Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

19 juillet 2006

Défaite (François)

Après quelques minutes de marche, il franchît la dune qui barrait l’horizon au Nord, fit une brève halte, s’assit pour réfléchir sur ses talons. Devant lui s’étendait à perte de vue un reg complètement nu qui courait ainsi sur près de 500 kilomètres avant de se noyer dans les sables de l’erg Cheech: le « désert de la terreur. » La lumière rasante du soleil couchant laissait deviner, comme un filigrane étendu sur le sol caillouteux et tremblotant de fièvre, la piste ténue qui menait à l’ancien poste abandonné de Thraza puis, au-delà, à... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 mai 2006

Illusions. (François)

Un château sous le soleil. Hautes tours et toits pointus. Du noir en trace les contours. Aux tours du roi pointent des ors. Illusion de bonheur des maisons colorées : une gaîté de façade parmi la ville. Autour des toits pointent des os. Des traces noires les contournent. Une usine sous la lune. Sombres fumées et toits luisants. Du noir pour rêver en plein jour. Dans la fumée luit un sou d'or. Illusion de l'atteindre, illusion de l'attente. Fausse joie sur un fond triste; un front triste. Dans la fumée luisent des os. Des rêves... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 février 2006

La grosse trompette à Dudule (François)

Dudule avait une grosse trompette. Il en jouait.Il en jouait tout le temps -de janvril à décobre- de tout temps tout en vaquant à ses occupations –il en avait peu, par choix- et même, parfois, en vaquant à celles des autres –c’est fou comme, à eux tous, ils en avaient plus que lui.Il en jouait partout : dans la rue, dans les bois, dans les champs, au creux de son lit même, là où c’est tendre et chaud. A ses débuts, quand ça durait trop, ça faisait chier les voisins du partout : les passants, gris gras, pas pressé mais oreille... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
13 février 2006

Croisade (François)

J’étais arrivé à Saint Jean d’Acre en croisé, las et douloureux. Audacieux aussi : l’or nous souriait déjà. J’attendais une calèche en direction de Jéricho, traînant de-ci, de-là en dilettante, hésitant un tantinet entre jeter l’ancre ou continuer la route. Dans cette cité aux ruelles sombres et étroites, aux odeurs tout orientales, j’errais, un coutelas acéré à la ceinture. Serrée, la ceinture, d’ailleurs : les jours de jeûne du trajet… Un rat, notre naute ! Cent deniers donnés… et rien à dîner, des jours et des jours ! J’aurais dû... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 janvier 2006

In memoriam…(Francois)

Il est dans la pièce à côté. Une chambre vieillotte d’une ancienne maison lorraine, plafonds bas de chêne foncé, murs au papier peint usé, rongé ça et là en auréoles d’une humidité noire. Ça sent le feu de bois : c’est l’antique cheminée du rez-de-chaussée qui n’en finit plus de fumer. Il est dans la pièce à côté, et il agonise. Voilà deux jours et deux nuits qu’il agonise. Je suis là, dans la chambre voisine ; j’attends. De temps à autre, je vais le voir. Je l’écoute raconter. Je l’écoute se vider de ses souvenirs comme un... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
22 décembre 2005

Miracle de Noël (François)

Ils marchaient. Depuis des jours, ils marchaient dans ce désert avec, en ligne de mire, deux sommets du djebel Bani et cette petite échancrure triangulaire entre eux : le Tizi-n-Malachar, qu’ils atteindraient dans un jour ou deux si Dieu le voulait bien. Entrecoupés de bandes de sable clair, les lits de petits cailloux de la plaine de Faija n’en finissaient plus de défiler sous leurs pieds, au rythme lent et chaloupé des dromadaires qui portaient leur maigre bagage. L’air était chaud comme il se doit, parcouru d’un vent frais... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 décembre 2005

Je vous règle l'addition? (François)

« C’est là, faut que j’y aille, on m’attend… » que je me suis dit en découvrant l’enseigne après avoir tourné à pied une bonne heure dans la ville. On m’attend… hé hé hé ! Le « Gros » m’attend… Mais depuis des années, a-t-il jamais fait autre chose que m’attendre ? Et de fait, j’arrive. Je finis toujours par arriver : comme disait l’autre, « n’ai-je jamais rien fait d’autre qu’arriver ? » C’est de circonstance. J’ai eu du mal à le trouver, ce foutu restaurant. « La Clef des Champs », à Bruxelles, rue de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 19:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]