Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

16 janvier 2008

24. Persienne ( Lionel )

J’ai bien fait le tour de la question, J’ouvrirais mes volets.La nuit et ses obsessions,Ne viendrons plus, mes instants, volées. La vie comme page blanche, Un nouvel espoir, nouvelle danse,Et quand les jambes flanchent, Alléger le rythme de la cadence Cultiver les chemins à parcourir,Tracer les sillons dans le champs hérité.Transpirer et en sourire, Découvrir des trésors mérités. J’ai bien fait le tour de la question,L’obscurité ne brillera que la nuit.Sans crainte et sans obsession, Juste quand la lune l’aura... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 décembre 2007

souvenirs de vacances ( lionel )

Eh voilà, encore une fois, je suis là, devant la vitre, à la regarder, m'enfin c'est n'importe quoi. Elle est classe, quand même. Punaise, la voir comme ca, me regardant même pas. J'hallucines. Fallait que je fasse un voyage jusqu'ici pour en trouver une comme ca , des fois la vie... Bon allez je me décide, je rentre, je dois être con à la mater comme ca. Surtout pour les gens en dehors qui me voit pas osé entrée. Je suis là à côté d'elle. Clair qu'elle a la classe, qu'est ce qu'elle est bien roulé. Il veut quoi, lui à la regarder... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 juin 2007

café crème ( lionel )

«  Excuse moi c’est une erreur ».Symphonie  inachevée d’accord majeurJoué jazzy  un dimanche.Mes mains noires sur tes paumes  blanchesNote cendrée sur un parterre de neige.Le grain de café dans la tasse beige. « Excuse moi c’est une erreur »Ton départ, un mauvais quart d’heureLe titre de la photo en noir et blanc,La seule photo nue de l’appartement.Trop d’oubli et de remord.Trop de questions adieu  mon trésor. « Excuse moi c est une erreur »Notre rupture me fait toujours peurIl n’y avais plus de place... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 mai 2007

Solitudes (Lionel)

Assis sur ce banc, je regarde les pigeons passer. Le temps n’est plus qu’un long battement d’ailes sans fin. Le monsieur à côté de moi est si vieux que son visage est  parcheminé. Ses mains rigidifiées, dans un geste accueillant,  ont été tant de fois déçues. Il ne peut plus les fermer. Je tente un « bonjour ». Pas de réponse. Ses lèvres se seraient-elle fermées dans un silence infini? Ses cordes vocales, à force de ne plus servir, seraient-elles devenues plus fines qu’un cheveu? « -  S’il vous plaît, parlez-moi. Vous... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 17:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 décembre 2006

C'est le pied (Lionel)

"Je crois que j ai pris un coup de soleil quand j'ai pris mon pied.Sur la pointe des pieds. J'étais allé sur la plage, alors que tout le monde dormait encore, dans un tête à tête, serein. Je savais bien que je n'avais pas de chance depuis que ma main au poker n'était pas bonne. Je n'ai maintenant qu'un pied à terre et je serais obligée d'avoir la main mise sur l'autre. Il n'aurait pas pu s'agir du pied gauche pour que je puisse marcher du bon pied. Continuerais-je à mener ma vie clefs en main ? Comment pourrais-je avoir six pieds... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
11 décembre 2006

mer et campagne ( Lionel)

Avant qu'elle n'embarque sur ce frêle esquif qui l'amenait vers des trésors qu'elle avait longtemps rêvés, elle avait eu une vie. Elle avait rencontré un amant flamboyant et formidable qui était devenu un des plus grands peintres de sa génération. En gage et pour tisser les fils de leurs unions, il lui avait offert ce tableau d une grande valeur.Ils avaient rompus car elle ne supportait plus cette campagne paisible. Elle emportait en tout et pour tout la toile offerte. .Lorsqu'elle accosta, elle embrassa cette terre nouvelle, dont le... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:19 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
23 novembre 2006

incorruptible ( lionel)

Un scandale allait éclater. Les rouages des affaires de celui-ci s’étaientgrippés. Les eaux troubles dans lequel il baignait, remontaient à la surfacecomme un cadavre que l’on aurait lesté de plomb et qui flotterait, au granddam du meurtrier.La réunion du jour s’annonce donc tendue. Il construisait un rempart entrelui et la justice. Il avait tout préparé: les ultimes tentatives decorruption, la manière dont il pourrait faire avancer en politique sonadversaire, les mots qu’ils devraient utiliser pour la convaincre. Toutétait clair,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 novembre 2006

La verrue (Lionel)

En ce Milieu du  XIXème siècle prospère, dans la bourgeoisie, les fortunes se faisaient et se contrefaisaient très vite. Un homme en queue de pie et en pantalon noir, dans une tenue très austère et portant un monocle passait devant la fenêtre d une chambre de bonne. Il paraissait fin comme une règle de fer. Tout de lui montrait la rigidité d un caractère qui était né sous des jours mornes et gris. Sa démarche rigide et droite laissait voir que ses pensées étaient aussi coupantes et rigoureuses que lui. «  Voilà encore... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]