Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

24 février 2008

12. Thanks God, we're british ! (Amanda )

Il n'en a parlé à personne.
Car, Théodore est un parfait majordome, un "butler"  à l'anglaise.

Théodore est très honoré de travailler chez le Duc et la Duchesse de Cornouailles. Impeccable dans son habit en queue de pie, le col blanc amidonné, le papillon noir coquettement noué, Théodore sert le thé, les doigts gantés de blanc.

Chaque matin, Théodore repasse au fer tiède l'immuable « Times » sans le moindre faux pli. Il dépose ensuite le vénérable journal sur un plateau d'argent, lequel trouve place à 5 cm exactement de l'assiette de toasts enveloppés dans une serviette chaude, à 5 cm exactement des œufs au bacon que le Duc affectionne.

La Duchesse, quant à elle, se contente d'un jus d'orange fraichement pressé, servi au lit par un Théodore impassible, selon le code de déontologie de la décence, enseigné à l'école de butlers d'Hampton Court. Impassible, même si la Duchesse arbore souvent des tenues fort légères. En particulier en l'absence de Monsieur le Duc plus féru de courses de chevaux à Ascot.

C'est que Monsieur le Duc prend de l'âge : la chasse et son club à Londres, réservé aux nobles mâles  sirotant un whisky pur malt en fumant un Havane lui prennent tout son temps.
Aussi Madame la Duchesse se sent-elle quelquefois fort seule. L'aquarelle et les promenades avec ses chiens ne suffisent pas à tempérer une quarantaine malicieuse.

C'est ainsi que fatalement, la chose se produisit. Un soir, au coin de l'âtre, un autre feu la souleva, allumé lui aussi par son butler, une ardeur inattendue l'emporta au 7e ciel qu'elle n'avait plus visité depuis fort longtemps !
Théo !
Théo a jeté son papillon aux orties et libéré une libido trop longtemps contenue dans sa queue de pie.

A 5 cm près.
La Duchesse, lassée de fermer les yeux et de penser à l'Angleterre, comme le lui avait enseigné sa mère, répondit de bon cour à tant d'ardeur.

A 5 cm près.
Il n'en a parlé à personne, Théodore. La Duchesse non plus.

Posté par patitouille à 09:00 - Amanda - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

  • Un vrai régal d'écriture et de lecture !... j'aime beaucoup les rimes intérieures ( personne - majordome , amidonné-noué-thé, bacon-affectionne, butler- légères, orties-pie, (...) et la dernière coeur-ardeur
    Vraiment bravo Amanda

    Posté par clau, 24 février 2008 à 09:13
  • Excellent, vraiment ! Sourires.

    Posté par Noisette, 24 février 2008 à 09:38
  • Un bijou ce texte ! à consommer sans médoration. bravo.

    Posté par brigou, 24 février 2008 à 09:46
  • C'est délicieux, Amanda, je me régale, c'est un pur plaisir...Tes trouvailles sont assez extraordinaires. Je me suis arrêtée un long moment sur: "...lassée de fermer les yeux et de penser à l'Angleterre"... Vraiment, c'est d'un humour féroce ...et anglais. A 5 cm près, ils ont donc repris ensuite la vie de tous les jours...

    Bises, chère Amanda,

    Posté par Lorraine, 24 février 2008 à 10:31
  • oui, c'est très bon

    et très drôle, aussi.
    come cette phrase qui m'a fait rire :
    "Théo a jeté son papillon aux orties et libéré une libido trop longtemps contenue dans sa queue de pie."

    bravo et merci pour l'éclat de rire, amanda )

    Posté par pati, 24 février 2008 à 10:50
  • Il faut qu'ils se méfient, Théo et la duchesse : Lady Chatterley, elle non plus, n'avait rien dit à personne ! Qui sait si le Times ne va pas devenir un jour un tabloïd "pipole" ? J'ai beaucoup aimé moi aussi la libido dans la queue de pie et le rappel du "ferme les yeux et pense à l'Angleterre !"

    Posté par Joe Krapov, 24 février 2008 à 11:06
  • Amanda...
    MDR (mais ça tu le sais déjà!)
    et en plus super bien mené...à la baguette...!

    Posté par Coumarine, 24 février 2008 à 15:25
  • J'ai trové ton texte très amusant, tout en finesse. Merci pour ce moment extra.

    Posté par souliers vernis, 24 février 2008 à 16:45
  • Quelques mots d'explication

    Merci à tous !
    Grâce à Clau, je viens de voir ma faute de frappe à la fin " de bon coeur" bien sûr...
    Petite traduction pour les non anglophiles du titre : " Remercions le Ciel d'être Anglais ", expression communément utilisée en Angleterre.
    Qaunt à " ferme les yeux et pense à l'Angleterre", elle n'est pas de moi mais d'un humoriste anglais dont j'ai oublié le nom.
    Ces deux expressions ont dues être prononcées souvent, je pense. Elles relèvent presque du domaine public.
    Ceci était un petit cours d'Anglais par Amanda...

    Posté par Amanda, 25 février 2008 à 15:10
  • Its perfect!

    Posté par Charlotte, 25 février 2008 à 15:14
  • Une atmosphère parfaitement retranscrite, un humour so british ! Tout à fait jubilatoire !
    Amitiés,
    Maline

    Posté par Maline, 25 février 2008 à 15:57
  • oups j'avoue avoir eu une frayeur.
    serais-je la seule ?
    je la croyais tombée dans le feu de cheminée...
    "regardez comme l'imagination Wagabonde"
    et puis non, ouf,,,,, heureusement
    c'est le feu d'l'amour !

    un récit trés bien écrit
    avec une pointe de "so british"
    c'était vraiment plaisant à lire.
    ha ces ladys....

    Posté par rsylvie, 27 février 2008 à 09:57
  • Bien plus que 5 cm de plaisir à lire, j'adore !

    Posté par catherine, 29 février 2008 à 21:53

Poster un commentaire