Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

07 décembre 2006

in memoriam , le dormeur du val .(Alceste)

Je fendais comme la vague des plages,Le vert Sarazin de juin, parsemé de coquelicots.Le souffle de la brise marine,Émergeant de la falaiseCourbait la frêle céréale encore en herbe.J'entendais le roulement d'un tonnerre là bas,Malgré ce ciel si pur,Comme un lavis d'aquarelliste.Je foulais ce tendre produit de notre terre,Qui aurait dû servir à nourrir l'homme.Cette année il y avait beaucoup de coquelicots et de renoncules.Au fond du champ je remarquai une grande renoncule dorée,C'était les cheveux d'un homme couché.Il avait un gros... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

06 novembre 2006

2050 ( alceste)

Dés que Virginie fût en âge d'écrire, elle a demanda à son père, de lui offrir un carnet, comme ces journaux intimes, aux couleurs roses bonbon et avec une petite clé dorée .Enfant solitaire, fragile et méditative elle prit l'habitude d'aller s'assoire sur les marches du grand môle du port, pour écouter la respiration de la mer, qui remplaçait celle qu'elle n'avait plus.Là ses longs bras de vent marin doucement l'entouraient, et sa fraîche respiration haletait dans son cou, tendit que ses beaux yeux de vague d'opale s'ouvraient et se... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
26 octobre 2006

"un train nommé désir " ( Alceste)

Quand j’avais 17 ans je ne savais pas que j’étais belle ; quand je l’ai découvert il était trop tard .Je n’imaginais pas qu’un garçon puisse me trouver intéressante, moi j’avais très envie qu’on me prenne dans les bras et poser ma tête sur une épaule comme dans les films .Parfois il y en a un qui venait me voir mais c’était juste parce que j’étais la meilleure du lycée .Pourtant parfois je surprenais des regards que je ne comprenais pas , furtifs , qui se détournent vite , presque coupables .Ma famille est d’origine modeste, nous... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 08:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 septembre 2006

C'est pas de l'amour mais... ( Alceste )

Je ne l’aime pas mais tant pis ! De toute façon est-ce qu’on a besoin d’aimer son chef ? Je le respecte, ça suffit non ? Il me regarde d’un sale air ! Normal, j’aime pas les english , moi j’suis breton et on les aiment pas ces gus ! Bon mais à part ça, j’ai vu qu’il en avait là où il faut, donc ça va, j’le suis. Juin 44 , on nous a dit que c’était le grand jour. Grand jour de quoi, je sais pas, mais en tout cas je le sens pas ce coup-là. On attend sur le transport de troupe avec interdiction de descendre. Bonjour l’odeur. Je le sens... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 08:59 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
12 septembre 2006

Noces marines ( Alceste )

J’ai posé la tête sur le sable qui s’enfuitJe regarde, caché derrière les herbes agitées par le souffle marin .Il y a ces dunes qui ondulent comme un beau corps dénudé ,Cette générosité femelle, qui projette ses mamellesA l’ocre doux et savoureux .Il y a ces petits plis , comme des fossettes charmeuses ,Qu’on voudrait caresser du doigt .Il y a ce varech touffus qui comble cette déclivité humide .La mer vient  caresser cette grève amoureuse, par petits coups de languePar vagues discrètes , elle fait glisser le sable vers elle... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
27 août 2006

pas question d'ecrire : P.P. ( alceste)

Il y a des mots que je n’aime pas, que je n’aime ni lire ni écrire et dontle graphisme m’irrite.J’attend d’un mot qu’il me donne accès au rêve par son pouvoir d’évocation,sa capacité à m’entraîner dans un monde magique à explorer comme dans »Alice au pays des merveilles «.Il y a des mots avec lesquels je n’aime pas jouer, et que mon clavierignore. Pour chacun de ces mots sacrifiés, il y a certainement de bonnesraisons. Celui auquel je fais allusion, a déjà cette sonorité triviale quiraisonne dans un texte comme une fausse note .Je... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

17 juillet 2006

qui voit houat voit l'ankou ( Alceste)

Après quelques minutes de marche, il avait déjà oublié pourquoi il était là, concentré, sur la sensation grisante qu’il vivait un moment « enharmonique» (néologisme personnel) de sa vie. C’était une simple intuition, à laquelle il croyait par  expérience, accoutumé aux irruptions de ces états seconds qui, fondant sa personnalité,  avaient induit la structure chaotique de son chemin de vie .Si on devait d’un mot le décrire, on dirait : observateur (mais, passif et curieux faudrait il ajouter). Ainsi, il avait certes voulu... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 juillet 2006

Un rendez-vous divin (Alceste)

«  L’unique ascenseur de l’immeuble est momentanément hors d’usage  » Vincent regarde hébété l’affichette sur la porte d’acier , écrite à la main , sur un banal carton , contrastant avec l’ambiance hi Tech du hall de l’immeuble de 120 étages de la société « O  isumi takayashi , electronic and co » . Son regard se tourne avec angoisse vers la porte signalée « sortie de secours » avec le pictogramme « escalier » , il a rendez vous au dernier étage ! Par principe , d’une main moite , il pianote sur son agenda... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 juin 2006

Puissance du ressac (Alceste)

Une seule jambe se balançait , agacée au dessus de l’eau d’un vert profond, mais sale, du port , l’autre était repliée comme en demi lotus .Le soleil chauffait ses jambes et son cou tandis que le vent donnait cette caresse, qui faisait supporter cette brûlure . Elle sentait la chaleur lourde de force contenue de la main qui était placée sur son épaule , elle pesait pesait  pesait .La moiteur de son corps, alangui par ce midi estival , la happait dans son inconfortable étreinte . Elle aurait voulu que ce poids se relâche, la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 19:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 mai 2006

Rouge et bleu (Alceste)

93, les colonnes infernales étaient entrées dans le bocage vendéen depuis quelques semaines. La semaine dernière, une colonne avait été décimée par les chouans, non loin des sables d’Olonnes . Simon, le long fusil à baïonnette des patriotes à la hanche avançait dans le chemin creux, à l’arrière de la section envoyée en reconnaissance .La sueur perlée aux coins de ses yeux, ses mains étaient blanches à force de serrer la crosse, dans le dos il sentait sa chemise trempée par la peur .Seul le cliquetis des armes et le chuintement des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]