Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 janvier 2008

19. Nécrologiquement vôtre, … (Socrate)

« Mes biens chers frères … »

Devant leurs regards absents, j’hésitai à continuer le discours d’introduction des nouveaux inscrits à notre vénérable société des investisseurs floués que j’ai l’honneur de diriger depuis belle lurette. Notre SIF je l’avais créée lors de la première arnaque bancaire opérée par le Crédit Lyonnais rebaptisé depuis LCL. Très vite l’association accueillit tous les petits porteurs perdants.

« Mes biens chers frères … », repris-je. Hélas, la foi n’y était plus. Eux, ils venaient de perdre encore plus avec la Société Générale. On n’arrête pas le progrès. De droite à gauche, on reconnaissait Georges de Laval avec ses petites moustaches bien taillées– il venait de perdre tout l’héritage parental !  Derrière lui, Ernest de Châteauroux. Il avait perdu son exploitation. En premier plan, Denis de Paris, petit gigolo qui avait investi l’argent de sa rombière. Celle-ci le poursuivait de sa haine aussi forte que le soi-disant amour qui l’avait jetée dans ses bras. Tête baissée, Alfred, venu des Hautes Alpes, n’avait plus la force de regarder devant lui. Il m’avait confié avoir perdu tout, tout, insistait-il, femme, enfants, argent, honneur, … Non ! il n’en sortirait jamais ! A ses côtés, Louis, ancien banquier. Guichetier durant 41 ans, il se pensait infaillible – et pourtant….

« Mes biens chers frères … » murmurais-je. Vous avez eu raison de vouloir abréger vos souffrances. Adieu donc ! J’abattis le bras, signal entendu avec l’exécuteur dont la kalachnikov  cracha la mort sur ces pauvrets.

La Société Générale était sauvée. Mon aura protégeait ses pauvres banques. Mes investissements sur mes capacités à éviter de scandaleux procès opposant petits porteurs et grandes Maisons bancaires respectables, étaient reconnus  à leur juste valeur! Chaque jour du fond du cœur, je remercie ces petits porteurs! Grâce à eux je vis une vie royale.

Aux suivants…

Posté par _Sammy_ à 14:00 - Socrate - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

  • La liquidation des actifs, une oeuvre de charité en quelque sorte...

    Posté par Gino Gordon, 29 janvier 2008 à 19:12
  • Belle vision

    J'admire votre magnifique humour, Gino. Il s'agit bien de supprimer les actifs et, dans la foulée, de soulager définitivement les passifs. Somme toute, la banque mène à tout, même à la route.

    Posté par socrate, 30 janvier 2008 à 10:07

Poster un commentaire