Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

31 janvier 2008

26. Faute impardonnable (Charlotte)

Mes bien chers frères….Votre soeur est  bien morte mais elle ressuscitera au jour  du jugement dernier…  Il y va de ma foi, de ma dernière espérance.Quant à vous, mécréants vous pouvez ranger vos costards et vos mines hypocrites. De toute façon, c’est perdu d’avance.L’entrée dans un paradis  vous est fermée au nez et à l’oeil à tout jamais.L’heure de votre pénitence, à défaut de repentance a sonné.Car vous aviez soif et elle vous a donné à boire le bon vin de sa cave que vous avez  vidée.Car vous aviez faim et... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 09:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

31 janvier 2008

25. Vous êtes prêts ? (Gino Gordon)

—Mes bien chers frères, vous êtes prêts ?—Mouais, ça va. Mais arrête de faire ta grande sœur.—Jojo, regarde pas tes chaussures. —J'ai marché dedans juste avant d'entrer dans la cour.—Ah c'est ça l'odeur depuis tout à l'heure !—Tu me prêtes ton mouchoir ?—Chi tu échuie tes chauchures avec ma pochette, che t'en retourne une. Tu la vois chelle là ? —Pourquoi tu parles comme ça Paulo?—Paulo, tu réponds ?—…—Crache ça immédiatement—Lulu, t'as l'air ailleurs. —Hein ?—T'es dans la lune ?.—Non, non, ça va..—T'as un truc dans l'oreille,... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
30 janvier 2008

24. Votre sœur dévouée (Fabeli)

Mes biens chers frères, si vous entendez ces paroles et voyez ces images, alors je ne suis plus de ce monde. Je suis sûre que cet après midi, autour de ma tombe, les murmures de condoléances bruissaient dans l’air printanier. On plaignait ces pauvres messieurs d’avoir perdu une sœur si dévouée. Et sur vos visages impénétrables, on distinguait les traces d’un chagrin sobrement contenu. Comme je les entends, ces commentaires attristés, comme je les vois, vos mines désolées. Désolés de vous retrouver seuls. Seuls du matin au soir et du... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 15:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 janvier 2008

23. L’assassin de tante Agathe (Oncle Dan)

Mes bien chers frères, si je vous ai réuni aujourd’hui dans la cour de notre château, c’est à la demande de Monsieur Poirot. Son enquête serait terminée et il affirme avoir découvert le meurtrier de tante Agathe. Vous connaissez ses habitudes. L’assassin fait toujours partie des personnes invitées. Je n’arrive pas à croire que le malfaiteur soit l’un d’entre nous. Tante Agathe se serait débattue et aurait arraché une poignée de cheveux de son agresseur. Voilà qui met Paul à l’abri de toute accusation. Quant à Hercule... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 14:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 janvier 2008

22. Charité bien ordonnée (Christine 2)

Mes biens chers frères.Honni soit qui mal y pense. Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. La faim chasse le loup hors du bois, fais ce que je dois, advienne que pourra, car faute de grives on mange des merles. On sait bien où l'on est, mais on ne sait pas où l'on va au royaume des aveugles les borgnes sont rois et à beau mentir qui vient de loin, nul n’est prophète en son pays. Comme un fou avise bien un sage, je vous dis votre fait, et ne vais pas chercher midi à quatorze heures.  Je parle comme saint Paul, la... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 10:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
30 janvier 2008

21. Umutessi (Virgul)

« Mes biens chers frères », c’est ainsi que le père Paul entama son homélie dans la chapelle privée de la famille Dewit.« Nous voici un an, jour pour jour, après la mort de votre père Antoine. Un peu avant sa mort il m’a fait promettre de vous lire une lettre qu’il avait reçue de quelqu’un auquel il tenait énormément. En voici donc le contenu. »«  Antoine, je t’écris pour t’annoncer une bien triste nouvelle. Umutessi, ma mère, vient de nous quitter. Elle repose maintenant au pied de l’église de la paroisse de Butare. Elle y a... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

29 janvier 2008

20. Un procès d’intention (caro_carito)

« Mes biens chers frères… »Le moment fatidique était passé. Je respirais enfin à l’aise. J’allais bien évidemment écouter quelques tirades. Pour la forme.Anna écorcherait sans doute son texte. Luc se déplacerait avec son aisance habituelle sur les planches élimées. Il surjouerait parfois. Qu’importe, les dés étaient déjà tirés Je détaillais une fois encore le décor : chaises éparses, bureaux métallisées et en toile de fond la grisaille urbaine. « Les bourgeois de Calais» en costumes anthracite et chapeaux melon. Ma dernière pièce.J’en... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 15:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
29 janvier 2008

19. Nécrologiquement vôtre, … (Socrate)

« Mes biens chers frères … »Devant leurs regards absents, j’hésitai à continuer le discours d’introduction des nouveaux inscrits à notre vénérable société des investisseurs floués que j’ai l’honneur de diriger depuis belle lurette. Notre SIF je l’avais créée lors de la première arnaque bancaire opérée par le Crédit Lyonnais rebaptisé depuis LCL. Très vite l’association accueillit tous les petits porteurs perdants.« Mes biens chers frères … », repris-je. Hélas, la foi n’y était plus. Eux, ils venaient de perdre encore plus avec la... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 14:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 janvier 2008

18. Moi qui vous connaissais (Lorraine)

Mes bien chers frères, je vais tout vous dire. Vous le méritez. Vous êtes là, debout et impavides ; rien ne bouge ni vos yeux figés  d’inquiétude, ni vos cheveux soigneusement coiffés, ni votre souffle. Je suis le seuldes six à connaître votre histoire.  Ou plutôt, « notre » histoire.Vous ne vous en souvenez pas, évidemment !Pourtant, toi, Raymond, qui ressembles à un notaire fatigué, et toi, André, tête baissée, légèrement contrit, vous étiez mes copains, non ?Nous avons joué aux billes ensemble, nous avons couru la gueuse... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
29 janvier 2008

17. Fin de journée dans la vieille maison (Brigetoun)

« Mes biens chers frères », Jacques toussote, les regarde, reprend son souffle et …Mais : Louis, tête en avant, comme un taureau, l’interrompt, brusque  : « je t’en prie ! » ; le grand Bertrand marmonne, juste assez fort pour être entendu de tous : « chers ? » et Jules, souriant dans sa moustache : « Jacques se croit en chaire... Frérot, les sermons, les prières, nous venons de faire le nécessaire au cimetière, non ? ».Une amorce de silence.Jacques : « pardon, pourtant… »Louis, se carrant, superbe : « pourtant, nous sommes... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]