Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

16 janvier 2008

25. Maison à vendre (brie)

J’ai bien fait le tour de la question. C’est cette maison là que j’achète ! Evidemment, son prix ne correspond pas vraiment au budget que je m’étais fixé mais enfin, n’est-ce pas le but de tout un chacun : devenir enfin propriétaire de son chez-soi même si pour cela on doit s’endetter plus pour travailler plus…Tant pis, de toute façon maintenant il me faudra travailler plus de 40 ans pour obtenir une maigre retraite, et encore rien n’est moins sûr…. Et puis, ce pauvre employé de l’agence, il faut bien que j’ai pitié de lui. Depuis... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:20 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

19 décembre 2007

Invitation surprise (Brie)

Et toc ! me voilà encore entre deux eaux. Je m'étais pourtant dit que je ne la reverrais ja-mais ! Mais sans doute qu'à un moment où un autre ça arriverait, qu'elle voudrait qu'on se rabiboche.  Il va bien falloir maintenant que je me décide ! Irais-je, n'irais-je pas ? Allez, je vais me faire la fameuse liste, celle du pour, celle du contre... évidemment, je me connais, je vais argumenter toutes celles qui iraient bien dans la liste « pour » et les agrémenter d'un petit inconvénient pour la refourguer dans l'autre liste !... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
04 décembre 2007

15. Trahison indécente (Brie)

Gaston, Je me sens si dépitée face à cette indécence. Je n’ai pas l’envie ni la force de t’affronter.Je préfère t’écrire cette missive, exorciser ma colère par les mots. Tu m’as trompé !  Tu m’as trompé ! à 87 ans ! te rends-tu comptes ? après tant d’années passées ensemble! Comment as-tu fait ? Comment as-tu osé ? Est-ce même pensable ? encore hier tu disais m’aimer  !Je sais : le dernier bal !  cette petite vieille  virevoltait sans arrêt, près de notre table, son  pas boitillant, ses tifs filasses... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 09:28 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
23 novembre 2007

29_Les croissants chauds (Brie)

Je n’ai pas mis les bonnes chaussures ce matin. J’aurais dû m’en douter. Aujourd’hui, nous sommes Dimanche et une fois de plus, la patronne m’a envoyé en urgence acheter les croissants chauds. Le samedi soir, Madame reçoit son Amant. Ah celui-là, le moins qu’on puisse dire, c’elle qu’elle l’adore. Elle est aux petits soins avec lui et chaque dimanche matin , il a droit à son petit déjeuner au lit, avec croissants chauds, jus d’orange et tout le tra la la.. Quelques fois, elle m’envoie même cueillir une fleur au jardin qu’elle dispose... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
25 octobre 2007

29. Le monde a tourné (Brie)

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde !J’ai suivi l’enfant qui glissait, ses patins aux pieds, sur les routes lisses de sa cage. Il voulait quitter la piste translucide pour s’envoler vers les carreaux de glace où se reflètent les lumières du soleil. Il voulait s’envoler vers les nuages, aller au delà de la turbulence de ce monde qui a tourné sans l’attendre.Le quai du métro est noir de monde.J’ai suivi l’oiseau qui vole dans ce ciel à la voix qui tremble.L’oiseau qui blessant son bec sur les barreaux de sa cage,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 octobre 2007

Le vieil homme (Brie)

Le vieil homme s’arrêta en haut des marches. Il était tellement essoufflé qu’il dût se tenir immobile un bon moment pour reprendre sa respiration qui devenait de plus en plus sifflante. Il se soutint au pommeau de la rampe d’escalier en avalant avec douleur de grandes goulées d’air. En ces instants, il avait toujours cette horrible sensation que son torse était une torche en feu. Et Anna, sa femme bien aimée, qui n’était plus là pour lui prendre la main, le soutenir !A quoi cela sert-il ? se demanda t’il. Pour quelle raison s’échiner... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

01 octobre 2007

Le vide de la solitude (Brie)

 Je lui ai dit de se taire. Ça faisait dix ans, jour pour jour, que l’on ne s’était pas revues.  Je mijotais ma venue à la date précise de ce jour où je l’avais menacée de ne plus la voir..Ce fut la rupture d’une amitié d’enfance, la fin de nos crises de rire, de nos joies, de sa joie.Je pensais souvent à elle, à nos fous rires, à notre connivence d’alors et intérieurement, je me disais et j’espérais de tout mon cœur qu’elle se serait détachée de cet horrible vice qui vous ronge le corps et l’âme. Je voulais en avoir le cœur... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 16:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 août 2007

Ruinée ! (Brie)

Ce que je venais de dire à la vieille marquise Guy de Ruy était l’exacte vérité.Elle avait tenu à ce que je sois parmi les passagers de ce premier trajet, moi, son homme de main, son bras droit.Sa participation à la construction de ce train, elle le pensait,  redorerait le blason de la famille,  paierait les faramineuses dettes de jeux  de Monsieur Le Marquis, renflouerait les comptes. Elle y croyait tellement, qu’elle avait investi jusqu’aux bijoux qui faisaient la fierté de la famille depuis des générations.Pour... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 17:55 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
28 juin 2007

Le temps de vivre (Brie)

Je vous le dis, vous, les femmes, les hommes, qui passez sans me voir, ou plutôt qui faites semblant de ne pas me voir, vous aussi vous serez bien obligés de l’ouvrir, cette porte et d’en traverser le seuil et peut-être plus vite que vous ne le pensez! Vous agissez comme moi, vous n’écoutez pas! Vous vous dites que les leçons de morale sont inutiles! Et puis de toute façon que vous n’avez pas le temps!Ce doit être le propre de l’être humain, ça, avancer, avancer, toujours plus vite, sans s’arrêter, sans regarder ce qui se... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 mai 2007

Richesses oubliées (Brie)

Le samedi, c’est plus tranquille. Il y a moins de monde ! Il vient de lancer cette phrase, avec désinvolture comme tous les vendredis soirs ! Zoé et Arthur  le regardent avec admiration, l’air béat, se demandant si leur père ne serait pas plutôt un  grand enfant. Mais si justement, il l’est resté, juste pour le jeu, juste pour la vie.  Et comme tous les vendredis depuis que nous vivons là, il me prend en photo avec les enfants. Album bizarre où ne s’étalent que les photos du vendredi soir, moi et les enfants, semaine... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 14:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]