Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 février 2008

35. CRI ( Bruyère)

Il n'en a parlé à personne.En lui désormais cette sorte de silence.Au bout du visage il se tait.La tête se creuse.A l'intérieur l'image tatouée jusqu'au sang: ce cri muet dans ce qu'il reste d'os et de peau.Et cela résonne comme coup de poing.Les mots cariés explosent dans sa bouche.Les yeux brûlés de sel.Replié.A l'écoute du cri.
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

29 février 2008

34. Il déteste le bruit des bottes (Coumarine)

Il n'en a parlé à personneMême pas à lui-même. C'est bien simple, voilà des années qu'il se bouche les oreilles et le cœur pour étouffer le bruit.Oh! Il sait bien que ce bruit reste sournoisement tapi quelque part dans les buissons bien taillés d'un parc bien rangé, dans lequel  les gentilles grands-mères promènent leurs gentils chiens qui font des caca propres, bien posés dans les chemins ratissés Mais comme il ne va plus jamais dans ce parc modèle, il arrive à gommer de sa vie ce bruit têtu, ce bruit jaune, ce bruit... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
29 février 2008

33. Mauvais présage (Azalaïs)

Il n’en a parlé à personne. Quand il vit cette ombre sur le mur, son corps fut pris soudain dans un étau de verre, son regard se figea ! Il lui revint en songe ces histoires funestes qui lui glaçaient le sang et que sa tante Elsa lui contait en secret dès que la nuit tombait. Ces fables fantastiques où la mort s’annonçait par mille et un présages étranges : croiser le passage d’un chat noir, entendre le battant d’une cloche agité par le vent, le marteau de la porte qui frappe alors qu’il n’y a personne dehors, le plancher qui... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
29 février 2008

32. Le chagrin (fabeli)

Il n’en a parlé à personne. Il a scellé ses lèvres, Barricadé son cœur, Verrouillé son âme. Prisonnier de ses larmes, Il a rendu les armes. Sur la toile de sa vie Les couleurs ont terni, Le bleu s’est fané La joie est passée. La douleur a masqué Les traits de son visage. Mais le temps, en ami, Tourne parfois la page. S’entr’ouvrent alors les lèvres, S’abaissent les barricades. Et vers le ciel tout à coup rafraîchi, S’envolent à jamais les mots interdits.
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
29 février 2008

Quelque précisions

Chers tousQuand vous posez vos textes sur votre blog, textes écrits à l'occasion d'une consigne que je propose sur ce blog, merci d'indiquer toujours bien clairement les références- du blog Paroles Plurielles- et de l'auteur de la photo (quand je suis l'auteur de la photo, ce n'est pas trop grave que vous n'en indiquiez pas la référence, je n'ai pas l'intention de vous réclamer des droits d'auteur, ce qui n'est pas forcément le cas des autres photos...je ne vous apprendrai pas qu'il convient d'y faire attention...) ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 01:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]