Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 mai 2007

Les rutilants (Arthur Hidden)

Le samedi c’est plus tranquille. Il y a moins de monde sur le luxueux campus construit au milieu de nulle part pour que s’arment les futurs capitaines, colonels et généraux de la guerre économique. Ils arrivent ici abrutis de travail et de sélection, pleins d’une histoire de réussite. Ils en sortent parfois encore plus vains.Cet après-midi-là deux d’entre eux, appelons-les les rutilants, partent pour une cité de banlieue où reprennent souffle les plus pauvres des pauvres. Une autre histoire. Les rutilants ne savent rien d’eux. En... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 14:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

15 mai 2007

Soir de cuite (Arthur Hidden)

La salope ! Elle m’a immédiatement appelé. Elle se marrait au téléphone. Elle m’a dit qu’avec mes 53% j’en prenais pour au moins dix ans, pas moyen de me défiler. Mes amis, mes riches amis, ne me laisseront pas décrocher comme ça. C’est sûr, leurs foutus journaux vont tout faire pour que je sois réélu. J’ai été vraiment con avec mon histoire de rasoir et d’ambition. Au début j’ai fait ça juste pour embêter le vieux, pour voir la tronche qu’il me tirerait au prochain Conseil des ministres. J’aurais mieux fait de me laisser pousser la... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:33 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
05 mai 2007

Confiance (Arthur HIDDEN)

Ma voiture n’a pas démarré ce matin. Tu aurais pu me téléphoner Ton numéro est enregistré dans mon portable et je l’avais oublié au bureau Je crois que tu étais avec une autre. Chérie, tu sais bien que non ! Il est attendrissant cet homme qui est à moi. J’aime le faire enrager en jouant les jalouses. Il est pourtant si différent de ses congénères, en permanence occupés à déchiffrer la partition obsédante de leurs désirs érotiques -Tiens, j’aime bien cette formule : la partition obsédante de leurs désirs érotiques. Ça... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
18 avril 2007

Depuis le début (Arthur Hidden)

Et maintenant ça suffit ! Assez voyagé dans l’espace et le temps avec mon piano volant. J’en ai bien profité, notez. J’ai traversé toutes les époques, vu tous les pays. J’ai bu à m’en faire péter la sous-ventrière du bon vin rouge le jour de la consécration de la cathédrale souterraine de Saint Emilion, mangé des citrons succulents de Damas à la cour du grand Saladin, de ces citrons qu’on appelle cédrats et dont la pulpe blanche de la peau est confite dans le miel. J’ai même admiré à Versailles au milieu des courtisans la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
06 avril 2007

Au bord du gouffre (Arthur Hidden)

J’ai presque une heure d’avance. Peu à peu arrivent les autres paires de chaussures supportant leurs militaires. Elles s’alignent impeccablement sur moi. Eux repartent, péniblement, pieds nus.Un des médecins généraux toussote. Est-ce l’américain, le chinois, le français, le britannique ou le russe ? Derrière eux les cabines de traduction simultanée cessent de bourdonner car l’homme s’est tu. De leur jugement à eux cinq dépend la paix du monde. Soit ils certifient que l’homme n’est pas manipulé, soit …Cela faisait quinze ans que les... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 16:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 mars 2007

Etang de silence (Arthur HIDDEN)

Il faut que je vous dise… J’ai menti. Aucun autre son, si ce n’est, s’éloignant, le croassement d’un corbeau. Nous contemplons l’étang, but de notre promenade. L’air est léger. La lumière verte et jaune semble émaner de la surface lisse de l’eau. Elle est rythmée devant nos yeux par des branches obliques, nues, à l’écorce ocellée. Le même genre de branchages se forment en arbres de l’autre côté de l’étang. Mais c’est cette eau à l’aspect de tourmaline qui boit nos regards. Nous restons là de longs moments, aussi immobiles qu’elle. ... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 09:16 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
05 mars 2007

La veuve Couderc (Arthur Hidden)

Cela fait exactement huit jours que personne n’a pu pénétrer dans la jolie maison de village aux volets bleus de la veuve Couderc. Ce n’est pas faute pour ses nombreuses amies, en fait tout ce que le village compte de cuisinières chevronnées, d’avoir essayé. Mais chaque fois ç’a été la même chose. Elle les a reçues sur le seuil de la porte sans jamais leur proposer d’entrer. La porte de la cuisine au bout du couloir était toujours fermée. Malgré leurs tentatives elles ne pouvaient rien voir de ce qui s’y tramait. La veuve Couderc, si... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:35 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
18 février 2007

Les très riches (Arthur HIDDEN)

Il choisit toujours la solution la plus compliquée. C’est ce que nous avons tous cru lorsque John est revenu un jour, excité comme une puce, d’une de ses lointaines parties de pêche solitaire en haute mer. Il faut dire que notre petite communauté des Robinsons de la Fortune se lassait de ses récits, aussi interminables que monotones. Au lieu de passer à d’autres sujets plus intéressants nous pensions qu’il avait inventé cette histoire pour piquer notre curiosité. Il avait été trader dans une grande banque de Londres et il s’était... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:55 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
05 février 2007

La carte postale (Arthur Hidden)

Je suis resté une heure environ dans la salle de bain. Quelques minutes pour enlever la terre noire qui collait à mes mains. Le reste du temps pour me déshabiller, pour faire tremper mes vêtements dans la grande bassine, pour me savonner et me resavonner; pour chasser l'odeur de la mort. Tout avait commencé par une carte postale, une carte postale de Marco envoyée de Naples. Bien dans sa manière, superbe et mystérieuse. Une rue avec des motos. Et quelques mots griffonnés en créole. Le bâtard, il aurait pu me prévenir avant, il... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]