Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 février 2008

34. Il déteste le bruit des bottes (Coumarine)

Il n'en a parlé à personneMême pas à lui-même. C'est bien simple, voilà des années qu'il se bouche les oreilles et le cœur pour étouffer le bruit.Oh! Il sait bien que ce bruit reste sournoisement tapi quelque part dans les buissons bien taillés d'un parc bien rangé, dans lequel  les gentilles grands-mères promènent leurs gentils chiens qui font des caca propres, bien posés dans les chemins ratissés Mais comme il ne va plus jamais dans ce parc modèle, il arrive à gommer de sa vie ce bruit têtu, ce bruit jaune, ce bruit... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

09 octobre 2007

Comme un moineau fragile (Coumarine)

La porte est bleue. La porte bleue est fermée. Elle est fermée depuis longtemps.Ça va faire cinq ans maintenant que je ne suis plus venue dans cette maison. Mon Dieu, comme il y a des toiles d’araignées sur cette porte bleue! Surtout dans le coin gauche là en haut. Le côté des charnières. Et le bleu s’est écaillé en longs filaments lamentables, les gonds se sont empêtrés dans la rouille. Les rideaux aux fenêtres grisaillent d’ennui et de solitude.Et partout le silence. Pas n’importe quel silence. Le silence de l’absence, le silence de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:30 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
14 septembre 2007

Le gauche est un petit con (Coumarine)

L'œil droit me fixe obstinément, il me fait de l'œil. Et pour tout vous dire, ça commence à me plaire. Les yeux qui me font de l'œil, ça me connaît, ça me fait des petits frissons dans l’estomac (et plus bas aussi mais je ne sais comment s'appelle cet endroit qui frémit quand un œil me fait de l'œil...) L' œil gauche pendant ce temps, n'en finit pas de se tartiner de mascara et pour ce faire, il cligne interminablement de l'œil. Il se veut irrésistible, mais il perd un temps précieux, centré de la sorte sur le miroir qui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:15 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
16 mai 2007

Gueule ou langue, c'est pas pareil (Coumarine)

Il est fiché dans les listes. Le petit pantin gelé par l’attente, est  assis sur les derniers sursauts de sa vie. Mais non, pas question de sursaut. L'encéphalogramme est déjà plat. Il est temps de débrancher, ordre des Importants ! Quand on est coincé, on ne bouge plus, on ne respire plus, d'accord? On est foutu quoi, pour le dire platement ! On fait le nettoyage par le vide, on jette les vieux pantins enchiffonés, devenus papiers impitoyablement mâchés par les machines intraitables de la société qui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:16 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
27 mars 2007

Couleur de vase (Coumarine)

Il faut que je vous dise… j'ai menti: j’ai encore mon père. Enfin…plus maintenant… C'est par un coup de téléphone de ma femme ce matin, que j'ai appris sa mort. Il fait très chaud, l'étang est en train de moisir dans l'attente d'un peu de fraîcheur, d'un peu de pluie, tous les étés c'est la même chose. Ça empire même on dirait. Ma femme m'a dit: Julien ton père est mort et elle a raccroché. Elle n'est pas du genre bavard. Moi non plus. Tous les canards ont déserté cet étang. Et toutes les poules... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:25 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
03 mars 2007

La Dame en lumière bleue (Coumarine)

Ça fait huit jours exactement que l'apparition a eu lieu. Je me trouvais dans l'arrière cuisine en train de siroter tranquillement mon café du matin, quand une belle Dame en lumière bleue s'est trouvée tout-à-coup devant moi - Je te salue Ginette, elle m'a dit. (Ginette c'est moi, en fait mon vrai nom, c'est Geneviève, mais tout le monde au village m'appelle Ginette) - bonjour Madame, j'ai répondu un peu effrayée, qu'y a-t-il pour votre service? - Ginette je t'annonce une grande nouvelle. Tu vas enfin rencontrer ton Prince... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:40 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

03 décembre 2006

Le bonheur est dans l'herbe (Coumarine)

Il faut bien reconnaître que ce paysage a quelque peu perdu la tête, quand le soleil hier s'est mis à le caresser de ses doigts de lumière. Des caresses jusqu'à l'extase, bien entendu.Alors il a explosé ça et là dans un bouquet de bonheur jaune et rouge. (Oui, il y avait aussi du bleu dans son bonheur, mais il l'a gommé parce qu'on aurait pu le croire devenu complètement fou.Et personne ne serait plus venu rêver dans ses vallées fantasques, errer dans ses creux chimériques, se blottir dans ses herbes farfelues...) Puis... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:29 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
08 novembre 2006

Seuls les marins peuvent comprendre...(Coumarine)

Elle se cogne tous les jours au silence…Là-bas se blesse la mer écartelée à petits coups têtus sur les rochers cruels. Elle est là, immobile et statufiée. Ses tempes lui hurlent des cris répétés et lancinants.Là-bas dans la mer couronnée d’écume sauvage, ondule un serpent noir qui gémit et se défend en soubresauts géants. Et le fracas de sa colère ronfle et se répercute dans ses entrailles brisées. Elle halète, perd son souffle.Là-bas la mer mourante lance vers le ciel son chant d’adieu rauque, que seuls les marins peuvent comprendre.... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:05 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
14 octobre 2006

Amen. Pas d'alléluia ! (Coumarine)

Au matin, le verre était vide.Vide. A terre. Brisé. Traversé de ses éclaircies.Miroitant ça et là de fragments dérisoires tout au fond du rien. Sémaphore strident tellement aigu qu'il en est inaudible. L'oiseau sans ailes, petit prince inachevé, s'est écorché la peau tendre du dedans. L'oiseau sans ailes, petit prince handicapé, s'est revêtu de la peau calleuse du dehors. Les doigts décrispés hors de son poing suppliant, il implore les trouées de lumière. Mais...la lumière est un peu sourde, il faut le dire, Dieu l'a désertée... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
25 septembre 2006

La voix de l'insecte (Coumarine)

Je ne l'aime pas mais tant pis je ferai pas mon difficile d'ailleurs qui suis-je pour exiger plus ?Non je ne l'aime pas cette voix brisée de jeune bacchante au bois suranné. Et teinté d'une ancienne rébellion, d'un puissant sortilège pendu haut et court.Elle s'accroche se colle et s'impose avec trop de force à mon bras qui balance sa fièvre à la gueule des imbéciles. Regardez-les qui écoutent béats, ils se rendent donc pas compte que je me moque d'eux ? Ma chaise tambourine d'impatience comment fuir le chiqué le cliché la comédie... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]