Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

15 janvier 2008

19. Jeux de mains (Sherkane)

« J’ai bien fait le tour de la question, tu ne peux pas le garder avec toi. Tu dois le mettre

dans une institution spécialisée »

Marie ne dit rien. C’est à peine si elle a entendu son frère. Elle regarde son fils, planté sur

le coté de la fenêtre, face à la vitre ouverte, le corps immobile, l’air absent. Inutile de

l’appeler, de vouloir attirer son attention, elle sait qu’il ne l’entendra pas.

Son fils bouge. D’abord un doigt, puis deux. Il décrit des mouvements de plus en plus

rapides. Un sourire semble se dessiner sur son visage.

Intriguée, Marie va se placer derrière lui. Son fils vient d’étendre le bras, main en avant,

paume ouverte, doigts écartés. L’ombre s’imprime sur les persiennes entrouvertes. Une

main large aux doigts forts et aux ongles courts. Marie se rapproche encore, prenant soin

de ne pas toucher le jeune homme. A son tour elle lève le bras, et de l’ombre de ses

doigts, elle vient taquiner ceux de son fils sur les persiennes. D’abord immobiles, les

doigts du garçon commencent à bouger lentement. La mère et le fils entament alors avec

leurs mains, un étrange ballet sur les persiennes de la fenêtre.


Et puis, tout aussi soudainement, Marie voit son fils baisser le bras et se mettre à se

balancer doucement d’avant en arrière.

Posté par Coumarine à 09:19 - Sherkane - Commentaires [16] - Permalien [#]

Commentaires

  • En peu de phrase tout est dit et bien dit.

    Posté par mab, 15 janvier 2008 à 10:34
  • Si proches, si loin...

    Posté par Janeczka, 15 janvier 2008 à 13:32
  • un geste...un geste de connivence, de complicité
    Puis à nouveau le silence, l'exil...
    c'est très beau, c'est très fort
    Bravo à toi Sherkane...et bienvenue sur PP

    Posté par Coumarine, 15 janvier 2008 à 14:50
  • Comme une grosse claque.
    Joli.
    Merci.

    Posté par uhsn, 15 janvier 2008 à 17:28
  • qu'il est beau ce texte.
    comme je l'aime
    il me parle
    ils me parlent..

    de la poésie
    tout en délicatesse
    avec tant de tendresse.
    non vraiment, il n'y a rien d'autre à dire
    c'est beau

    Posté par rsylvie, 15 janvier 2008 à 18:55
  • J'en ai les larmes aux yeux.
    Oui, très beau texte.

    Posté par Noisette, 15 janvier 2008 à 21:56
  • C'est un cadeau du ciel.

    Posté par Sodebelle, 15 janvier 2008 à 22:14
  • Merci à tous de vos commentaires! Je suis contente que ce texte vous parle.
    Nouvelle venue sur PP, j'ai grand plaisir à découvrir les différents textes et les différentes écritures. Même si pour l'instant je me sens un peu trop "intimidée" pour mettre des commentaires. Plus tard sans doute...

    Posté par Sherkane, 15 janvier 2008 à 22:30
  • Moi aussi j'ai beaucoup aimé. Un récit feutré tout en tendresse pour raconter un sentiment qui déborde, tant il est fort. Bravo et bienvenue.

    Posté par Virgul, 16 janvier 2008 à 08:22
  • Que dire de plus, si ce n'est ceci :
    La force de ce texte est de nous amener à nous émouvoir, sans user de stratagèmes dramatique outranciers et autres tires-larmes littéraires.
    Ici, le récit est sobre et nous ressentons ce qu'il y a à ressentir en toute pudeur.
    En moins de 2000 signes, c'est un tour de force.
    Bravo.

    Posté par le chien, 16 janvier 2008 à 09:59
  • Un texte qui nous touche au fond du coeur.

    Une maladie terrible qui enferme dans le silence et le douloureux cheminement de la mère.

    On souffre pour lui, pour elle.

    Merci de ces mots.

    Posté par ilescook, 16 janvier 2008 à 16:57
  • moi aussi je viens d'arrivée et je me sens fort jeune par rapport à certaines personnes qui ont déjà des enfants alors que moi je n'ai que 16 ans. Ton texte est magnifique et émouvant. Un grand bravo.

    Posté par florence, 16 janvier 2008 à 21:16
  • Le texte est magnifique.
    Le rôle du frère est en particulier très intéressant. On a envie d'en savoir plus.

    Posté par Arthur HIDDEN, 18 janvier 2008 à 07:04
  • C'est exactement cela. Moi qui connaît bien " ces gens-là", je reconnais, à la virgule près, les gestes, les attitudes, les mots...
    Tu dois certainement les avoir cotoyé aussi, cela ne s'invente pas !
    Et...merci pour eux !

    Posté par Amanda, 18 janvier 2008 à 14:42
  • Un texte qui ne laisse pas indifférent...

    Posté par lisounette, 19 janvier 2008 à 11:49
  • Quelle sensibilité dans ce silence...

    Posté par caro_carito, 19 janvier 2008 à 16:51

Poster un commentaire