Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

27 février 2008

27. Reclus (Tisseuse)

Il n'en a parlé à personne..Il n'en parlerait plus jamais d'ailleurs.Il est parti ainsi les yeux grands ouverts, avec ce regard étrange qui dévisageait les autres avec perplexité. Il était dit, par un de ses frères, qu'il aurait été incarcéré dans un camp de concentration durant un mois durant, et qu'il en serait mort, si l'usine de Leipzig dans laquelle il était ouvrier, envoyé par la France aux bons soins du S.T.O., n'avait pas cherché à le reprendre à tout prix.Ce serait donc sa qualité de « bon » ouvrier fraiseur qui l'aurait... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

27 février 2008

26. Vie d’un secret (Clise)

Il n’en a parlé à personne. Il n’a pas osé.Un secret c’est un secret.Un secret on doit l’oublier, le faire oublier.Il n’a rien dit, juste semé quelques indicesQuelques paroles confuses qui interrogent encore Quelques papiers dissimulés dans des dossiers anodinsIl avait du penser qu’un jour quelqu’un comprendraitQuelqu’un rechercherait la vérité Mais savait-il vraiment lui-même ?C’est ma grande tante Lucie, prénom de LumièreQui a commencé à remuer la poussière du tempsElle a cherché, ouvert des pistes, défriché, quémandé, Elle a... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
27 février 2008

25. Miroir trompeur (Petits Mots)

Il n'en a parlé à personne. Mais il ne connaît pas ce reflet dans son miroir. Qui est cet homme à cravate si bien nouée ? Qui est cet individu en costume impeccable de rigueur ? Qui est cet être au visage longiligne, rasé de si près ? Le miroir lui renvoie toujours une effigie aux antipodes de ce qu'il est.Et le regard des autres le conforte dans cette image troquée de sa personne ; sa femme lui soutient qu'il est l'homme le plus viril qu'elle ait jamais connu et ses amis lui envient sa force herculéenne.  Il n'en a parlé... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 février 2008

24. Feuille d’ange (Oviri)

Il n’en a parlé à personne. Il a contourné la maison, pris la corde et la hache dans la grange, foncé au jardin et s’est planté devant lui. Qui le connaissait, le voyant ce matin là, n’aurait rien trouvé d’inhabituel. Enfant mystère à la parole rare, il rejoignait depuis ses premiers pas solitaires ce compagnon de jeu à qui il confiait ses secrets. Ils avaient exactement le même âge. Onze ans de vie commune et de rires partagés pour en arriver là.Comment avait-il pu permettre ça ? C’était la première fois qu’il lui... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 février 2008

23. Paternité (Ponine)

Il n'en a parlé à personne. Il a eu envie pourtant d'aller se confier. Cécile a bien vu que quelque chose ne va pas, et il a été tenté de tout lui avouer. Elle est si bonne, si compréhensive, peut-être pourra-elle pardonner ?Il avait espéré Marion définitivement sortie de sa vie, mais il l'avait revue dans des circonstances que ni lui ni elle n'avaient prévues.Ils n'avaient pas éprouvé d'émotion particulière, pas même un restant de tendresse. Il s'enquit du sexe de l'enfant mais ne voulut pas connaitre son prénom.Il avait... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 février 2008

22. Lâcheté ordinaire (souliers vernis)

Il n'en a parlé à personne. Pas encore. C'est trop tôt. Il attend le bon moment. C'est vrai aussi qu'il a peur. Ce n'est pas si facile. Comment le leur annoncer. Et puis, Elise n'a encore que quinze ans.Sa femme. Sa mère. Ses filles. Il les voit déjà, les yeux pleins de larmes, le visage amer. Il entend déjà les reproches proférés d'une voix suraigüe, les récriminations prononcées, les sanglots insupportables.Pourquoi est-ce si compliqué. Si au moins Gabrielle avait un amant. Ca lui ôterait une épine du pied. La tâche serait plus... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

26 février 2008

21. Un trop lourd secret . ( Pourquoi Pas )

Il n'en a parlé à personne, mais depuis ce fameux jour de Janvier, où il s'est trouvé par le plus grand des hasards devant ce tableau, il ne fait qu'y penser. Même dans ses rêves, ce regard si étrange est présent, et il retrouve à son réveil, cette inquiétude qui ne fait que grandir. Il essaie de rester calme. Mais ne peut se défaire de l'idée, que celui qui est là sur le tableau , il le connaît.Mais pourquoi ce souvenir provoque-t-il cette sourde angoisse, dont la raison lui échappe. Il n'ose en parler à personne.Il est... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 février 2008

20. Définitif (Imago)

Il ne l'a dit à personne. Ils auraient essayé de l'en dissuader. Non, il fallait surtout garder le secret, créer l'effet de surprise. C'est pourquoi il a tout minutieusement préparé. Il a fait ses achats en douce et tout planqué, la semaine dernière, sur la planche la plus haute de l'armoire de la salle de bain. Acheter le matériel n'a pas été très difficile. Ni très cher. Il est allé, en catimini, jeudi soir en sortant du travail, au monoprix du centre ville. Il est sûr de n'y rencontrer personne de sa connaissance.La veille au soir,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
25 février 2008

19. Le tableau (Céciline)

Il n’en a parlé à personne. Pourtant, moi, je savais. J’avais compris. Son tableau parle pour lui. Il était mort une fois, deux fois, tellement de fois. Tellement. Son cœur ne se résumait plus qu’à une plaie béante, ensanglantée. Combien de fois avais-je planté mon couteau dans son cœur ? Je ne saurais le dire. J’étais sa meurtrière, son bourreau… et pourtant son salut.Son secret, c’est mon secret. Sa souffrance est la mienne. Je suis son bourreau, il est le mien. Je suis son salut, il n’est pas le mien. Je l’ai toujours su. Vouloir... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
25 février 2008

18. Chanson (Jay)

Intro guitare Il n’en a parlé à personnePas même à moiIl a éteint son téléphoneÇa ne répond pas Il a tout bien organiséIl a su garder le secretOn ne s’en est jamais doutéJamais Il est parti un beau matinC’était fin juinIl reviendra peut-être un soir ?… Mmmh, à voir Il rêvait de se mettre au vertSes grands yeux bleus n’voyaient plus clairIl a bien fait de quitter ParisTrop gris ! Premier refrain :Mais l’ami Tu nous as oubliésT’es partiTu nous as laissé tomber Oh j’ai compris L’aventure t’a appeléNous c’est finiAu... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]