Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

10 novembre 2007

Langues de chats: (melle e.)

"Tante Babette prit une profonde inspiration". Il fallait quelle reste calme, malgré ces trois filous, plantés devant elle, se léchant les babines, le ventre gros de leur festin. Il fallait quelle reste calme, déjà, les palpitations apparaissaient, les sueurs dégoulinaient, la tête tambourinait. Chocolat, Caramel et Vanille, les trois chats de la voisine, achevaient de s'empiffrer des gâteaux qu'elle venaient de préparer pour la foire du lendemain. Ils n'en étaient pas à leur première. Et pour ses nerfs fragiles, ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

08 août 2007

Le temps d'un voyage (Mlle e.)

"Ce que je venais de dire à la vieille marquise Guy de Ruy était l'exacte vérité." Je fermais le bouquin. Trois fois que je relisais cette page, mais mon esprit vagabondait, ailleurs… Le train filait vers Avignon, le soleil reprenait ses droits. L’homme en face de moi était descendu à la station précédente, oubliant son journal. J’ai toujours aimé prendre le train, parce qu’il permet de prendre du temps. Du temps pour rêver, pour observer les autres passagers, s’imaginer leur vie. Et cet homme assis en face de... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 11:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
18 juin 2007

Film en noir et blanc (melle e.)

J’aime ce film en noir et blanc. Éphémère, chaque soir, une version inédite. Mais c’est le film de lui et de moi, de lui sur moi et vous ne le verrez pas. Je ne vous raconterai pas le désir qui monte en moi, quand il s’allonge à mes côtés, qu’il me regarde et m’embrasse. Une main sous sa nuque, une main sur ma fesse. Vous ne saurez rien de nos préliminaires enflammés, où nos bouches et nos mains, s’en mêlent, se mêlent. Vous n’entendrez pas les frissons, montant de chaque partie de mon corps, redécouverte sous ses caresses.... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
28 mai 2007

Sale journée (Melle e.)

« Le samedi, c’est plus tranquille. Il y a moins de monde. » c’est ce que je me suis dit ce matin, pour me lever, pour me donner du courage. Car, même si je travaille jusqu’à tard dans la nuit, le matin je me lève. Pour eux. C’est tout ce que j’ai, et tout ce qui me perd. Je les aime. Je les aime, c’est peut-être une des seule chose de bien qui me reste dans ma vie. C’est pourquoi je vis. Et pourtant, c’est à cause d’eux qu’elle est pourrie. Parce que seule, j’aurais pu m’en sortir, ou bien je serai morte. Mais avec eux, je suis... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 mai 2007

Divagation (mlle e.)

Il a pourtant une gueule de pantin. Vrai de vrai. Sa voix n’y fait rien. De toute façon, les pantins actuels, pour sûr qu’ils parlent, c’est la technologie moderne. A moins qu’il ne soit ventriloque. Ça c’est un truc, ça m’a toujours impressionnée. Sauf, que pour être ventriloque il faut être un humain. Donc ce truc c’est un humain. Il a pourtant une gueule de pantin. Quoi ta gueule? Qu’est ce qu’elle a ta gueule? J’y peux rien, moi si t’as une gueule de pantin. …Pantin, non pas la porte, ta gueule! …Ah ben, ça c’est sûr on... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 17:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
04 mai 2007

A LA GLOIRE DE MON OEIL (melle e.)

« ma voiture n’a pas démarré ce matin… » Ça arrive toujours les matins où il ne faut pas ces choses là. Non pas que des matins soient, par nature, appropriés à la panne de voiture, mais on peut tout de même dire, que certains ne s’y prête vraiment pas. Au réveil, tout laisse à croire qu’il est comme hier, si ce n’est cette ouverture de l’œil plus rapide, impatiente, aux aguets. Parce que l’œil, il le sait lui, que ce matin il a rendez-vous avec cet autre. Inquiet depuis quelques jours déjà, se demandant comment se... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
21 avril 2007

Fini (Melle e.)

« Et maintenant, ça suffit…! » Ça revenait en boucle dans sa tête…résumé d’une histoire brève et achevée. De cette première rencontre au square d’en bas, des moments de vie partagés et aimés. Qu’en restait-il maintenant? Maintenant que ça suffit? Un goût amer de sa fameuse tarte au citron, des sons de cloches, elle pauvre cloche, une tête transformée en cathédrale. Comment y croire, encore, à cette mélodie sans presque aucune fausse note? Comment ne pas ou ne plus y croire, des partitions entières à la corbeille. ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]