Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

31 mars 2008

18. Motivation (Antigone)

C'est étrange, depuis que je ne travaille plus, je me sens de plus en plus fatigué. Il faut croire que la paresse épuise, je ne vois que ça.

Lucie  me jette des coups d’oeil vaguement compatissants le matin, au petit-déjeuner, mais je sais qu’elle ne supportera pas longtemps mes joues sombres et ce jogging usé que je traîne partout depuis quelques temps.

« Tu fais quoi aujourd’hui ? », me lance-t-elle, le nez dans son bol de café. J’ai toujours aimé contempler la mobilité de ses sourcils et leur jeu expressif. Ils expriment en ce moment une inquiétude sourde, mêlée peut-être d’une pincée d’espoir.

« Rien ». Mauvaise réponse. Je remarque l’affaissement brutal desdits sourcils et le plissement profond des rides du front. Elle repose doucement son bol et glisse ses doigts dans ses cheveux.

« J’aurais aimé que tu ailles me chercher un dossier à cette adresse ! ». Elle me tend un petit bout de papier. « Je dois filer ».

L’air de la rue sur mon visage, l’odeur des gaz d’échappement, la foule, tout me prend à la gorge dès que je sors de notre immeuble. J’en veux à Lucie de m’obliger ainsi à affronter l’extérieur. Je sais que je m’enferme petit à petit. Je saisi aussi la colère qui l’habite. Cette histoire de dossier...

Le métro est clairsemé, les rames se remplissent doucement au rythme des sirènes. Je ne connaissais pas, auparavant, ces heures creuses, tranquilles, où l’effervescence des pointes d’affluence n’existe pas. La présence d’hommes de mon âge me rassure étrangement.

Une lourde porte à pousser et je pénètre dans une cour pavée. Une rangée de boîtes aux lettres m’accueille silencieusement. La note de Lucie à la main, je parviens à récupérer l’objet de ma quête auprès d’une hôtesse d’accueil au sourire dolent. Une mention inscrite en gras me saute immédiatement au visage : «Développement personnel - Stage formation - Ou comment faire preuve de courage dans ses projets. »

Lucie, et son humour discret.

Posté par Vertumne à 17:00 - Antigone - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Bien vu, le laissez-allez de l'homme à la retraite et l'agacement que cela provoque chez la femme, qui n'arrête jamais tout à fait ...
    Et ces fameuses formations à la retraite ( encore bien visé, souvent de la fumisterie...)
    Et le métro avec les gens du même âge...
    J'aime ton texte !

    Posté par Amanda, 31 mars 2008 à 18:21
  • J'ai bien aimé !
    C'est vrai pas facile d'être un homme retraité quand sa femme est encore en pleine activité professionnelle. Bien vu.

    Posté par brigou, 31 mars 2008 à 20:23
  • Le thème du texte est chouette, et ce que j'ai vraiment apprécié c'est la complicité qui subsiste encore dans le couple. La grande finesse de Lucie et la lucidité "paresseuse" de l'homme qui reconnait son humour. Si la situation vécue est irritante, il se dégage du respect dans la façon de la décrire.

    Posté par virgul, 01 avril 2008 à 09:53
  • tiens, tiens ???!!!

    comme c'est étonnant ! en lisant ce texte, je n'ai pas du tout imaginer le personnage "en retraite" mais au chômage ! j'ai oublié de lire quelque chose ?
    c'est un texte très bien écrit sur la lassitude maladive, sur l'effroyable ennui de l'oisiveté, sur l'effort à ne rien faire.
    bravo bravo

    Posté par cathy, 01 avril 2008 à 12:17
  • Cathy : tu as raison, je l'imaginais plutôt au chômage !!! Merci !!!
    Amanda et brigou : je décris plutôt un personnage d'une quarantaine d'années, ce n'est peut-être pas si évident...mais merci pour vos lectures !!
    Virgul : merci pour ce commentaire, et tant mieux si tout cela se dégage de ce texte !!

    Posté par antigone, 01 avril 2008 à 13:54
  • j'aime beaucoup cette façon d'aider l'autre "l'air de rien" )))
    de lui permettre de se remettre sur des rails

    Posté par Tisseuse, 01 avril 2008 à 15:19
  • Merci Tisseuse, c'est tout à fait ce que ce texte voulait dire !!!

    Posté par antigone, 01 avril 2008 à 16:24

Poster un commentaire