Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

28 janvier 2008

14. WIILKOMMEN, BIENVENUE, WELCOME … (Amanda)

Mes bien chers frères,
N’ayez pas peur !
Entrez !
Welcome, bienvenue les hommes !
Venez vous amuser !
Ici, on peut apporter ses baisers,
Ici on peut prendre son pied,
Ici on peut se livrer au péché en douce liberté.
N’ayez pas peur !
Au jardin des délices, débridez vos caprices.
Nul ne vous voit, nul ne vous juge
Il n’y a que moi…
Et moi je ne compte pas.


Toi, l’Antoine, je t’aime bien, tu sais
Malgré tes airs de chanoine…
Toi, l’André l’aumônier des petites vieilles,
Je t’emmènerai au septième ciel
Et toi, Thomas
Qui ne croit que ce que tu vois,
Et toi Damien
Qui aime tant mes seins…
Et vous, Benoît,
Etonnez-moi !!


N’ayez pas peur !
Il y aura encore d’autres va-et-vient
Dans mon sexe, dans mon cœur.
Personne n’y reste jamais
Pas même un enfant !
Cela m’est indifférent.
Je suis congelée, hermétique aux sentiments
Je ne risque rien, je suis blindée
En toute sécurité, vous pouvez entrer !
Vous aurez ma fleur,
Mais pas mon cœur.

Posté par _Sammy_ à 10:00 - Amanda - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • c'est sympa
    c'est amusant
    c'est coquin
    c'est charmant
    c'est libertin
    mais il y a...
    cela cache sur'ment
    des sentiments
    inavoués
    d'une blessure ?

    Posté par rsylvie, 28 janvier 2008 à 10:32
  • Les hommes qui passent, maman...
    Ca cache surement une grande souffrance et une grande solitude. Bravo

    Posté par claire, 28 janvier 2008 à 10:37
  • Il est poignant ce texte ! il cache une blessure qui fait mal encore...

    Posté par brigou, 28 janvier 2008 à 11:47
  • J'aime bien le 'débridez vos caprices'.Il y a un bon rythme, un bon choix de mots. La reference a Antoine m'a fait penser au 'Moribond', de Brel. Un clin d'oeil conscient?

    Posté par Janeczka, 28 janvier 2008 à 12:17
  • Il est dur ce texte...
    Séparer le corps de l'esprit ne libère pas de la souffrance mais c'est peut être plus facile de le croire pour accepter l'inacceptable.

    Posté par kloelle, 28 janvier 2008 à 12:38
  • Oui, oui, plein de clins d'yeux...
    A " Cabaret", à Brel, à Françoise Hardy et sa chanson " Etonnez-moi, Benoît " et même au pape, tiens, pourquoi pas.
    Quant à la souffrance....
    Un corps où même l'enfant ne reste pas...

    Merci pour vos comm'

    Posté par Amanda, 28 janvier 2008 à 14:06
  • vocation qui doitavoir ses moments pénibles, mais c'est beau le dévouement

    Posté par brigetoun, 28 janvier 2008 à 15:12
  • Un beau texte...dense et riche, tout en sous-entendus. Et le tableau austère prend un jour nouveau.

    Posté par antigone, 29 janvier 2008 à 19:53

Poster un commentaire