Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

16 avril 2008

24. Madame Sans Gène (RV)

Il faut absolument que je pense à me plaindre au patron. Si elle croit que je ne l'ai pas vue, la jeune là, au 2e étage, avec son air dégagé et son appareil photo. Ah, si elle s'imagine que je vais me laisser faire ! C'est un coup à finir sur un blog ou je ne sais quel machin moderne, ça ! Si elle veut sa photo du vieil écrivain misanthrope, elle a qu'à la demander poliment !Bon, ça dit quoi, ces frites...
Posté par Coumarine à 18:11 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

16 avril 2008

23. Petits bouts de papier (Enfolie)

Il faut absolument que je pense à retrouver ce petit bout de papier.  Grrr mon sac est trop grand ! Allez quoi, reviens petit papier… Ce midi, en allant chercher ma fille à l’école, le soleil est très présent.  Les conducteurs de voitures sont tous concentrés et inactifs.  Comme d’habitude, les files sont longues et  enrayées.  Ma tête est en l’air et mes pensées sont lointaines.  Tuuut Tuuut !  Une grosse voiture noire klaxonne et me lance un minuscule papier, style « post-it ».  L’homme me... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 avril 2008

22. Plaie du jour ( Clau )

Il faut absolument que je pense à ... enfin que je pense un point c'est tout. Penser sans cesse pour ne pas sombrer,  penser à n'importe quoi, à des choses futiles, au passé éloigné, maintenir à tout prix mon esprit éveillé, empêcher la bête d'envahir ma tête...Réfléchir ? non, c'est devenu trop compliqué ... ça me provoque des migraines, mais penser est toujours à ma portée... Parler à l'intérieur, sans arrêt, sans repos, surtout ne pas faire le vide, remplir mon pauvre cerveau de mots.  Penser... il est agréable ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:07 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
16 avril 2008

21. Intimité (Virgul)

« Il faut absolument que je pense à te le dire. Quand je les vois d’en haut, tous attablés, ils sont seuls ou ne se parlent pas. On pense beaucoup, mais on ne se parle pas assez. Moi aussi aujourd’hui je suis seul, et je me fais la conversation, je me « dialogue » tout seul, mais c’est toi qui es dans mes pensées. Et je me dis que j’ai de la chance d’avoir quelqu’un à qui penser. Au fond, cela fait plus de trente années que tu… comment dire ? M’occupes ? M’as envahi ? Non, il y a une connotation d’agression qui ne colle pas. Que... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]