Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

21 janvier 2008

42. Flou: pas net. (Léa)

- J'ai bien fait le tour de la question, et je crois que c'est plutôt réussi, non? - Je ne sais pas, c'est assez flou. - Flou, flou, tu y vas fort! Comment oses-tu qualifier ça de flou? - Eh bien, c'est vrai pourtant, c'est flou, ce n'est pas net, c'est abstrait, tu peux dire ça comme tu veux. Tout est flou, rien n'est net, on ne distingue rien de particulier mais on ne peut pas non plus en détacher une seule image. C'est étrange. - Etrange me convient mieux. - Et pourquoi? Flou n'est pas péjoratif, je peux te dire que... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 décembre 2007

Euh… Oui… Pourquoi pas… D'ac… Peut être… (léa)

Choisir, choisir, toujours choisir, ils en ont des bonnes eux. Mais que choisir?  L'éternelle question que tout humain normalement constitué est en droit de se poser.  La prise de décision est tellement cruelle! Pourquoi personne ne veut diriger ma vie? Ce serait plus simple, non?  Non, peut être pas, parce que ça voudrait dire obéir aveuglement aux ordres. Et par définition, tout humain normalement constitué est contestataire. Bref. Là n'est pas la question.  Mais alors où est-elle, la question? Ah oui, c'est... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
02 décembre 2007

11. Moi j'oré aimé... (Léa)

TITRE COMPLET: Moi j'oré aimé avoir le meme gato ke Bastien a son annivairsere, avec plin de chocolat et ke ma maman elle oré fait. Maman, Je t'anonse mon déppard de la méson, je ne pe pa vivre den ses condission. Le délècement total don tu fé preve avec moi me montre clérement ta praiférance envers papa et Bastien. Je pren Pacha avec moi, alor ne tinkiete pa. Je t'aime for, adio. Claire.
Posté par pivoineblanche7 à 17:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
17 novembre 2007

05_Impression soleil levant (Léa)

Je n'ai pas mis les bonnes chaussures ce matin. Pourtant Monsieur Météo nous avait prévenu: "Averses sur l'ensemble de l'Hexagone jusqu'en fin de semaine, prévoyez vos parapluies." Il avait seulement quelque peu minimisé les événements. Torrent serait certainement mieux adapté à la situation que nous avons vécue. Dimanche, je n'ai pu mettre un pied dehors. La pluie fouettait les double vitrages avec une force inouïe, et des tuiles provenait un son mat incessant, menaçant à chaque seconde ma toiture fragile. Alors... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
05 octobre 2007

Elle parlait de le quitter. (Léa)

Elle avait épousé Martin voilà trois ans. Juste après, elle avait rencontré Charlie. Et elle regrettait d'avoir épousé Martin, parce qu'elle aurait préféré ne pas le tromper. Pourtant, jamais elle ne divorcerait. Elle pensait que Charlie le savait. Jamais elle ne pourrait l'épouser lui, parce qu'il était un amant, pas un mari. Il faisait tout pour elle. Elle ne faisait pas beaucoup d'effort, juste assez pour le satisfaire, juste assez pour le garder près d'elle. Mais lui avait des projets, des projets d'avenir. Avec elle. Il parlait... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
29 septembre 2007

J'étais installée dans mon pigeonnier [...] (Léa)

  J'étais installée dans mon pigeonnier, face à ces trois bouteilles, mon appareil à la main, et puis elle est arrivée et elle a ouvert sa grande bouche pleine de mots.   Je lui ai dit de se taire, elle n'a pas apprécié. J'ai pris ma photo, et je me suis cassée.
Posté par _Sammy_ à 14:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

14 septembre 2007

Fenêtre avec vue (Lea)

  L'horloge indique vingt deux heures trente, mais elle est en avance. Une horloge de gare, ça n'a jamais été très précis. Il pleut et je n'ai pas de parapluie. Cela dit, je n'ai pas de chaussures non plus. Juste un vieux sweat shirt bleu marine et un jean tout collant. J'ai les cheveux trempés, je grelotte de froid, et mes bras autour de mon torse n'y peuvent rien. Il y a des gens, qui passent et qui repassent, qui me frôlent et me bousculent, mais pas un ne me regarde, je suis transparente, un peu comme un clochard en... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
16 mai 2007

Moi, Eliott, 18 ans (Léa)

Je suis compressé, étriqué, enserré dans cette foule compacte. Je m'appelle Eliott, j'ai 18 ans et je vais mourir. Tous les regards sont tournés vers l'écran, j'attends avec avidité. Elle va gagner, ce n'est pas possible autrement. 5… 4… 3… 2… 1…0… Silence total. La foule est devenue muette. J'écoute le silence, et puis soudain, un grondement, venu du lointain et qui arrive jusqu'à moi. Elle a perdu. Misère. Je m'appelle Eliott, j'ai 18 ans et je vais mourir. Je déambule dans les rues de Paris, à la recherche d'un peu de... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 09:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
27 avril 2007

La bonne dame! (Léa)

Ma voiture n'a pas démarré ce matin… Qu'est ce que j'ai fait au bon Dieu pour mériter ça? Tiens, d'ailleurs, c'est étrange comme expression. On devrait dire la bonne Dieu, puisque c'est une femme… Il faudrait que je demande la raison de cette étrangeté linguistique à mon professeur de père. Enfin… Que lui ai-je fait? Et si Dieu était un homme? Ah ah, ce serait trop drôle! Je l'imagine en vieillard ventripotent et barbu. Mais c'est impossible, si Dieu était un homme, ça ferait longtemps que le monde ne... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
21 avril 2007

Such beautiful day in a magical place (Léa)

"-Et maintenant ça suffit! Claire, arrête avec ce piano, Bach et Beethoven ça nous fait chier. Chloé, baisse moi le son de cette foutue télé! Non tiens, mieux encore, éteint la. Et Clara, ma petite Clara, je t'en supplie, arrête de jongler avec les oranges et les citrons, tu en mets partout." Les trois filles le regardèrent, béas. Enfin, il prenait la parole pour s'intéresser à autres choses qu'à sa console et aux filles. Victoire les filles! Il était arrivé pratiquement en courant, excédé par le bruit, parce que... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]