Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 mai 2008

19. Thérapie de groupe (Farfalino)

Je suis sorti du garage avec une épouvantable migraine. Je n'en peux plus, je suis vidé de ma substance, je ne suis plus qu'un automate écervelé aux doigts endoloris et aux oreilles sifflantes. Demain c'est le grand soir, la chance de notre vie, le rendez-vous incontournable avec le bonheur, l'événement tant attendu pour fuir la misère tranquille du quotidien majoritaire. Nous nous avons additionné nos talents et fait exploser nos limites pour atteindre l'absolu. Enorme ! 5 titres en première partie des "John Doe et ses... [Lire la suite]
Posté par Vertumne à 09:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 avril 2008

31. Remparts par Farfalino

"Il faut absolument que je pense à téléphoner au directeur des ressources humaines : je veux continuer à travailler ! Je vais lui asséner quelques vérités : je ramène plus de 10% des ventes, les deux commerciaux embauchés pour me remplacer sont encore des bleus. Je vais cet après-midi rattraper l’important prospect qui n'a pas été convaincu par leur médiocre présentation, cela devrait ramener une commande conséquente et augmenter mon chiffre. Je dois penser d'ailleurs à appeler un de mes amis chez les concurrents pour qu'il me... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 mars 2008

21. Les diaboliques (Farfalino)

"J'vous jure m'sieu le juge, j'l'ai pas tué mon Jean-Paul !" Il toisa celle qui s'était exclamée ainsi, tenant la barre comme si elle allait se noyer, les jointures des mains blanches et crispées. "De la gourdasse ... une bonne gourdasse, bien juteuse, bien mûre, bas du front, un peu maigre avec pas de quoi se rassasier le bas-ventre ni les neurones à bagatelle. Quelle idiote !""J'étais chez ma copine Huguette, pour m'épiler. J'vous jure m'sieu le juge ! Regardez mes aisselles ! Elles sont aussi lisses... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 16:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 octobre 2007

44. Vertige par Farfalino

Mauvaise surprise ! Le quai est noir de monde. Les panneaux d'information sont aussi éteints que la foule des passagers sagement agglutinés attendant leur sort, par habitude, par résignation. La fin de journée véhicule les remugles animaux des humains inanimés mélangés aux effluves froids des pneus d'un métro absent. Je rejoints les autres, je prends ma place dans ce troupeau tranquille. Attendre. Je n'ai pas le choix. Que faire d’autre ? Remonter à la surface, pour s''exposer à un air vicié par trois siècles de révolution... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
30 septembre 2007

Douce rêverie (Farfalino)

Je lui ai dit de se taire. Le babillage incessant de ma fille m'empêche de rassembler les pièces éparses du puzzle disloqué qu’est mon esprit. Elle est gentille, la dame qui s'occupe de moi, même si elle me saoule de ses mots. Pour me stimuler, me dit-elle. Elle ressemble à la jolie infirmière qui nous a soigné mes gars et moi pendant la guerre. Elle avait trois jolis grains de beauté dans le cou, parfaitement alignés. "Une, deux, une deux !" Je les imagine défilant au garde-à-vous sur les Champs Elysées. Ça me fait... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 14:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
18 juin 2007

Incandescences (Farfalino)

« Excusez-moi c’est une erreur de penser cela de nous.Notre rencontre était un tendre et délicieux voyage vers  un monde que nous avons construit, loin de nos rudes existences, loin des lourdes entraves  dont vous aviez la clef. Une brève parenthèse de douceur et d’amour, dans un nécessaire secret par crainte de votre courroux. Elle m’a appris les lettres, je lui ai appris la poésie des sages, nous avons appris l’amour.Dans l’obscurité, nos corps emmêlés avaient la même couleur, nos âmes dansaient  dans l’incandescence... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

02 juin 2007

Deux mondes (Farfalino)

«Le samedi c’est plus tranquille... tu parles !». J’ai écouté mon beau-frère et nous voilà englué dans cet embouteillage, sous ce soleil prometteur d’un barbecue à l’échelle d’une nationale. Voilà une heure que nous progressons comme les escargots de Prévert, à essayer d’occuper les gamins. Mon regard glisse sur le bas-côté, pour tromper l’ennui.Une jeune femme accompagnée d’un garçonnet et d’une petite fille, campés à coté d’une caravane, fixent d’un air morne la cohorte stagnante des automobilistes calfeutrés dans leur frigo... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
05 mai 2007

Vacuité (Farfalino)

« Ma voiture n'a pas démarré ce matin ». Bof !« Ma chaussette s’est enfuie ». N’importe quoi !« Le bidet défendu ». Beurk !« L’astronaute est claustrophobe ». C’est con !« La biscotte s’est cassée ».Et alors ?« Le retour de la chaussette ». Tu parles !« La vie en pneu crevé ». Sgrompf !« J’ai perdu mes clefs ». Pas malin !« Tarte à la crème rance ». Non !« Tarte rance à la crème ». Pas mieux !« Les lacis du rassis assis avec son cassis » Pfff ! Comme dirait ma grand-mère, « quand ça veut pas, ça veut pas. » Je veux écrire un... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
22 avril 2007

"Sevrage" ( Farfalino)

Et maintenant, ça suffit ...! J'ai les doigts, les oreilles, les yeux, les pieds et les fesses usés par les heures de répétition pour le concert de demain, à la cathédrale. Je me lève d'un bond et j'enfile rapidement mon blouson. Au fond de la poche, je trouve ma boite de bonbons au citron. Vide ! Je l'écrabouille et je la jette, rageur, dans la corbeille près de l'entrée. Je sors. L'air est frais, le jardin désert baigne dans une belle lumière de fin de journée, un banc sympathique m'accueille. Je m'assieds tranquillement,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:40 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
25 mars 2007

Promotion ? (Farfalino)

« Il faut que je vous dise... J'ai menti ». L’homme qui avait laissé tomber cette phrase était concentré sur la route qui défilait à bonne allure. Sa passagère resta silencieuse. Le soleil était chaud et la nature resplendissait en ce lundi de printemps. « Nous n’irons pas chez ce client. J’ai mieux à vous proposer ». Le conducteur laissa défiler deux dizaines de platanes pour ménager son suspense. La jeune femme sourit légèrement sans le regarder. « Je connais une très bonne auberge, près d’un petit lac, à quelques ... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:38 - - Commentaires [11] - Permalien [#]