Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

26 mars 2007

L'aveu (Bugul An Aod)

Il faut que je vous dise... J'ai menti. Oui cher Amour je vous ai menti, mais omettre de parler de quelque chose dont on a profondément honte est il à proprement parler un mensonge ? Je suis assis là, au bord de ce petit étang entouré d’arbres, lieu secret où je me parle à moi-même, je vous écris. Et dans ma étresse, je ne comprends plus rien, sinon que j’ai peur de vous perdre pour un mensonge, une simple omission puisque je sais que des âmes bien pensantes vous ont tout révélé de mon passé. Vous le savez, je vous l’ai dit,... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 19:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

26 janvier 2007

Délires psychotropiques (Bugul An Aod)

J'ai volé mon âme à un clown Moi tel un jouet mécanique D’orchestre philharmonique Aux rythmes électroniques J’écoute ce vieux castor lubrique Sous des lumières électriques Et je roule des mécaniques J'ai volé mon âme à un clown Evadé d’un asile psychiatrique Du centre de la Belgique Je suis de tendance cyclothymique voire trop philanthropique Avec un  côté narcissique Je me gave d’analgésiques J'ai volé mon âme à un clown J’ai une vision panoramique De vos idées... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 15:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
09 janvier 2007

"Livre à vous" (Bugul An Aod)

Je suis un génie... et je suis modeste… Oui, je suis un génie. Je suis plus que millénaire, je parle et pourtant  je ne parle pas, pas au sens où vous l’entendez. Je parle des dizaines de langues, idiomes ou dialectes, certains éteints depuis des siècles, mais je ne le dis pas. Je reste « muet » et pourtant je vous dis tant de choses moi qui suis par définition fini et pourtant infini. Je suis Histoire, histoires, Science, conscience, de chevet, de poche, de prières, réceptacle de votre savoir, de vos doutes, de vos... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 novembre 2006

Renaissance automnale (Bugul An Aod)

Septembre 2006 90 kilomètres à parcourir pour enfin arriver à destination … Plus que 90 kilomètres sur les 1 100 que j’avais à faire au départ. Plus de 900 kilomètres que je me repasse sans fin le film des derniers mois, le film de l’enfer qu’elle m’a fait vivre et que j’ai enfin réussi à quitter. Plus de 900 kilomètres que je me rappelle ces instants où nos corps enlacés devenaient un nœud de chair qu’aucune lame n’aurait pu trancher. Plus de 900 kilomètres que je la revois traverser la place, comme tous les matins avec son... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
05 novembre 2006

Etats d'âme d'une conscience (Bugul An Aod)

Jeune femme rousse, yeux verts, teint pâle presque diaphane, lèvres rouges et fraîches. Voilà l’image que lui renvoie un miroir un peu piqué, au cadre patiné par le temps. La lumière froide du néon ne fait qu’augmenter les cernes qu’elle porte sous des yeux trop rougis. Ses pensées se désagrègent comme des feuilles de buvard détrempées. Il va bientôt être l’heure qu’elle se mette en route, elle a un dernier rendez vous. La lune furtive et blafarde dépose par instant un doux voile argenté sur ce chemin que ses pieds... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
06 octobre 2006

Le dernier pas (Bugul An Aod)

Au matin, le verre était vide. Encore un matin, un matin pour rien. Encore un matin, sans raison ni fin. D’ailleurs, c’est bizarre que justement ce soit cette chanson de 1984 qui passe en ce moment sur sa radio, c’était justement Sa chanson préférée… Et Lui, Il ne sait plus trop comment il était arrivé là, à 500 kilomètres de sa vie actuelle … Les nervures du bois du bar comme unique lien. Attablés chacun un verre à la main. La nuit qui s’accentue au loin. La soirée qui touchera bientôt à sa fin. Des souvenirs au bord du cœur.... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
29 septembre 2006

Pensées d'une Contrebasse (Bugul An Aod)

Je ne l’aime pas, mais tant pis … Comme d’habitude il commence par me caresser longuement, ses mains avides courent sur la totalité de mon corps, de la tête au pied. Il appelle ça caresser lui ? J’appellerai plutôt ça tripoter moi. De grandes mains moites qui me parcourent … une horreur. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai horreur de ça. Je n’ai pas la prétention d’être un top modèle avec mes courbes et mes rondeurs, mais quand même, je pense que je mérite mieux que ce grand échalas tout sec. En plus, il a l’air aussi gai... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]