Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

17 janvier 2008

27. Le renouveau (Virgul)

 

J’ai bien fait le tour de la question, se dit Florence


Bon, primo avec Hubert.


Ce crétin m’a fait un mal de gueux en me dédaignant pour cette donzelle sur ses échasses, jean moulé et obus pointés. Rien ne m’énervait plus que les yeux de merlan frits d’Hubert au bras de l’autre qui vacillait sur ces hauts talons.


Quel imbécile ! Avec ses vingt ans de plus et ses quinze centimètres de moins, rentrer son ventre n’effacera jamais le ridicule. Je m’en veux encore d’avoir pu aimer un type devenu aussi stupide.


J’ai souffert. Beaucoup. Ce genre  « d’expérience » est loin d’être valorisante. Mais mon mépris pour lui m’a aidé à m’en détacher.


Donc Hubert, au placard !


Secundo, mon job.


Pas facile de rester au top quant on est trompée et que le couple sombre.


Les nuits d’attente et d’insomnie ne favorisaient pas la concentration au boulot les lendemains. Mes yeux enflés ne convainquaient plus ni mes « supérieurs », ni mes clients. Mieux vaut garder le regard alerte pour conserver sa crédibilité. Plusieurs avertissements, retraits de dossiers importants et mise à l’écart progressive.


J’ai du souquer ferme pour redresser la barre !


Pas de pitié dans la profession. Les jeunes loups guettent et profitent de la moindre de vos faiblesses pour se faire valoir.


C’est cette hostilité, et ma fierté aussi, qui m’ont aidée à me remettre debout.


J’ai, pas à pas, regagné la confiance et les loups ont raté leur festin.


Ce matin, après une première nuit sans angoisse depuis des mois, je me suis éveillée complètement détendue, dans un état feutré d’abandon et de sérénité totale.


 

Une grande clarté m’habitait, comme une évidence, projetant l’ombre d’une main salvatrice appuyée sur le volet, et laissant inonder ma chambre de toutes les promesses de jours meilleurs.

 

 

Posté par Coumarine à 10:48 - Virgul - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

  • Quelle poigne cette bonne femme !

    Posté par Sodebelle, 17 janvier 2008 à 11:24
  • J'aime le vocabulaire, les expressions... et la fin: ne pas se desesperer!!

    Posté par Janeczka, 17 janvier 2008 à 14:09
  • C'est étrange comme l'actualité et les "choses dont on parle en ce moment" peuvent influencer la lecture d'un texte... J'ai malgré moi collé des visages bien connus sur tes protagonistes

    Posté par Boo, 17 janvier 2008 à 15:03
  • Une grande clarté m’habitait, comme une évidence... :
    j'ai particulièrement aimé cette phrase là.

    Posté par Noisette, 17 janvier 2008 à 20:27
  • Celui qui quitte une fille comme Florence ne peut être qu'un imbécile.
    Les trompeurs ne sont pas les meilleurs.

    Posté par Charlotte, 17 janvier 2008 à 20:53
  • une réalité, très bien écrite...
    contente de la fin,,,
    cela m'aurait peinée qu'elle subisse jusqu'à tout perdre...

    Posté par rsylvie, 18 janvier 2008 à 09:22
  • Bravo, Florence, belle façon de réagir ! Un vrai bon texte, Virgul !

    Posté par Amanda, 18 janvier 2008 à 09:38
  • "Un état feutré d'abandon" jolie formule.

    Posté par mab, 18 janvier 2008 à 12:33
  • "Cette donzelle sur ses échasses, jean moulé et obus pointés" m'a beaucoup fait rire. Je demande à voir le résultat dans 20 ans )
    En attendant, ce sont des situations de la vie courante qui arrivent tous les jours... Tu as raison, il ne faut pas se laisser abattre, ni par les jeunes loups, ni par les belles gazelles !!!

    Posté par Cassandrali, 18 janvier 2008 à 12:40
  • Tu as bien redressé la barre.. Bravo ! Un vrai texte parlant.

    Posté par brigou, 18 janvier 2008 à 16:24
  • Elle en a du courage... J'aime beaucoup la dernière phrase.

    Posté par lisounette, 19 janvier 2008 à 11:44
  • Et j'attends la suite, m'est avis que ça va chauffer pour les jeunes loups, enfin j'espère!

    Posté par Arthur HIDDEN, 19 janvier 2008 à 16:19
  • virgul...très bon texte!
    et ce que j'apprécie, c'est le fait de se mettre en tant qu'homme et avec beaucoup de finesse, dans la peau d'une femme

    Posté par Coumarine, 19 janvier 2008 à 16:31

Poster un commentaire