Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

23 février 2008

10. Hurlement (Vertumne)

Il n'en a parlé à personne. Il a soigneusement rangé ses affaires, comme au bureau, quand il aligne ses crayons bien taillés dans l'ordre décroissant de leur grandeur. Il a mis ses vêtements repassés de frais dans son placard, il a choisi une cravate rouge, à pois colorés, il a fini de se vêtir et il est sorti. Il a traversé le parc comme s'il se rendait à l'église. Lentement. Il a regardé la lune et les nuages qui par moments couraient devant elle, il a écouté le léger bruissement du vent dans les feuilles, il s'est arrêté un instant, pour sentir son cœur battre dans sa poitrine comme parfois, la nuit, quand il ne pleure pas.
« Je vis encore » a-t-il murmuré.
Il a repris sa route, comme un oiseau cherchant son nid. Il a marché longtemps, jusqu'à ce que le froid s'insinue sous sa peau, et il a pensé à cette femme qu'il imagine souvent assoupie à ses côtés, la nuit, quand il ne dort pas.

Maintenant, debout face au noir du ciel, il décide que c'est fini. Il jette ses yeux dans les étoiles, comme pour oublier les obsédants silences de sa vie, il appelle ces fantômes qui viennent danser sous ses paupières, ces musiques lentes qu'il entend, la nuit, quand il ne rêve pas. Puis, chancelant, il enjambe le parapet et saute dans le vide. Il n'entend pas, au loin, le cri qui envahit l'obscurité.

Posté par patitouille à 17:00 - Vertumne - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • Excellent!

    Posté par Lorraine, 23 février 2008 à 19:54
  • la photo est utilisée, pour une fois, et de quelle façon !

    j'aime beaucoup ton texte, Vertumne. il est tout simplement super bien construit.
    j'aime particulièrement la méticulosité de ton personnage, au début...

    et puis cette phrase :
    "Il jette ses yeux dans les étoiles, comme pour oublier les obsédants silences de sa vie"

    superbe!

    Posté par pati, 23 février 2008 à 20:17
  • un texte qui ne laisse pas indifférent. J'ai lu d'un trait, je relis maintenant... j'aime beaucoup ce texte!

    Posté par lise, 23 février 2008 à 22:05
  • J'ai aimé les belles descriptions qui nous font vraiment entrer dans la peau de ton personnage.

    Posté par Noisette, 23 février 2008 à 22:12
  • Oui , c'est vraiment un très beau texte dramatique ... le cri qui envahit l'obscurité me fait penser au Cri de Munch...

    Posté par clau, 24 février 2008 à 04:46
  • La fin est dramatique ! mais j'ai bien aimé la chronologie dans ton texte.

    Posté par brigou, 24 février 2008 à 09:44
  • En lisant ton texte, on SENT qu'on va vers une fin dramatique
    Ce texte est lourd, et pourtant sobre...
    La tension dramatique est palpable
    c'est tout bon Vertumne!

    Posté par Coumarine, 24 février 2008 à 15:33
  • Je vous remercie sincèrement, vos mots me touchent.
    Il est vrai que j'ai tout particulièrement aimé "entrer" dans cette consigne 64, et surtout que j'en ai eu l'idée immédiatement.
    Mais j'avoue l'avoir fait avec une "aide" extérieure: c'est-à-dire en écoutant quasi en boucle la musique de «L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford» (Nick Cave et Warren Ellis)…
    Bonne semaine à tous !

    Posté par Vertumne, 24 février 2008 à 20:46

Poster un commentaire