Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

13 février 2008

23. Le patrimoine (Laura VANEL-COYTTE)

"J'ai sorti mon cahier à couverture rouge de mon grand sac » pour y chercher le code d’un des cadenas du portail de la maison de campagne de mon père. Il me l’avait donné un jour de faiblesse sentimentale. Il n’y allait plus tellement depuis la mort de sa mère et même bien avant, d’ailleurs, c’était une corvée pour lui d’y aller.

 

Pourtant, c’était son patrimoine (qui partait en ruines) et il avait peur que mon mari mette la main dessus. Il avait aussi peur des voleurs qui s’étaient introduit dans la propriété plusieurs fois, la croyant abandonnée. C’est pourquoi il avait installé ces chaînes et ces cadenas mais ça ne m’aurait pas empêcher de passer par dessus le portail comme je le faisais avant. Mais aujourd’hui, avec ma jolie robe moulante, ce n’était pas très pratique. Alors, je fis le code puis enlevais peu à peu tous les barrages qui m’empêchaient de rentrer dans un des deux paysages de mon enfance. Je remis le cahier dans mon sac et mon sac et sur mon épaule et m’avançais peu à peu avec émotion. Ca faisait si longtemps que je n’étais pas venue. Mon mari qui constatait avec moi la décrépitude de la maison et l’abandon du parc n’osait pas interrompre la remontée de mes souvenirs. Nous fîmes tristement le « tour du propriétaire » mais je n’eus pas le cœur de rentrer dans la maison.


Alors je m’assis sur une vieille souche d’arbre, sortis mon cahier à couverture rouge de mon grand sac et écrivais 2 rimes qui me venaient : paysage, carnage. Puis je me dirigeais vers le portail et reverrouillais tout.

Posté par pivoineblanche7 à 17:15 - Laura VANEL-COYTTE - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Hormis l'atmosphère qui est dense et triste, il y a un petit problème de concordance de temps. Si l'on écrit au passé, ce qui donne assurément de la nostalgie à un texte, surtout avec un tel sujet, l'imparfait est le temps de la description et le passé simple (qui est d'ailleurs employé la plupart du temps) le temps de la narration. Mais le passé simple est un temps difficile à la lecture, on n'y est plus tellement habitué et surtout pas pour des textes courts.

    Coum conseille souvent l'emploi du présent et du passé simple, je pense que c'est un bon conseil (même si personnellement, j'affectionne particulièrement les temps compliqués o Je veux dire que cela permet un style plus haché, plus moderne et donc que c'est bon...

    De même, on attendrait aussi un subjonctif imparfait, "et il avait peur que mon mari mît la main dessus" - mais je reconnais que notre oreille n'est plus guère habituée à cela. D'où la substitution, souvent, avec un subjonctif présent.

    Il n'a pas l'air si terrible que ça, ce mari, après tout...

    Posté par Pivoine, 13 février 2008 à 19:42
  • Le titre: le patrimoine

    Il n'a pas l'air si terrible que ça, ce mari, après tout...????

    Posté par laura, 13 février 2008 à 22:10
  • Parce que le frère qui a donné le bien avait peut-être peur que "mon mari mette la main dessus". Je veux dire qu'on aurait pu s'attendre à un homme terrible ou malhonnête...

    Or, la réalité, c'est "Mon mari qui constatait avec moi la décrépitude de la maison et l’abandon du parc n’osait pas interrompre la remontée de mes souvenirs. Nous fîmes tristement le « tour du propriétaire » mais je n’eus pas le cœur de rentrer dans la maison."

    Donc, un homme plutôt respectueux des pensées et des souvenirs du personnage narrateur...

    Merci pour le renseignement du titre. J'ai fait le changement, c'est plus meilleur mieux !

    Posté par Pivoine, 13 février 2008 à 22:43
  • Mauvaise interprétation

    Il n'y a pas de frère mais d'un père, celui de la narratrice qui retourne dans la proprieté de son père.
    Ce n'est pas parce que le père pense que le mari est un mauvais homme qu'il l'est vraiment....
    Et il est tout le contraire....

    Posté par laura, 14 février 2008 à 09:55
  • Ah, ça c'est curieux. Pourquoi ai-je vu un frère? On dirait presque un acte, ou plutôt, une "interprétation manquée"...

    Posté par Pivoine, 14 février 2008 à 12:00
  • Il n'y a que toi pour répondre

    car moi, je n'avais pas dans la tête en écrivant de frère ou de méchant mari...

    Posté par laura, 14 février 2008 à 12:30

Poster un commentaire