Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

27 février 2008

25. Miroir trompeur (Petits Mots)

Il n'en a parlé à personne.

Mais il ne connaît pas ce reflet dans son miroir. Qui est cet homme à cravate si bien nouée ? Qui est cet individu en costume impeccable de rigueur ? Qui est cet être au visage longiligne, rasé de si près ? Le miroir lui renvoie toujours une effigie aux antipodes de ce qu'il est.
Et le regard des autres le conforte dans cette image troquée de sa personne ; sa femme lui soutient qu'il est l'homme le plus viril qu'elle ait jamais connu et ses amis lui envient sa force herculéenne. 

Il n'en a parlé à personne.

Mais ses rêves sont cousus de paillettes et de strass. Ses phantasmes sont peuplés d'hommes musclés ruisselants de sueur acide. 

Il n'en a parlé à personne.

Mais il souffre chaque jour un peu plus des contours de son anatomie. Il déteste ses poils sur sa poitrine. Il vomit sa pomme d'Adam proéminente.

Il n'en a parlé à personne.

Mais il faut continuer de faire le beau. Il faut tenir le rôle. Il faut les laisser penser qu'il est ce qu'ils voient : Monsieur G. 

Il n'en a parlé à personne.

Mais ce soir, comme bien d'autres soirs, il quittera sa maison et sa famille, prétextant Dieu sait quoi. Il s'enfermera dans une chambre anonyme, seul, caché, dans un hôtel un peu miteux. Là, il enlèvera ce costume strict et triste, arrachera cette cravate ridicule, se douchera avec soulagement et volupté, se parera de dessous de soie rose et douce. Il se maquillera avec soin et excès, coiffera sa perruque dorée. Et il s'aimera...

Mais il n'en parlera à personne.

Posté par patitouille à 09:30 - Petits mots - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • un beau texte sur le droit à la différence. sur ces non-dits qui bouffent la vie, la rendent grise et terne, et si lourde...

    il doit les attendre avec impatience, ces rares instants de libre expression de lui-même, ton personnage !

    très bonne utilisation de la photo.

    "Il se maquillera avec soin et excès, coiffera sa perruque dorée. Et il s'aimera... "
    très beau, ça...

    merci pour ce joli moment de lecture, Petits mots

    Posté par pati, 27 février 2008 à 13:00
  • j'aime bien la construction de ton texte.
    l'incipit comme une ritournelle, comme un refrain qu'il doit murmurer tout doucement chaque jour entre les cruels couplets de sa vie.
    un sujet traité avec délicatesse.

    Posté par rsylvie, 28 février 2008 à 09:11
  • oui, se reconnaître qui on est !
    et le reconnaître aux autres !

    beaucoup d'émotions à lire ce texte, quand on sait les tourments de ceux qui sont taraudés par une telle différence

    la phrase qui revient dans le texte scander cette différence

    cela me fait penser à la chanson d'Aznavour "Comme ils disent"

    Posté par Tisseuse, 28 février 2008 à 10:47
  • je sens que le personnage de ce texte vous émeut. Sans doute est ce logique !!! mais c'est oublier "sa famille" si elle découvre ce faux semblant, cette illusion, ce mensonge... non ?

    Posté par cathy, 28 février 2008 à 14:01
  • Cathy > il y a toujours douleur dans ce type de situations
    Mais intuitivement, inconsciemment les gens de la famille savent.... il y a comme une nécessité alors à vivre dans la confusion, l'ambiguité, et chacun y participe
    cela n'empêche pas que le jour de la révélation est comme une bombe !

    Posté par Tisseuse, 29 février 2008 à 09:11
  • C'est un beau texte qui trouve les mots justes et respectueux! J'aime beaucoup aussi le rythme du texte.

    Posté par catherine, 29 février 2008 à 22:07

Poster un commentaire