Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

10 mai 2008

Le bruit ( Kloelle)

Ce matin, pour la première fois depuis longtemps, j’ai réussi à pleurer. L’infâme a retenu mes larmes jusqu’ici. Une forme d’inertie froide. D’ailleurs, mon corps transpire cette humeur languide depuis des semaines. Depuis le jour où c’est arrivé. Mais il me refuse les larmes. Il y a cette voix qui résonne dans ma tête et qui me crie : Les larmes c’est pour les douleurs nobles !
Elle n’est peut être pas noble ma douleur mais elle me déchire jusqu’à des territoires de mon corps dont j’ignorais l’existence, elle me déforme, creuse des sillons dans mon esprit et y sème sa peur, sa folie et ce bruit…Ce bruit sourd, dense, qui frappe à mes sens jour et nuit.
Ce matin, une lumière vive perçait les volets. J’ai suivi mécaniquement les ombres bucoliques qui, au gré du vent, se projetaient au dessus du buffet. C’est là que se sont libérées les larmes…Dans l’entre-deux d’un mur dévoré par des formes en vie.
Ce jour là, sur la façade brûlée par le soleil, il y avait vos ombres aussi.
Vos ombres désarticulées qui dans un dernier cri de vie se balançaient et mimaient la fête et la liberté.
C’est la dernière image de vous que je garde.
Prendre la mitraillette contre le peloton…Je n’ai pas eu ce courage.
Je me suis caché, j’ai fermé les yeux, porté mes mains à mes oreilles, mais je l’ai tout de même entendu, le bruit de vos corps qui tombaient.

Posté par patitouille à 09:30 - Kloëlle - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

  • Je trouve ton texte très puissant, autant qu'un souvenir impossible à oublier

    Posté par Godnat, 10 mai 2008 à 10:17
  • Le bruit de la terreur, de l'impuissance, de la culpabilité... et de la mort. La mort qui poursuit le cours d'une vie.
    Un texte qui donne le frisson !

    Posté par Flaneuse, 10 mai 2008 à 11:29
  • Toutes les larmes sont respectables. Même de pleurer sur sa lâcheté.
    Un texte qui ne peut pas laisser indifférent. Bravo Kloelle.
    "Dans l’entre-deux d’un mur dévoré par des formes en vie." : c'est si bien dit !

    Posté par Noisette, 10 mai 2008 à 14:29
  • ton personnage devrait croiser la route de celui de Flâneuse, tu sais ?

    rien à rajouter aux commentaires précédents. ton texte est fort, bien écrit, et la chute amenée au millimètre.
    bravo, Kloelle

    Posté par pati, 10 mai 2008 à 20:30
  • Merci d'avoir commenté ce texte un peu difficile.

    Posté par kloelle, 11 mai 2008 à 14:16
  • Texte en effet puissant. Il ne laisse pas indifférent, de l'humain à l'humanité...?

    Posté par isabel, 13 mai 2008 à 16:47
  • c'est un texte qui émeut et déchire le coeur tellement il est puissant !
    d'autant plus, qu'il est écrit avec les mots de kloëlle.

    Posté par rsylvie, 15 mai 2008 à 09:16
  • Oui, une troublante déchirure…

    Posté par Vertumne, 17 mai 2008 à 15:52
  • Je ne regrette pas d'avoir remonté le courant des textes déversés sur ce blog pour arriver ici ! Je sais ce dont Kloelle est capable et pourtant, à chaque fois, c'est l'éblouissement !

    Posté par Walrus, 19 mai 2008 à 19:36

Poster un commentaire