Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

07 avril 2008

34. L'homme des foules (Sammy)

C'est étrange, depuis que je ne travaille plus, je me sens de plus en plus fatigué. Quitter mon lit est chaque matin plus difficile que la veille. Le moindre effort me coûte, et sortir de chez moi m'est de plus en plus odieux. Mes journées s'écoulent lentement, toutes semblables, comme tissées d'une même étoffe grise, sale et usée. Rien ne parvient plus à m'intéresser, les jours glissent l'un après l'autre, les saisons se suivent, et ma vie est comme un long tunnel sans lumière. Lors de mon pot de départ, entre deux claques dans le dos, ils m'avaient pourtant assuré de ma chance : "Quel veinard ce René ! La retraite a 60 ans, tu seras dans les derniers a en profiter !" A quoi bon ? Je n'ai pas de femme, pas d'enfants, pas vraiment d'amis ; pas de passions, aucun vice à assouvir. J'ai passé ma vie à thésauriser sans le moindre but. Mon travail, pour peu passionnant qu'il fut, donnait au moins un sens à mon existence. Maintenant je ne sers plus à rien. Je ne prend même plus la peine de faire semblant d'exister.

Aujourd'hui, je ne saurais pas dire pourquoi, je suis descendu dans la station de métro, celle qui est en face de chez moi. Je ne pense pas que ce soit par nostalgie du temps, qui me semble déjà si lointain, où je prenais place moi aussi sur un strapontin crasseux ou bien restait debout, agrippé à une barre, tassé contre des congénères dont je fuyais le regard. Non, je ne sais pas pourquoi je suis là. Je regarde mes cheveux gras, luisant à force de n'être pas lavés, dans la vitre garantie incassable d'un panneau d'information où se reflètent également les voyageurs montant dans la rame. Dans un instant les portes vont se refermer, ils vont repartir et je vais rester seul sur ce quai, seul dans ma vie, seul avec les rails électrifiés sous les yeux. Il suffirait d'un si petit effort pour passer de l'autre côté du miroir dans lequel je contemple cette vie qui s'agite juste à deux pas de moi, que j'en ai les larmes aux yeux.

Si peu de choses ; je me retourne, je m'approche de la foule, un pas, deux pas, et je m'intègre à cette cohue bruyante et odorante, je retrouve ma place dans ce manège un peu vain, juste pour quelques minutes, quelques tours supplémentaires, juste pour rester vivant encore un moment. J'ai bien fait le tour de la question, j'ai sorti mon cahier à couverture rouge de mon grand sac, (je n'en avais jamais parlé à personne), et j'ai commencé à observer mes biens chers frères et leurs attitudes plurielles. Je crois que je vais rester encore un peu finalement.

Posté par _Sammy_ à 11:00 - Sammy - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Nostalgie, quand tu nous tiens !
    Voilà Sammy qui remonte le temps au fil des incipits...

    Posté par Walrus, 07 avril 2008 à 11:23
  • Une vie de boulot dans une sacoche en cuir.
    ça me rappelle une chanson de Bénabar ... Faut pas rever on en arrivera tous la un jour !!!

    Posté par lomemor, 07 avril 2008 à 12:17
  • Et les connaisseurs auront remarqué dans la conclusion l'hommage magnifique à PP !!!
    Vive Sammy !
    Sammy for Président !!!
    Kiki

    Posté par Posuto, 07 avril 2008 à 14:05
  • … oui, jolie et habile fin, c'est vrai !

    Posté par Vertumne, 07 avril 2008 à 20:43
  • la dépression du personnage m'a fait croire un instant qu'il allait se laisser glisser sous la rame de métro
    mais hop, rattrapé par la vie, et par le fil de l'écriture : ouf !

    Posté par Tisseuse, 08 avril 2008 à 11:14
  • Oui la fin m'a soulagée. J'étais mal à l'aise.

    Posté par Susan, 09 avril 2008 à 00:28
  • Très bien fait...et quelques petites références à d'anciens textes en fin de récit pour pimenter la lecture !!

    Posté par antigone, 09 avril 2008 à 16:47

Poster un commentaire