Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 janvier 2008

20. Un procès d’intention (caro_carito)

« Mes biens chers frères… »

Le moment fatidique était passé. Je respirais enfin à l’aise. J’allais bien évidemment écouter quelques tirades. Pour la forme.

Anna écorcherait sans doute son texte. Luc se déplacerait avec son aisance habituelle sur les planches élimées. Il surjouerait parfois. Qu’importe, les dés étaient déjà tirés Je détaillais une fois encore le décor : chaises éparses, bureaux métallisées et en toile de fond la grisaille urbaine. « Les bourgeois de Calais» en costumes anthracite et chapeaux melon. Ma dernière pièce.

J’en avais soupé des louanges dithyrambiques des gens de métiers. Je n’avais qu’à m’en prendre à moi-même. J’avais pris les acteurs qu’il fallait, la scène à la mode. Un costumier, un décorateur que tous s’arrachent. J’avais, dans ma soif de gloriole, accepté tous leurs désidératas. La presse m’avait salué comme un génie. J’étais dans tous les magazines, et comble de la célébrité, j’avais été shooté à la sortie d’un night club branché, enchâssé entre deux sirènes tridimensionnelles.

Du toc et du stuc, oui. Retour à la case départ. J’avais choisi les acteurs. Inconnus du grand public. Un théâtre anonyme. Le directeur avait été ravi de pourvoir accueillir un auteur-metteur en scène capable de lui assurer plus d’une représentation.

Fin du consensus, je voulais de la hargne, de l’émotion. Blood’n guts ! De l’Art, celui qui vous remplit à ras-bord le cœur et éveille l’esprit. C’est pour ça non que j’avais signé ! Je voulais plus, saisir cette fugace vibration entre scène et salle.

Et elle était là, ma loyale. Cette palpitation que j’avais caressée, snobée, jalousée chez d’autres m’était revenu. Au creux de cette salle, partagée par ces inconnus, je la sentais monter, se nourrir, s’arrondir. Fidèle au rendez-vous de l’égoïste.

 

Blood’n guts!  du sang et des tripes, expression favorite du lieutenant Blueberry.

Posté par _Sammy_ à 15:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • Du théâtre ! Je n'y aurais pas pensé. Quelle belle idée, et le style est bien enlevé.

    Posté par antigone, 29 janvier 2008 à 19:59
  • J'aime bien ce 'retour aux sources'... ah, ces artistes!

    Posté par Janeczka, 29 janvier 2008 à 21:02
  • Merci Antigone, je vais souvent au théâtre et je trouvais que la toile faisait très décor.

    La gloire ou la gloriole Janeczka

    Posté par caro_carito, 30 janvier 2008 à 07:21
  • J'ai beaucoup aimé. Avoir vécu quelques moments d'un auteur metteur en scène. Et le style de ton texte, un régal.

    Posté par Virgul, 30 janvier 2008 à 09:20
  • Il y a ceux qui savent et ceux qui ne savent pas...Je parle d'écriture. Et tu sais.

    Posté par kloelle, 30 janvier 2008 à 11:16
  • Merci Virgul, très contente que ce petit texte t'ait plu

    Klo, mais si ce n'était toi, je me sentirais super mal à l'aise...

    Posté par caro_carito, 30 janvier 2008 à 23:31
  • j'aime bien l'évolution des sentiments.
    on dirait que tu sais de quoi tu parles ?

    Posté par rsylvie, 31 janvier 2008 à 22:20
  • Rsylvie, je pense que je donnerai le pourquoi de cette sensation dans mon blog sans doute..

    Posté par caro_carito, 01 février 2008 à 00:23

Poster un commentaire