Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

19 avril 2008

35. Desserrer les dents (Kaliuccia)

Il faut absolument que je pense à desserrer les dents.  Sereine de l’extérieur, crispée à l’intérieur. Je suis fatiguée de cette image que je donne, paisible et irréelle quand tout en moi s’insurge.  Ravaler mes larmes, forcer mon sourire et serrer les dents.
J’envie cette petite fille, ce tête à tête avec sa mère. Que peuvent elles se raconter? Je ne parlais jamais avec ma mère, notre père ne supportait pas qu’une conversation se déroule hors de son contrôle. Il avait bien établi ses règles, il nous était impossible de les transgresser même en son absence.
Desserrer les dents, relâcher.
Depuis combien de temps ma nuque me fait-elle souffrir ? J’ai l’impression qu’elle a toujours été le point névralgique de mes douleurs, que tout s’y concentre. J’ai vu tant de spécialistes en vain. Jusqu’à ce dernier qui m’a dit de … desserrer les dents.
Des années à bloquer, subir en silence. Du père puis de l’amant. Le frottement des mes molaires les unes contre les autres me rassure, je me contiens. Je ne dois pas répondre à ses attaques ni relever sa provocation. Je voudrais hurler et me défendre, mais ma mâchoire se bloque et combat la révolte qui gronde. Mes silences l’apaisent et me protègent. A quel prix ? J’ai la sensation d’être rongée de l’intérieur, dévorée vivante. J’entends gronder mes émotions, je les sens gratter, elles se mélangent, se mutinent. Je serre encore plus fort.
Et ça me tue.
Il m’a dit de desserrer les dents.
Sur ses conseils, j’ai accroché à mon sac un pendentif de ma couleur préférée. Un tendre bleu. Il m’a dit de le regarder et de relâcher ma mâchoire au même moment. J’ai trouvé l’idée ridicule sur l’instant, mais à chaque fois que je regarde le pendentif, je prends conscience de cette contraction spontanée. Tout un moi qui est étranglé.  Je desserre. Je me détend, la douleur s’estompe, je suis une autre femme. Je suis enfin moi.
Il faut absolument que je pense à desserrer les dents.
Que je commence à vivre, avant qu’il ne soit trop tard.

Posté par Coumarine à 17:55 - Kaliuccia - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

  • et oui relâcher....
    mais c'est tellement difficile lorsque les réflexes de peur sont ancrés en nous, et nous étouffent
    ton texte le dit bien, ce danger qui est là tout le temps, même lorsqu'il n'existe plus

    Posté par Tisseuse, 19 avril 2008 à 18:32
  • Joli texte...

    Posté par sherkane, 19 avril 2008 à 18:37
  • Expression

    Quelle force d'expression de la souffrance.

    Posté par Malvina, 20 avril 2008 à 13:37
  • Ton texte sonne vrai et juste. Bravo !

    Posté par Noisette, 20 avril 2008 à 16:50
  • il faut absolulent que tu penses à continuer d'écrire )

    Posté par l'arpenteur d'ét, 21 avril 2008 à 09:09
  • A vous cinq

    A Tisseuse : c'est tellement difficile que je ne pensais pas à moi lorsque j'ai écris ce petit texte, mais à une amie qui m'avait vaguement parlé de ses problèmes de dos et en tapant mon histoire ... je serrais les dents !

    A Sherkane, Malvina et Noisette : merci !

    A L'arpenteur : bien joué ! j'ai éclaté de rire en lisant ton com !


    Je suis drolement émue de me retrouver publiée ici merci à vous de m'avoir laissé un petit mot pour ma première participation.

    Posté par kaliuccia, 21 avril 2008 à 09:30
  • Oui, c'est de la belle écriture...Je suivrais ce que tu écriras sur ce blog.

    Posté par kloelle, 21 avril 2008 à 19:14
  • Pour moi (mais tu le sais, je te l'ai dit...il y a beaucoup de puissance dans ton texte...
    C'est ta façon d'écrire, ne la mets pas sous le boisseau..
    Ose écrire comme tu en as le talent...

    Posté par Coumarine, 21 avril 2008 à 21:17
  • Le thème est fort et la manière d'écrire est belle. On serre les dents au fil de la lecture et puis on relâche, parcequ'on a bien aimé.

    Posté par virgul, 22 avril 2008 à 08:14
  • A vous trois

    Merci beaucoup Je ne sais plus quoi dire d'autre, je vais me lasser toute seule
    Je vais essayer de suivre tes conseils Coumarine.

    Posté par kaliuccia, 22 avril 2008 à 11:54

Poster un commentaire