Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

23 décembre 2007

Mon nouveau copain ? (Largo)

Ah, j' te dis pas. Si, justement, y a pas à dire : au début, il ne me dit pas grand-chose. Puis, je me dis : Audrey! Tu ne vas pas dire non. Dis? Ce n'est pas de ton âge.D'ailleurs, cela me dit. Tu peux pas savoir!Il y a même anguille sous roche et pas du menu fretin ! Alors, moi, je ne lui fais pas des yeux de merlan frit. Car ce n'est pas un maquereau ! Non, du beau poisson et frais comme un gardon.Et je le laisse me conter fleurette. C'est évident. Il me fait de l'œil. Oh, rien que de la poudre aux yeux ! Il me fait du... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

12 décembre 2007

47. Lettre ouverte à un ami (Largo)

Ici, le 1er décembre 2007. Cher ami, je me permets de t'appeler ainsi, car c'est vrai: j'ai des amis flamands comme toi. Egalement des wallons et des habitants de la capitale de ce continent. Notre continent ! Son avenir permettra de se parler de la même voix avec le même langage, même dans des idiomes différents, mais avec la même sagesse. Prenons comme exemple l'Allemagne. Jadis nazie, elle a l'intelligence et la générosité de faire maintenant bloc. " Ami ", je te dis et te proclame, car je te connais bien. Dans... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 novembre 2007

36_Zoom arrière (Largo)

Je n'ai pas mis les bonnes chaussures ce matin. Surtout pour un jogging dans ce Delvaux à la poursuite de tous ces gens qui courent remplir un train. Le train de vie des banlieusards démarre sur la pointe des pieds au petit matin brumeux.Moi, je vire. A gauche toute ! Vers le lac, histoire de me mêler aux canards qui regardent, goguenards, passer les trains bondés. Bourrés de voyageurs qui, tous les matins, font tout sauf voyager.Moi, je voyage dans ma tête. Je trottine lubrique dans les pas de l'inspiration du moment qui galope... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 09:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
17 octobre 2007

Comme une passation de pouvoir … ( Largo )

Eliane, la trentaine épanouie et pas conne, fête avec toute la famille les quatre-vingt ans de son grand-père. Lui, toujours superbe avec son opulente chevelure blanche et ses sourcils broussailleux, a conservé le physique athlétique et théâtral du patriarche incontesté. La fête a lieu à la maison de campagne du clan. Au fond du jardin coule la Meuse. On y accède par un escalier aux rampes en fer forgé.  Eliane s'y voit encore toute petite y glisser avec ses frères. Grand-père aussi rêve. Lui, de ses souvenirs dans la... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
29 septembre 2007

Appellation incontrôlée (Largo)

Je lui ai dit de se taire. De ne même pas regarder ces fières fioles floues jouer les trois grâces à contre-jour. Ces vagues vidanges incolores ne m'inspirent absolument pas. Je parie que si je les ouvre, elles refoulent du goulot les relents fétides de l'haleine d'une bouche d'égout. Même avec leurs grands airs, je les vois juste bonnes à contenir de la droguerie.Rassures-toi. Moi, je n'ai d'yeux que pour toi, ma belle gironde millésimée.Oui, toi, tu as pris de la bouteille.Bordeaux ! Quelle promesse ! Déjà rien que le peps quand,... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
14 septembre 2007

Rêve éveillé. ( Largo )

L'horloge indique vingt deux heures trente, mais elle avance. Elle vit même en horaire décalé et se croit aux antipodes. Je suis à mon rendez-vous de dix heures. Ce matin, les rideaux sont grand ouverts comme les yeux de hibou de la superbe façade d'en face qui me regarde sereine, presque bienveillante et humaine. Son visage est curieux, facétieux. Ses volutes baroques en pierre bleue la coiffent d'un chapeau d'Arlequin. Un sourire de Joconde lui donne une douceur toute féminine Rien d'étonnant avec ces coquins petits balcons ronds... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

03 mai 2007

Voilà, nous sommes fin prêts. ( Largo )

" Ma voiture n'a pas démarré ce matin. "       La réponse ne tarde pas : " Les sanglots longs du démarreur berçait le chœur d'une langueur monotone. " Pas de doute, c'est bien lui. Il n'a pas spécialement le physique de l'emploi, mais passe bien. Tout à fait inaperçu dans cette chorale de faux-culs. Et, ce qui ne gâche rien, il est ventriloque. Je dois encore l'interviewer discrètement à la pose et s'il n'est pas sujet à des caprices de contre ténor contrarié, l'équipe est au complet. ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 avril 2007

La résurection, ça existe ! ( Largo )

Et maintenant, ça suffit …! On s'échappe. Portes grandes ouvertes, la cathédrale expire les derniers souffles de ses grandes orgues aux relents d'encens qui dévalent sur les pavés de la grand place. Drogués de prêches délicatement doux dans l'écho de ce joyau d'architecture, nous planons vers le village en contrebas. Affalé sur un banc, un délicieux clochard très typé regarde d'un œil calcaire rouler dans le flot du caniveau un citron fluo échappé du marché. La belle tête de nain de jardin au collier miteux lève un sourcil curieux... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:40 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
08 avril 2007

Parade ou pavane ? (Largo)

J'ai presque une heure d'avance. Toujours le premier, j'adore parader dans la cour. Je m'imagine de nouveau à l'école militaire. Les copains dorment encore. Alors, moi je me les représente par leurs godasses alignées à la perfection. L'idée des godillots me convient. C'est plus facile pour repérer exactement ma place et puis aujourd'hui, les jeunes n'ont plus le sens de la discipline. Ils ne votent même plus pour le Général ! Moi, je suis pieds nus. Je sais, l'infirmière va encore me gronder. Elle est bien gentille et dévouée,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:08 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
22 mars 2007

Une trêve dans l'enfer vert (Largo)

Il faut que je vous dise … j'ai menti. Ce n'est pas moi qui ai photographié le petit marais à l'orée du bois près de chez nous. J'aime m'y promener à l'aube ou le soir entre chien et loup. J'apprécie ce décor paisible. Je l'ai accroché au mur du salon. C'est ma façon à moi d'ouvrir une fenêtre sur un tout petit retour à l'état sauvage. Comme si je voulais me dédouaner. C'est vrai, je ne suis pas tout blanc. Je ne suis pas tout vert non plus. D'ailleurs les verts commencent à me gonfler! Ils sont gentils, bourrés de bonnes intentions,... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 18:57 - - Commentaires [13] - Permalien [#]