Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

28 mars 2008

5. Premiers symptômes (Joe Krapov)

C'est étrange, depuis que je ne travaille plus, je me sens de plus en plus fatigué. Je suis de plus en plus de moins en moins au top. Ces petits riens qui me chagrinent, ce mortel ennui dans le rocking-chair sont le signe que je ne ferai pas long feu, qu’il se prépare un meurtre à l’extincteur, la fin d’une vie en partie perdue. Quand je regarde par hasard et pas rasé mon reflet dans la glace, je ne vois plus que les papillons noirs de mon negative blues.

C’est chez Max, coiffeur pour hommes, que j’ai commencé ma dépression au-dessus du jardin des amours perdues. Le merlan dégoisait :
- Des laids, des laids ! Dieu que les hommes sont méchantes ! Elles vous promettent un Mickey maousse, on se dit «pas mal, pas mal du tout !», on attend des machins choses de première et puis quand tu t’y mets, qu’est-ce ? Pamela Popo au Fouquet’s ? Zigzig avec toi chez la queen ? Non ! Des vents, des pets, des poums ! L’amour à la papa ! Et le lendemain, baille baille Samantha, souviens-toi de m’oublier ! Voilà, Ecce homo ! Je vous fais une friction, monsieur Sokolov ? ».

En sortant de chez Max, j’ai poussé jusqu’au Père-Lachaise. Là-bas, c’est naturel, il y a des arbres, de l’herbe tendre, jeunes femmes et vieux messieurs s’y côtoient calmement : des cadavres exquis ! Sait-on jamais où va une femme quand elle vous quitte ? Sous le soleil, exactement à mi-distance de Branly et de Desproges, ici gît Lola Rastaquouère, mon épouse. Je l’entends :
- Eh oui vieille canaille ! Un jour comme un autre, toi mourir aussi ! »

Alors à la saison des pluies, dans la nuit d’octobre, j’ai eu la nostalgie, camarade. Je suis retourné voir mon lieu de labeur. J’ai pris la ligne 11 jusqu’à l’avant-dernière station. Quelques pas sur le quai, j’y suis : c’est bien ici que je faisais des trous dans les billets. Je te le fiche, mon billet, ma pauvre Lola, que maintenant c’est moi qui suis bon pour le trou !

Quand mon 6.35 me fait les yeux doux, je tire. J’arrive, mon Amour ! Je t’apporte des lilas !

Posté par Vertumne à 11:00 - Joe Krapov - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • "se prépare un meurtre à l’extincteur"
    j'aime bien l'idée

    pour moi ça mérite d'être relu...
    parc'qu'il y en a des références !!
    d'ailleurs j'y retourne, pour le plaisir.

    Posté par rsylvie, 28 mars 2008 à 12:07
  • Petit jeu complémentaire

    Bonjour

    Il y a effectivement 41 références dans ce texte. Comme je suis un peu désolé d'avoir été moins drôle qu'à l'habitude, je vous propose un petit jeu : ce texte est en effet composé à partir de 41 éléments d'un même ensemble. Celui ou celle qui trouvera ce dont il s'agit gagnera... les applaudissements des autres !

    Posté par Joe Krapov, 28 mars 2008 à 12:47
  • Alors, je n'ai pas 41 idées (ça se saurait !)
    Des p'tits bouts de Gainsbourg ?
    En tout cas, j'adore les réparties de Max !!! On peut avoir son adresse ? Je ne sais pas comment il s'en tire avec les cheveux, mais avec l'ennui, ça, il le coupe net à la racine !
    Kiki

    Posté par Posuto, 28 mars 2008 à 13:44
  • alors je me suis régalée avec ces bouts de chansons de Gainsbourg....mais j'en n'ai pas trouvé 41 (

    Posté par Tisseuse, 28 mars 2008 à 15:28
  • j'ai relu
    et encore relu...
    mais de là à trouvé 41 réf...
    milles excuses mais à part le grand SERGE !!!

    Posté par rsylvie, 28 mars 2008 à 15:32
  • J'ai adoré ! La vieille canaille, ce serait pas toi des fois ?

    Posté par Noisette, 28 mars 2008 à 22:03
  • J'ai adoré (entre autres!) le monologue du coiffeur...

    Posté par Pivoine, 28 mars 2008 à 22:04
  • Solution

    Bravo à qui aura trouvé ! Finalement il y a 42 titres de chansons de Serge Gainsbourg dans ce texte. Et dans la version non raccourcie qui figure ici : http://joekrapov.free.fr/index.php?q=premiers+sympt%C3%B4mes
    il y en a 70.
    Pour vérifier, si vous n'avez rien d'autre à faire (!)la liste est ici : http://www.paroles.net/chansons/1005.1/Serge-Gainsbourg
    Bon, maintenant, je vous laisse. Je m'en retourne réécrire l'Iliade et l'Odyssée avec les titres des chansons de Nana Mouskouri et Georges Moustaki !

    Posté par Joe Krapov, 31 mars 2008 à 21:10

Poster un commentaire