Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

08 avril 2008

37. « Terminus » (Naïra)

"C'est étrange, depuis que je ne travaille plus, je me sens de plus en plus fatigué"Cette constatation est tombée comme le couperet sur Louis XVI. Deux mois maintenant que j'ai renoncé à la fac, à mes rêves, à ma formation.J'ai cru que c'était la bonne solution, que cela me rendrait ma joie de vivre...mais je suis juste de plus en plus fatigué.Le matin commence à quatorze heures, non pas par flemme, mais parce qu'ainsi il me reste moins de 12h à tenir debout, à tourner en rond dans la cage vide de mon appartement. Je cherche... [Lire la suite]
Posté par Vertumne à 18:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 mars 2008

09. "Petit déjeuner écourté" (Naïra)

"Dur dur de se lever!" Je rigole doucement en sortant du lit ce matin, avec ce remix de Jordy.Une douche rapidement prise, puis je m'attable pour un petit déjeuner tranquille.Une heure de paix entre une tasse de thé chaud et le journal, livré très ponctuellement à 7h30 tous les matins sur le pas de ma porte.Aujourd'hui le monde va mal, comme d'habitude, ni pire, ni mieux. Mais dans la chaleur de mon foyer, la douleur de l'Humanité est moins dure à affronter.A la une, une sombre affaire de détournement d'argent au sein du... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 février 2008

4. Le petit cahier rouge (Naïra)

J'ai sorti mon cahier à couverture rouge de mon grand sac et l'ai posé sur la table, bien parallèle au bord, à gauche de ma tasse et de mon stylo. Certains disent que je suis maniaque vous savez. J'aime quand les choses sont bien rangées, avant d'écrire. Ce cahier c'est comme si je mettais mes pensées sous clefs, avec un gros cadenas, voir même deux, on est jamais trop prudent. Elles pourraient s'enfuir. Je n'aime pas le rouge, vous savez. Je trouve çà trop voyant. J'ai l'impression de ne voir que cela sur la table quand il est... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 janvier 2008

2.Une nouvelle vie (Naïra)

  J'ai bien fait le tour de la question…et çà ne peut plus durer. Notre relation ressemble à une pièce aveugle, sans chaleur et sans lumière, sans ouverture sur le monde. J'étouffe. Depuis que nous nous connaissons je ne vois plus la vie qu'à travers des persiennes, par petits bouts. Je ne me vois pas continuer avec toi. Non, ne me retiens pas, je m'en vais, et tes larmes n'y changerons rien. Tu vois, j'ai quelqu'un d'autre dans ma vie. Quelqu'un qui prend de plus en plus de place, qui est présent, éveillé et qui me... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:32 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
15 décembre 2007

Mal luné ( Naïra)

"C'est à vous." Il a eu le malheur de me montrer la porte, et de m'encourager à y aller. Mais je ne veux pas. J'ai beau me raisonner, me dire que, théoriquement, rien ne m'arrivera… j'y peux rien, j'ai la frousse. En fait, je me demande ce que je fais là. Je n'ai jamais voulu me retrouver ici, çà c'est clair. Un malheureux concours de circonstances a fait que, de fil en aiguille je me retrouve ici. Toujours premier à l'école, pour faire plaisir à maman, puis premier au concours…Certes, j'ai choisi de venir... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 décembre 2007

43. La vie est blonde, à mirettes noisette (Naïra)

Marie, Je pars. J'ai assez espéré ta fidélité. Tu ne m'as pas rassurée.Elle est belle, très belle. Trop.Je ne tolère pas cet écart réitéré bien trop de fois.Je te faisais confiance, et tu m'as trahie.Dévorée par la colère et la tristesse, je m'en vais voir la voisine d'en face. Celle dont tu ne savais voir le visage sans avoir envie de vomir. Elle est belle, bien vivante, blonde, avec de grandes mirettes noisette.Je l'aime déjà. Tu diras demain de moi  "elle était trop possessive".Possible. Mais je n'espère rien... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 octobre 2007

la maison du bonheur ( Naïra )

Comment en était-on arrivé là ? Elle s'interrogeait, sur le chemin qui la menait à sa rencontre. Les années s'étaient écoulées, lentement, inexorablement, emportant avec elles la jeunesse et la passion. Cette maison, c'était le début de la fin. Ils y avaient crût, ils avaient espéré trouver ici un nid douillet. Un, deux, trois. Les enfants étaient nés, la routine s'était engouffrée dans leur vie, par la porte laissée entrouverte. Etait-ce de sa faute ?Debout devant le portail il l'attendait. Elle ralentit, pour retarder un peu plus le... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]