Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

14 mars 2008

19. Maria (Pandora)

 Quand j’ai lu la petite annonce qui disait « Jeune femme de type hispanique, aux lèvres délicatement rosées et au déshabillé vert pale vous attend avec ses bas mais sans ses portes jarretelles au 082 232 *** », j’ai tout de suite pensé à Maria, la jeune fille qui a provoqué mes premiers émois d’adolescent boutonneux, celle dont la seule évocation a comblé mes nuits solitaires et aiguisé mes sens, mon premier amour. Le seul amour de ma vie.

 

Ravi de cette aubaine et pensant enfin la retrouver, j’ai donc composé le numéro surtaxé à 2 euros la minute et je lui ai dit « bonjour Maria », mais ça n’était pas Maria bien que la femme au bout du fil m’affirmât le contraire. J’ai recomposé le numéro mais ça n’était toujours pas elle. Maria continuait de m’ignorer par téléphone rose interposé comme elle avait refusé de répondre à mes avances. Mais cette fois je n’allais pas me laisser faire et elle allait payer.

 

De ma plus belle plume j’ai porté plainte auprès du juge, j’ai commencé comme le veut la politesse par mes coordonnées : Francis PSIKOTIK, chambre 12, Service de psychiatrie générale, Centre Hospitalier Régional. CAHORS. Puis je lui ai exposé le rappel des faits et la compensation du préjudice que je demandais (une nuit avec Maria, rien de terrible au regard de ce que je vis depuis des années). J’ai signé et j’ai envoyé la lettre. Enfin, plus exactement, j’ai demandé à l’infirmier de poster la lettre parce qu’on m’interdit de sortir du service. Et j’ai attendu, mais rien, pas de nouvelle.

 

Je me suis longtemps demandé pourquoi, mais je viens de comprendre que le juge doit connaître Maria. Je ne vois pas d’autre possibilité. Elle a toujours aimé les hommes de pouvoir.  C’est bien ma chance, tomber sur le juge qui fréquente Maria, qui passe ses nuits avec Maria, qui m’a pris Maria…

 

Maria aime les uniformes, Maria aime les juges, le juge aime Maria… et c’est comme ça qu’on perd un procès !

Posté par _Sammy_ à 08:00 - Pandora - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

  • J'aime beaucoup ton histoire ; elle coule bien, on y croit.
    Ta Maria a peut être une soeur qui aime aussi les hommes de pouvoir ??? non ??? une Carla ?

    Posté par cathy, 14 mars 2008 à 10:15
  • Belle progression dans la folie.

    Posté par Farfalino, 14 mars 2008 à 13:04
  • Je suis, à chaque phrase, dans l'attente de la suite...et chaque fois, très surprise...

    Posté par enfolie, 16 mars 2008 à 09:42
  • très beau, comme tu nous enfermes dans la logique de ce fidèle amoureux...du désir au délire, non sans lien avec le réel, comme le suggère Cathy. On finit par espérer avec lui une réponse favorable même si ce n'est pas raisonnable, mais la beauté est de son côté.

    Posté par jujube, 17 mars 2008 à 08:03
  • amusant, innatendu, bien agréable à lire!

    Posté par lisounette, 24 mars 2008 à 00:26

Poster un commentaire