courageux le jeune homme ... à assiéger telle forteresse...

    C'est sans doute son type de femme, il n'aime pas celles qui sont faciles..

    Posté par ilescook, 16 janvier 2008 à 16:18
  • Belle écriture même si le personnage du tendre glouton me fait quelque peu peur! Il y a tant de forteresses fermées pour cause de blessures profondes! Pas vraiment besoin de vautour pour aller mieux ... mais l'écriture est belle. On entre dedans et on se laisse guider jusqu'au bout!

    Posté par fc, 20 janvier 2008 à 18:04

Poster un commentaire