Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

25 février 2008

17. Evaporation (Maline)

Il n’en a parlé à personne. Oh, il a bien essayé, risqué un mot à la pause café, glissé un autre à sa moitié, offert la sonorité d’un dernier au silence du ciel, disséminé une lettre dans chaque pièce qu’il traverse, éparpillé une syllabe dans chaque main qu’il sert, saupoudrer un fragment de phrase à chaque chose que ses yeux voient ; jusqu’à ce que le puzzle soit si mince qu’il soit impossible de le reconstituer. A moins de l’écouter. Or qu’écoute un café froid si ce n’est les ébullitions de sa propre substance, un associé préoccupé... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

25 février 2008

16. La déclaration (Brigou)

Il n’en a parlé à personne. Quand il avait douze ans, il avait eu quelques contacts sexuels avec des jeunes garçons de son âge. Pour lui, ce n’était pas qu’un jeu sans conséquence. Cette réalité le hantait déjà : il était un garçon, mais il aimait les autres garçons.Son adolescence fut perturbée. Il était plutôt beau mec et les filles aimaient lui tourner autour. Il évitait qu’elles s’approchent trop prés et inventait toute sorte de choses pour ne pas se retrouver seul avec l’une d’entre elles. Aujourd’hui il veut rompre le silence.... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 février 2008

15. Monsieur Dutilleul (Oncle Dan)

Il n’en a parlé à personne. Il ne peut pas le faire. Certes, on ne pourrait pas l’enfermer bien longtemps, mais les gens n’aiment pas que l’on soit différent d’eux. Il s’est rendu compte du phénomène lors d’une coupure d’électricité. Depuis, il en a beaucoup profité et pas toujours de façon très honnête. Il est vrai que tout cela n’aurait peut-être pas commencé si Monsieur Lécuyer ne l’avait pas traité de cancrelat routinier. Ensuite, ce fut l’escalade, les cambriolages, la prison, de nouveaux cambriolages, et encore,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 février 2008

14. Muet (Mimik)

Il n’en a parlé à personnede cette vie qu’on lui fait menercomme un vrai cloitréà regarder dehors les enfants jouer,les oiseaux sautiller. Il n’en a parlé à personnede cette même sinistre pâtéequ’il doit ingurgiterjournée après journéejusqu’à la nausée. Il n’en a parlé à personnede tous ces coups de piedsquand il venait réclamerla chaleur d’un oreiller,juste un peu d’amitié. Il n’a pu en parler à personnealors il s’est vengéil a tout renverséet puis il s’est sauvéquand le maitre est rentré… Le chat.
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 février 2008

13. Travail à l'oeil ( Clau )

  - Il n'en a parlé à personne tu sais...  - Tu en es bien sûr ?   - Absolument ...  - Comment toi tu le sais alors ?  - Parce qu'il l'a dit ...  - Comment ça  il l'a dit ? ... mais puisque tu affirmes toi-même qu'il n'en a pas parlé ??!   - Je veux dire... parce qu'il l'a écrit ...   - Où ça ?   - Dans son Journal ...   - Quel Journal ?   - Son Journal de bord... celui dans lequel il racontait au jour le jour, et en détails, l'élaboration et l'évolution de son travail... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
24 février 2008

12. Thanks God, we're british ! (Amanda )

Il n'en a parlé à personne.Car, Théodore est un parfait majordome, un "butler"  à l'anglaise.Théodore est très honoré de travailler chez le Duc et la Duchesse de Cornouailles. Impeccable dans son habit en queue de pie, le col blanc amidonné, le papillon noir coquettement noué, Théodore sert le thé, les doigts gantés de blanc.Chaque matin, Théodore repasse au fer tiède l'immuable « Times » sans le moindre faux pli. Il dépose ensuite le vénérable journal sur un plateau d'argent, lequel trouve place à 5 cm exactement de... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

23 février 2008

11. Alors ? Irrécupérable ? (Sherkane)

Il n'en a parlé à personne, pourtant il doit bien se l’avouer : il se sent un peu décalé dans le groupe qu’il rejoint à Paris une fois par mois pour écrire. Ses compagnons, tous parisiens, commentent volontiers les spectacles qu’ils ont vus ou qu’il faudrait aller voir : concerts, pièces de théâtre, expositions diverses …. Le plus souvent, c’est de l’hébreu pour lui. Faut dire que ce n’est pas dans le village perdu au fin fond de l’Auvergne où il vit, qu’il peut avoir de telles sorties. Et puis, son truc à lui c’est le sport, les... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
23 février 2008

10. Hurlement (Vertumne)

Il n'en a parlé à personne. Il a soigneusement rangé ses affaires, comme au bureau, quand il aligne ses crayons bien taillés dans l'ordre décroissant de leur grandeur. Il a mis ses vêtements repassés de frais dans son placard, il a choisi une cravate rouge, à pois colorés, il a fini de se vêtir et il est sorti. Il a traversé le parc comme s'il se rendait à l'église. Lentement. Il a regardé la lune et les nuages qui par moments couraient devant elle, il a écouté le léger bruissement du vent dans les feuilles, il s'est arrêté un... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
23 février 2008

9. Triste histoire (Claire)

Il n'en a parlé à personne. D'ailleurs Il ne parle plus, même plus avec les yeux. Il a eu trop peur, il a eu trop mal. La souffrance a été immense, le désespoir profond. Il ne parle plus, de peur de relâcher cette souffrance trop grande, ce désespoir trop profond dans un monde déjà trop malade. Il garde en lui ses mots, ses cris dans la cage de son corps.Sa mère, elle, elle a hurlé sa peine. "Parle, mais parle donc, dis-moi." Il n'a rien dit, elle n'a pas pu mettre des mots sur sa peine. Maintenant, elle les murmure, ces... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
23 février 2008

8. Secret (Mifa)

(A mi-voix) Il n'en a parlé à personneAvec ses dix-huit ans, personne ne l'aurait cruDans le quartierBonjour-bonsoirC'est le gamin aux Janvier, vous savez, la bijouterie sur la placeIl n'en a parlé à personneIl est rentré, il a fait la bise, il a mangéA table il a souriEt tiré la langue à Dora, la petite sœurQui avait du vermicelle dans les cheveuxQuand il est monté se coucherIl n'en a rien dit à personneIl a fait la bise, c'est toutEt réparé vite fait la consoleDu petit frère qui trépignaitIl s'est couchéTout frais il sentait le... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]