Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

15 avril 2008

20. Le secret d'Emilie (Cassymary)

Il faut absolument que je pense à dire à maman pour Emilie.

Emilie, c'est ma meilleure copine. Emilie, elle me raconte tout, on se dit plein de secrets.

On est pas dans la même classe, mais elle habite pas loin de chez moi. Alors tous les jours, on fait le trajet ensemble. Souvent on s'arrête à la boulangerie acheter des bonbons. Puis on va au fond de son jardin, dans le petit cabanon, et on mange les bonbons en discutant de trucs de filles.

Evidemment, à la fin, on jure crache pour preuve qu'on répétera pas ce que l'autre nous a dit.

C'est la condition pour être amies.

J'aurais pas idée d'aller répéter ce qu'elle me dit. Elle non plus d'ailleurs.

Sauf que ce qu'elle m'a dit hier, ben j'ai du mal à le garder. C'est un secret qui me pèse. Je sais pas trop pourquoi, mais je sens que si j'en parle à personne, je vais pas arriver à dormir de la nuit.

Alors ce soir, quand elle viendra me faire mon bisou de la nuit, tant pis, je dirai le secret.

Je sais qu'Emilie ment jamais. Ce qu'elle m'a dit est vrai.

J'ai peur qu'Emilie meure. Emilie, c'est ma meilleure copine, et je peux pas la laisser mourir.

Je vois pas comment l'aider, à part le dire à maman. Maman trouve toujours les solutions à tout. Elle trouvera une solution, elle aidera Emilie a pas mourir, et Emilie elle pourra pas m'en vouloir d'avoir dit son secret.

Emilie, elle fait sa forte, mais je sais bien qu'elle a peur. Elle a que 10 ans. Sa mère dit toujours qu'elle fait sa chochotte, alors elle dit rien quand elle a mal à la tête.

Mais là, Emilie, elle croit qu'elle va mourir, qu'elle a une grave maladie. Et y'a que maman pour l'aider. Maman, elle est infirmière, elle saura ce qu'il faut faire.
Oui, c'est décidé, ce soir je dis à maman qu'Emilie avait plein de sang dans sa culotte, même si elle avait mal nulle part.

Posté par Coumarine à 17:55 - Cassymary - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

    ....et tu sais quoi ? Quand ça m'est arrivé, j'ai pensé aussi que j'allais mourir, j'ai rien dit non plus d'abord.
    Très jolie façon d'aborder cette étape marquante pour une encore petite fille devenue femme !

    Posté par Amanda, 15 avril 2008 à 18:32
  • J'ai eu peur et je ne m'attendais pas à cette chute. Quel soulagement ! Beau texte, Amanda.

    Posté par Noisette, 15 avril 2008 à 20:33
  • Oups c'était pas Amanda mais Cassymary !!

    Posté par Noisette, 15 avril 2008 à 20:35
  • Très joli texte Cassymary. Tu as très bien rendu la complicité de ces 2 petites filles qui grandissent et se retrouvent dans un univers pas encore connu.

    Posté par fabeli, 15 avril 2008 à 21:02
  • Oui, le texte est touchant ! Mais le lien avec la photo de la consigne moins évident…

    Posté par Vertumne, 15 avril 2008 à 21:38
  • Le suspense est là en tout cas...

    Posté par enfolie, 15 avril 2008 à 21:44
  • Vertumne. Le but était de se mettre à la place d'un personnage de la photo. J'ai pris la petite fille, qui est assise en face de sa mère (dans mon texte)
    Merci pour vos coms. J'en profite pour m'excuser ici de ne pouvoir lire tout les textes, ni commenter autant que je le voudrais, faute de temps.

    Posté par cassy, 15 avril 2008 à 22:30
  • Une fin vraiment surprenante pour un lecteur "mâle". Merci d'avoir si joliment levé le voile sur un moment de désarroi que nous, gamins, ne pouvions imaginer.

    Posté par virgul, 16 avril 2008 à 08:47
  • juste un peu d'étonnement sur l'époque où se situe le texte
    car, à l'heure d'aujourd'hui, la maman étant infirmière, l'enfant qui se parle à elle-même aurait pu (du) être avertie, et pouvoir rassurer sa copine

    Posté par Tisseuse, 16 avril 2008 à 10:07
  • En même temps,

    c'est une très belle histoire d'amitié.

    Posté par kaliuccia, 16 avril 2008 à 13:16
  • Tisseuse: Cette scène pourrait se passer il y a 20 ans( rien dans la photo ne nous indique que c'est aujourd'hui)
    La petite fille qui parle a 9 ou 10 ans et aucun signe de prépuberté. La mère a choisi peut être de lui parler de ça un peu plus tard, au moment où son corps change.
    Et il y a 20 ans, on ne disait pas forcément les choses. Il y avait des tabous, dans toutes les couches sociales de notre société.
    Merci pour vos coms )

    Posté par cassy, 16 avril 2008 à 14:05
  • Fabuleuse idée pour cette jolie nouvelle ; car il s'agit bien plus d'une nouvelle que d'un texte ici, avec une superbe chute !
    Et pourquoi certains cherchent-ils à ce que les histoires soient plausibles, ils faut seulement qu'elles nous parlent ... peu importe l'époque, peu importe le reste
    bravo encore

    Posté par cathy, 18 avril 2008 à 12:29

Poster un commentaire