Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

02 mai 2007

Ténèbres (Nan')

Ma voiture n'a pas démarré ce matin... Et toute une chorale de culs bénis était là pour admirer le spectacle. Et pas un n'a levé ne serait-ce que le petit doigt pour me venir en aide. Le pire de tous, c'était encore le grand du fond là-bas. Le seul à avoir au moins levé la tête, le regard en coin, un air étrange. Un rictus sur les lèvres. Presque heureux que ma carriole tombe en panne. L'aurait-il provoqué ? Pourrait-il avoir une incidence sur les faits encore inexpliqués de ces derniers jours, lui l'étranger au regard vide et froid ?... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 octobre 2006

Spa juste (Nan')

Ptain sont lourds mes renp's à vouloir déménager tout le temps ! En plus ça me gave, toujours la même chose, toujours à la bourre les avions. Ils feraient mieux d'acheter un mobile home comme ça au moins on partirait à l'heure. Et t'as vu leur tronche, sérieux ? Des gueules d'enterrement ! Même pas ils ont l'air content d'aller voir ailleurs ! Alors ça sert à quoi hein ? Et moi je gèle là, z'ont même pas été foutus de me payer un pantalon à ma taille, mais des billets d'avion ça oui, on a les moyens ! On voit que c'est pas mon père... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
24 septembre 2006

Trahison (Nan')

Je ne l'aime pas, mais tant pis. Je l'aimais beaucoup pourtant. Nous nous rendions dans le Sud, férias, bandas, sangria et fête jusqu'au petit jour. Je me cachais derrière lui, l'homme à la moto, mon ami. Le temps d'une soirée parmi des inconnus à des kilomètres de mes contrées. Pour une fois, je suivais, je ne dirigeais pas. Je le connaissais pourtant, comme s'il était moi. Quelques affinités se sont créées, les langues se sont déliées, la chaleur nous rapprochait. Détente, rire et bien-être. La soirée s'annonçait délicieuse, et... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 14:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
16 septembre 2006

Madeleine (Nan')

Je la vois, elle est là, si belle. Son ventre charnu m'appelle dans une dernière oraison. Elle m'entend, me fait signe, me hante jusque dans mon âme, mes entrailles. Elle se dévoile de toute peau inutile, elle est nue devant moi, étendue sur la table, transpirante, offerte. Elle est charme, tendresse et beauté, elle déborde de ses effluves sucrés. La rondeur de ses formes, le goût de sa peau, la sensualité de son grain si fin. J'ai envie d'elle. Terriblement. Elle est là, me sonde, ne bouge pas, ne dit rien, ultime tentatrice... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
06 septembre 2006

Reviens (Nan')

Je suis si petit et je me sens déjà si fatigué, si seul. Abandonné. Je tente de me raccrocher à ce que je peux, je me crée des copains et je lui parle à elle, là-haut. Il y a bien longtemps qu'elle est partie, qu'elle m'a laissé. Je la retrouve sur cette plage, si grande, si belle, à mon image. Et je lui parle. Je vais bien Maman, tu me manques affreusement, pourquoi es-tu partie si vite ? J'ai eu de bonnes notes à l'école, comme tu me l'as demandé, j'ai bien travaillé. Bon, je dois te laisser maintenant, il faut que j'y aille : j'ai... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:57 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 mai 2006

Femme (Nan')

Ciel gris et pleurant. Pas un oiseau ne se laisse entendre, pas un bruissement d'aile, tout semble calme. Trop calme. En attente. Comme si. Un souffle d'air frais, froid, glacé. Un cri dans la nuit. Tout est noir. Lourd. Livide. Pesant. Nuit. Larme. Son coeur bat. Encore. Le jour se lève. Bleu. Jaune. Soleil. Eclat. Percée lumineuse à travers ses rideaux. Elle émerge. A vif. Sourire ? Colère ? Heureuse ? Quels sentiments éprouve-t-elle encore ? Doute. Sûrement. Le feu. Rouge. Aux joues. Elle aime. Toujours. Elle est feu, elle... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
19 avril 2006

Tendre amie (Nan')

La mer qu'on voit danser le long des golfes clairs… Encore un qui n'a absolument rien compris à la chance que l'on a à l'avoir pour soi. Elle ne se résume pas à une vague, un mouton au large, un enfant qui joue ou une mouette qui vient timidement picorer dans ta main. La mer est une compagne sincère, fidèle, dure et gorgée de bonheur ou de tristesse. Elle lui a amené tant d'amis, repris tant de famille. Il ne compte plus ces bateaux qui s'approchent des digues ou ceux qui se noient dans l'abîme. Qu'importe. Elle est présente dans ses... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 mars 2006

Blanc ! (Nan')

Elle a osé. Elle a osé ! Elle a osé me demander de l'accompagner à une soirée déguisée. Et je l'ai suivie… Je te l'accorde, l'idée en elle-même à ceci d'attrayant qu'elle te replonge en enfance : je m'attendais déjà à me retrouver en Maya l'Abeille à butiner entre Capitaine Flam et autre Super Poulet. Un peu prise au dépourvue, étonnée d'une telle invitation – à mon âge tout de même – je me suis lancée à la recherche du costume perdu. Ah oui mais non ! Nous avions en plus une consigne à respecter, à croire que Coumarine elle-même... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:55 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
13 mars 2006

« Viens t’asseoir là… » (Nan')

J’ai toujours eu peur que ces mots sortent de sa bouche. Qu’aurais-je bien pu lui dire à lui qui ne me comprenait pas ? Quel mauvais présage cela avait-il pu annoncer ? Quel mal de plus aurait-il pu me faire ? La simple idée de promiscuité me terrifiait. Ces maux dont il était responsable me rongeaient sans fin et m’empêchaient de vivre mes joies de petite fille. J’ai grandi trop vite. Je sais, je sens. Il me faisait tellement peur, ce géant de colère qui se disait protecteur. Il disait qu’il m’aimait, le bleu et le rouge... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]