Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

25 avril 2008

02. L'éloge de la beauté (Cédric)

A mon âme destinée,J’ignore où tu vis, si même tu existes. Mais l’irrépressible certitude de t’aimer déjà, me pousse à mettre par écrit ces mots que jamais peut-être tu ne liras.Et si je t’aime indéniablement, c’est que, quelque part, tu existes, ne serait-ce qu’en moi, alors même si nos corps jamais ne se touchent, je sais les vérités que j’écris dans cette lettre.Tu es celle qui ressent la chaleur des pensées issues de mon cœur ; parcourant le globe elles se posent sur ta peau avec la douceur que met une plume à caresser le... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 11:43 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

21 décembre 2007

Tocs (Cédric)

Encore une fois. Pas droit. Recommencer trois fois. Une. Deux. Trois. C'est bon. Sortir de la salle de bain. Deux tours. Toucher la brosse à dents. Ça, c'est pas droit. Grrr. Recommencer. Si tu le fais pas bien, y'a un malheur qui arrive. Tiens ! une saleté. Hop. Un. Deux. Ma famille adorée qui comprend pas ce que je fais c'est pour vous protéger en fait que je le fais. Une. Deux. Trois. Quatre. Et cinq. Parfait. Ouf. Zut. Deux heures dans la salle de bain. Ça me fait vingt minutes de retard. Direction l'école. Un baiser, un signe de... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
05 décembre 2007

19. Les petits papiers (Cédric)

Bibiche, je t’en prie: sors de cette salle de bain ! S’il te plaît mon bébé… Bon sang ! Laisse-moi te donner ma version des faits et mets la radio moins fort, nos voisins de chambres vont aller se plaindre sinon ! Bibiche, j’en ai marre de te glisser ces papiers par la porte, je te certifie ma bonne foi ! Je ne l’ai pas regardée la barmaid ! JE NE L’AI PAS REGARDÉE ! Bibiche… Il fallait bien commander les verres, non ? Arrête-moi ces crises ! J’en ai vraiment marre ! Bibiche c’est notre voyage de noce, l’île est splendide,... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:44 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
21 novembre 2007

22_Un parmi (Cédric)

J'ai pas mis les bonnes chaussures ce matin. Toute façon, je marche pas droit. De travers. Pas avec les bonnes personnes. J’ai peur d’être seul, c’est pour ça. Sinon je marcherais droit. Pas courbé, comme sous le poids de mon absence. Ce matin, je divague. J’ai pas mis la bonne veste. J’aurai dû la retourner. J’ai oublié de me brosser les dents. Celles de devant. C’est que j’avais pas de brosse à dents. Comme hier. Et le jour d’avant ! Ces jours où tout est en place : de travers. Un puzzle où les pièces s’emboîtent mais ne forment... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 09:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
03 novembre 2007

La dissertation (Cédric)

Tante Babette prit une profonde inspiration sentant que son fils en manquait pour ce devoir de français. Tranquillement installé dans le canapé, j’écoutais cette conversation amusante : — Bon, quel est ton souci Kevin ?— Maman, je sais pas quoi écrire pour cette dissert !— Eh bien, primo, quel en est le sujet ?— Euh… « Si pour Prout c’était une madeleine, pour toi ce serait quoi ? »— Pour PROUST Kevin ! Pour PROUST !— Ok, pardon. Pour Proust.— Mais qui donc a bien pu rédiger un tel sujet de dissertation?— C’est la prof de français... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:36 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
24 octobre 2007

25. L'homélie (Cédric)

« …mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde !Alors l’Homme, pressé et égocentriste, peste car il ne voit que la foule dans ce métro et non chaque individu dont elle se compose. ‘Moi’ contre la foule, dans un métro ou ailleurs; ‘Moi’ avec la foule, dans un stade ou ici même. Un Moi qui fait voir la réalité de manière tronquée. Car qu’est-ce qu’une foule sinon un ensemble d’êtres humains également importants, également précieux, également uniques. » Tiens ! me voilà attentif au speech du type en robe. Faut dire que ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

15 octobre 2007

La lettre ( Cédric )

« Tenez » fit-il en lui tendant un papier. Surprise, elle me fit signe ; je m’assis près d’elle et, devinant un frisson, lui pris la main.« Lis avec moi. » Nous lûmes en silence, dans l’intemporalité de cette étude notariale, une lettre manuscrite. 17 janvier 1940 Marion, Tu n’existes que depuis quelques jours mais voici le destin qui déjà m’oblige à partir loin de toi. Je sentis une émotion nous gagner, sa main serra davantage la mienne, mon cœur se mit à battre plus fort. Cruel destin que le tien, mon enfant... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
01 octobre 2007

Désert (Cédric)

Je lui ai dit de se taire, qu’il était tard, qu’elle ne savait pas ce qu’elle disait.Mais la nuit sans cesse me parlait, de moi, de l’humanité, d’une voix douce, à peine susurrée.Seul, adossé à un rocher, perdu dans la noirceur fraîche d’un désert, mes bouteilles d’eau bientôt vides, je pleurais une eau amère.Voix mélodieuse portée par un vent frisquet, nuit étoilée, dunes rondeurs d’une Terre mère nourricière au milieu desquelles je continuais à laisser échapper un goutte-à-goutte salé, désemparé que j’étais des vérités qu’elles me... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
01 août 2007

Tommy ( Cédric )

—  La surprise est de taille : les photos sont ratées !—  Quoi ?—  La surprise dont je te parlais, c’est que les photos sont ratées !—  Quoi !?—  Au téléphone tout à l’heure, j’ai dis que j’avais une surprise, tu te souviens ?—  Oui. Elles sont toutes ratées !??—  Oui, enfin non, il y en a une où on voit tes jambes et des pavés, c’est pas mal !—  Et les autres ?—  La plupart du temps des morceaux de chiens, fallait s’en douter !—  Des morceaux de chiens ???—  Ben oui, des museaux,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:39 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10 juin 2007

Amis...amants (Cédric)

«  Excuse-moi, c’est une erreur, c’était pas censé être rose mais violet…la vendeuse a dû se tromper ! »Elle ne répond rien, son regard me parle ; elle pose la lingerie sur la table, m’invite à m’approcher. Elle n’aime pas le rose, je le savais, à croire qu’inconsciemment je l’ai cherché : la voir nue plutôt qu’habillée de ces quelques grammes de dentelle offerts par amitié. Nos rapports sont en train de se convertir, elle m’invite à la dévêtir. Je lui signifie, nos doigts entrelacés, dirigeant nos mains vers moi, de me... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:39 - - Commentaires [7] - Permalien [#]