Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

05 avril 2008

30. Un sourire pour vivre (Céciline)

« C’est étrange, depuis que je ne travaille plus, je me sens de plus en plus fatiguée. Et puis, qu’est-ce que je m’ennuie aussi. Moi, qui me suis toujours dit que bosser toute sa vie ça devait être chiant ! Peut-être que je me trompe… Enfin bon, être derrière un bureau, courir pour ne pas rater le métro, être pendu au téléphone pour finalement quoi ? Rien. Ou un cancer.

Moi, ça ne m’intéresse pas !

Alors… Autant me suicider. Mais d’un côté, si je me suicide, je ne peux plus être fatiguée et m’ennuyer.

Mais à quoi je pense ?! Me suicider ou m’ennuyer ? Je suis vraiment pitoyable !

Je ne veux aucun des deux, c’est clair.

Mieux vaut courir au métro. Pour quoi faire ? Je me pose la question… Pff ! Je suis vraiment trop fatiguée pour y réfléchir. Allez, hop, dodo!

P*** ! C’est vraiment une question existentielle ou quoi ? Je n’arrive pas à m’endormir… D’accord, d’accord, je capitule. Je réfléchis. Bon, le suicide, la fatigue ou le métro ? Mais j’en sais rien moi ! Bon, j’avoue, je préfère le métro. »

Je me lève, je m’habille en vitesse. Zut ! Ma culotte est à l’envers. Oh, tant pis ! Mais pourquoi je suis si pressée ? Est-ce que je veux mourir de stresse ou quoi ?! 

Je cours, je vole, j’arrive ! Tataam ! Et oui, je suis comme ça. Mais ‘savez quoi ? Je m’en fous ! D’accord, je ne suis pas très cohérente, mais ‘savez quoi ?

Eh, ben non, je m’en fous pas ! Mais le truc c’est que je ne sais pas changer.

Il est là. Il m’attend ? Sérieux, il est vraiment trop beau ! Il me sourit. BABOUM! Il s’approche. Alors, je pense : « Je n’ai pas envie de mourir, je n’ai pas envie d’arrêter de travailler, composer de la musique (mon métier), en fait, ça me passionne ! Je suis une musicienne, je suis la reine du monde ! Je suis le bourreau…

- Ah, salut Juliette! Tu vas bien ? dit le beau à une fille hyper canon qui n’est pas moi…

…des cœurs…  Evidemment ce n’était pas moi qu’il regardait ! »

Mais vous savez quoi ? Je pensais ce que je pensais ! Je veux vivre.

Posté par Vertumne à 09:00 - Céciline - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • je l'aime bien ce texte! les eternelles indecisions...
    Et puis, il y a des moments droles, comme ' le suicide, la fatigue ou le métro ?'
    La fin est positive, et ca aussi j'aime!

    Posté par Janeczka, 05 avril 2008 à 15:16
  • Il est chouette ton texte et il m'a fait sourire. J'aime bien cette indécision. Je t'y retrouve un peu. Heureusement que la musique est là. Elle peut donner une raison de vivre.

    Posté par florence, 05 avril 2008 à 15:57
  • Belle musique de mots...

    Posté par Cédric, 05 avril 2008 à 18:54
  • Dagoberte (à cause de la culotte) est sympa, toute ballotée qu'elle est dans ses questionnements. Et cette petite dose d'humour qui nous fait croire qu'elle rebondira, encore et encore.

    Posté par virgul, 07 avril 2008 à 08:29
  • Il y a un détachement assez gai qui me plaît là derrière…

    Posté par Vertumne, 07 avril 2008 à 20:29
  • très éclectique, comme parfois nos dialogues intérieurs qui sautent du coq à l'âne

    Posté par Tisseuse, 08 avril 2008 à 11:04

Poster un commentaire