Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

28 mai 2008

15. Le garage (Isabel)

Je sors du garage avec une épouvantable migraine. Céphalée du matin : chagrin ? Je choisis de la transformer en : Entrain !

Garage, c’est un bien grand mot ! Entrepôt, local, oui peut-être ! Ce « garage » est compris dans la vente de la maison, cet espace me permettra le temps des travaux, d’entreposer les cartons et peut-être d’y installer mon atelier. C’est cette odeur de poussière âpre, d’humidité prenante, qui me saisi, le salpêtre recouvre les murs, des déchets en tout genre jonchent le sol.

- Faites ce que vous voulez de toutes ces vieilleries ! je m’en fous !

L’ancienne propriétaire des lieux, n’était vraiment pas agréable, sale, les cheveux gluants, un vieux vernis écaillé sur des ongles douteux. Ses vêtements fanés avaient dû être de prix, aujourd’hui défraîchis, ils lui donnaient l’aspect d’une clocharde un peu loufoque.

Je pénétrais de nouveau dans l’antre. J’ouvris les fenêtres pour tenter de laisser entrer, lumière et courant d’air et je m’attelais à trier cet enchevêtrement d’objets au destin désormais funeste. J’étais là, depuis plusieurs heures, m’acharnant à trouver dans ce capharnaüm un semblant de logique, lorsque je délogeais sous un fatras d’immondices, une cantine. Ce n’était pas la première, mais celle-ci était plutôt petite.  Son contenu était soigneusement rangé : des boîtes de pastels, peintures, pinceaux de toutes tailles, térébenthine, fusain, pigments, spatules… J’étais aux anges, comme une enfant qui découvre un trésor, j’ouvrais une à une les boites. J’avais la sensation de rentrer dans l’intimité d’un être à part, des carnets d’esquisses, des notes à l’écriture légère et déliée, des corps nus, des ébauches de sculptures… Dans l’une des boîtes, emballées dans du papier de soie, je trouvais des petites poupées de laine, petites figurines au bras de bois, une voiture de pompiers et un lance-pierres.

Ma migraine avait disparu, et derrière l’odeur de moisissure il y avait, j’en étais sûre, comme un parfum de confitures et de pain d’épices. Ce garage, serait mon atelier !

Posté par Vertumne à 09:25 - Isabel - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Se mettre au boulot pour faire passer le mal de tête, dans la joie et la bonne humeur ! Bel élan !

    Posté par Vertumne, 28 mai 2008 à 22:22
  • merci Vertumne, au moins 1 commentaire ! apparemment je n'avance pas...sincèrement,c'est si nul que ça ?

    Posté par isabel, 31 mai 2008 à 20:17
  • merci Vertumne, au moins 1 commentaire ! apparemment je n'avance pas...sincèrement,c'est si nul que ça ?

    Posté par isabel, 31 mai 2008 à 20:17

Poster un commentaire