Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

17 avril 2008

28. Une amie (florence)

Il faut absolument que je pense à téléphoner à Maria, que je sorte les poubelles, que je…

-         Annie ? Tu m’écoutes ?

-         Euh oui, excuse moi je pensais à autre chose.

-         Je disais que…

Oh là là, je suis méga en retard dans mon programme. Je dois encore faire plein de choses et mon bureau n’arrête pas de m’appeler. Et elle qui me parle de je ne sais trop quoi. Ça fait déjà deux heures qu’on est ici. Ne pourrait-elle pas abréger pour que je puisse partir ?

-         … tu vois ?

-         Oui, oui.

Il faut que je trouve une excuse et vite ou je n’aurai plus le temps de faire ce que je dois faire. Je pourrais lui dire que ma fille m’attend. Non, elle ne me croira jamais. C’est embêtant finalement qu’on se connaisse si bien.

-         Et toi ?

-         Pardon ?

-         Et toi ? Comment ça va ?

-         Et bien, je suis un peu débordée mais ça va.

En fait, ça ne va pas du tout. Je viens encore de recevoir un message de mon bureau.

-         Je ne te crois pas.

-         Comment ça ?

-         Je vois bien que ça ne va pas. Il y a quelque chose qui te tracasse. Je te connais trop bien que pour voir ça. Mais si tu ne veux pas m’en parler ce n’est pas grave.

C’est vrai, j’avais oublié que c’est ma meilleure amie et que je ne peux rien lui cacher. C’est dans des moments pareils que je l’adore autant que je la maudis. Je l’adore car dès que j’ai un problème elle vient me demande ce qui se passe. Elle fait attention à moi. Mais je la maudis car je voudrais bien partir et faire ce que j’ai à faire. Mais je ne peux pas m’empêcher de lui répondre.

-         Je ne peux rien te cacher !

-         Et non, c’est ça l’amitié.

-         J’ai encore plein de choses à faire et j’ai des problèmes au boulot. J’ai l’impression que je n’aurai jamais assez de temps. Je dois encore faire les courses, aller chez le dentiste, ...

-         Si tu veux je peux faire les courses pour toi.

-         Vraiment ?

-         Oui si ça peut t’aider. Il suffit que tu me donnes ta liste et je les ferai. Je te les amènerai ce soir et tu me rembourseras. Mais je te demanderais une chose en échange.

-         Quoi ça ?

-         De filer d’ici et vite.

Vraiment une amie, il n’y a rien de plus précieux.

Posté par Coumarine à 18:00 - Florence - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

  • Je ne sais pas pourquoi Laurence tu n'as pas eu un petit commentaire
    Cela ne doit pas faire très plaisir de se sentir oubliée comme ça, non?

    Un dialogue entre amies...cela doit plaire pourtant...
    Peut-être sonne-t-il un peu artificiel...je ne sais pas trop
    C'est sûr que je t'ai demandé de raccourcir ton texte...il perd peut-être de sa substance?
    Ce sera pour la prochaine fois, d'ac?

    Posté par Coumarine, 21 avril 2008 à 21:23
  • Ce n'est pas très chouette mais ça permet de savoir qu'il y a quelque chose à améliorer. C'est peut-être le fait que j'aie dû beaucoup raccourcir.
    Vous pouvez compter sur moi pour une prochaine et meilleur fois j'espère.

    Posté par florence, 22 avril 2008 à 20:06

Poster un commentaire