Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

27 mai 2008

14. L'ennemigraine (Claire)

Je sors du garage avec une épouvantable migraine. J'ai pris plein les yeux de cette lumière trop vive ; j'ai pris des odeurs plein le nez, du bruit plein les oreilles. Il va falloir qu'on me raccompagne. Ma vue commence à se brouiller. Les petites poupées devant moi  deviennent floues. Je suis malade. Je sais que je n'aurai pas le temps de rentrer. Mon crâne devient trop petit pour le sang qui y bat. Je sais que c'est une journée de perdue. Une journée à ne pas vivre, une journée volée à ma vie,  une journée volée à mes... [Lire la suite]
Posté par Vertumne à 11:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

11 mai 2008

Le Roi est mort (Claire)

Ce matin, pour la première fois depuis longtemps,  je me suis senti fou. Fou de liberté, fou de joie, fou de tout. J'ai quitté mon chapeau à grelots, je me suis redressé. J'ai regardé mon ombre et pour la première fois depuis longtemps, je me suis donné le droit d'être droit, le droit d'être moi et non plus le fou du Roi. x Le Roi est mort, vive Moi.
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
15 avril 2008

18. Ma bibliothécaire préférée (Claire)

Il faut absolument que je pense à rendre ce livre avant ce soir. Sinon, Elle va encore me faire payer une amende et si ce n'était que çà... Comme d'habitude, elle me fera un grand discours sur le fait que mon retard prive les autres de ce chef-d'oeuvre, qu'en m'inscrivant j'ai accepté de me plier à l'obligation des trois semaines de prêt, que si tout le monde faisait comme moi. Et patati et patata, Elle sera sur son fauteuil derrière sa banque de prêt. Toute puissante, Elle me ramènera à l'état de jeune écolier puni par... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:45 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
01 avril 2008

19. Ligne D* (Claire)

C'est étrange, depuis que je ne travaille plus, je me sens de plus en plus fatigué. Plus de travail, plus de mouvement, une mort lente.  Mes articulations rouillent. Mon esprit ne fonctionne plus. Je sens que je perds toute ma vitesse et mes réflexes. Plus de rencontres, plus d'heures de pointe, plus de retardataires soupirant d'aise de me voir enfin arriver. Personne ne caresse mes sièges, ne s'accroche à mes poignées. Même la racaille qui appuie sur les boutons d'arrêt d'urgence me manque. Mes portes ne s'ouvrent plus.Mon seul... [Lire la suite]
Posté par Vertumne à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
23 février 2008

9. Triste histoire (Claire)

Il n'en a parlé à personne. D'ailleurs Il ne parle plus, même plus avec les yeux. Il a eu trop peur, il a eu trop mal. La souffrance a été immense, le désespoir profond. Il ne parle plus, de peur de relâcher cette souffrance trop grande, ce désespoir trop profond dans un monde déjà trop malade. Il garde en lui ses mots, ses cris dans la cage de son corps.Sa mère, elle, elle a hurlé sa peine. "Parle, mais parle donc, dis-moi." Il n'a rien dit, elle n'a pas pu mettre des mots sur sa peine. Maintenant, elle les murmure, ces... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
16 février 2008

32. Révolution (Claire)

J'ai sorti mon cahier à couverture rouge de mon grand sac et j'ai notél'idée qui venait de me passer par la tête. Je me suis dit:  putain depropriétaires qui se claquemurent derrière des gros cadenas dans leursgrandes propriétés. Demain, tout cela sera à tout le monde et surtoutà moi. Demain, tout le monde lira mon livre, un petit livre à lacouverture rouge. Va savoir pourquoi, le rouge va bien à mon teint.
Posté par pivoineblanche7 à 09:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 janvier 2008

13. Lettre à mes frères (Claire)

Mes biens chers frères, Je vous revois là sur le quai. Vous avez attendu mon départ, tous présents. Vous m’avez regardé partir, là sans un frémissement de moustache, sans une larme, sans même un pauvre mouvement de main. Vous m’avez laissé partir sans me donner un peu d’espoir et de tendresse. Il en fallait un. Vous ne m’avez pas laissé le choix. Vous avez choisi le plus jeune, le moins prometteur pour l’entreprise familiale. Vous m’avez promis des visites, le meilleur avocat, d’en sortir rapidement. J’attends... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
15 janvier 2008

20.Je ne suis pas parisienne (Claire)

J'ai bien fait le tour de la question, vraiment. Sans aucun doute, avec et sans détours, vingt ans d'exil après, pousser le volet de la paume de la main est pour moi la même chose que pour  Eve  de croquer la pomme. Sans nuances mais non sans saveur, dans ma bouche, le o aura toujours la même valeur.
Posté par Coumarine à 10:21 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
04 décembre 2007

16. Vanité d'homme (Claire)

Dommartin le 16 mai 1999Cher voisin,Dix ans déjà, cela fait dix ans de voisinage à te regarder vivre.Ta BMW est le dernier modèle, la mienne l’avant-dernier.Ta maison a onze pièces, la mienne dix.Ta femme a la taille de Blanche-neige, la mienne celle de Simplet.Ton chien est le magnifique Saint-bernard dont je rêvais enfant, mon chien est la petite crotte aboyant sans arrêt.Tes enfants font les grandes écoles, le mien traine en ville.Dix ans et enfin La Révélation : toi et moi dans la même pissotière.Ton pénis le micro-pénis par... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:31 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
22 novembre 2007

26_Rengaine (Claire)

Je n'ai pas mis les bonnes chaussures ce matin.Que de difficultés pour arriver sur les quais,que de difficultés pour embarquer.J'aurais dû écouter ma maman.Mais que de difficultés pour se chausserquand on est un petit,tout petit mille-pattes.
Posté par _Sammy_ à 08:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]